Pyrophoricité

La pyrophoricité ou le pyrophorisme (issu du grec purophoros « qui porte le feu ») est la propriété de certaines substances dont la température d'auto-inflammation est inférieure à la température ambiante, et qui peuvent par conséquent s'enflammer spontanément aux températures ambiantes.

La pyrophoricité du plutonium peut le faire apparaitre comme une braise dans certaines conditions.

Selon le glossaire de l'AEPC, est pyrophorique un matériau solide ou liquide qui « même en petites quantités, est susceptible de s’enflammer en moins de cinq minutes lorsqu’il ou elle entre au contact de l’air ». Il peut s'agir d'une substance liquide ou d'un mélange solide[1]

Liste de matériaux pyrophoriques

Solides

  • Rubidium et césium ;
  • Uranium : utilisé comme pénétrateurs à base d'uranium appauvri[2] dont la poussière et les débris lors de l'impact sur la cible s'enflamment et propagent l'incendie. Sous forme finement divisée, il est aisément inflammable et les débris d'uranium des différents usinages sont susceptibles d'ignition spontanée[3].
  • Carbonyles métalliques : (octacarbonyle de dicobalt, carbonyle de nickel) ;
  • Méthanetellurlol (CH3TeH) ;
  • Phosphore blanc.

Liquides

Gaz

Signalement de la dangerosité des produits pyrophoriques

Le système général harmonisé de classification et d'étiquetage des produits chimiques, dit « système général harmonisé » ou SGH contient deux "classes de danger" pour les solides ou liquides Pyrophoriques.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Portail de la chimie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.