République des ouvriers et paysans des Asturies

La République des ouvriers et paysans des Asturies[1] (en asturien, República d'Obreros y Campesinos d'Asturies, en espagnol, República de Obreros y Campesinos de Asturias), parfois nommée République socialiste asturienne ou Commune des Asturies, est une république asturienne éphémère proclamée le 5 octobre 1934 sous le gouvernement de la Seconde République espagnole et abolie le 18 octobre.

Ne doit pas être confondu avec République paysanne.
République des ouvriers et paysans des Asturies

5 octobre 1934  18 octobre 1934

Informations générales
Statut République socialiste
Capitale Oviedo

Contexte politique

Le 4 octobre 1934 marque l'entrée dans le gouvernement républicain de la Confederación española de derechas autónomas (CEDA) (Confédération espagnole des droites autonomes). Créé en février 1933, ce mouvement réunit des forces politiques hostiles à la République et favorables aux régimes fascistes d’Allemagne et d’Italie. En réaction, et comme cela avait été annoncé, de multiples grèves ont lieu dans plusieurs régions[2].

Proclamation de la République des ouvriers et des paysans

L’événement le plus marquant se déroule dans les Asturies où, sur le modèle de la Commune de Paris de 1871, les mineurs ont déclenché la révolution asturienne contre le gouvernement espagnol dirigé par Alejandro Lerroux. Le 5 octobre 1934, une République des ouvriers et des paysans est proclamée dans la ville d'Oviedo par le comité révolutionnaire, composé des différentes forces de l'Alliance ouvrière, qui avait appuyé et préparé la révolution. Une Armée rouge est créée pour assurer la défense des insurgés[2].

Direction

La République des ouvriers et des paysans est dirigée par un comité révolutionnaire, présidé successivement par Ramón González Peña, Teodomiro Menéndez et enfin Belarmino Tomás, président du Parti socialiste ouvrier espagnol.

Mesures prises

La République des ouvriers et des paysans donne la terre aux paysans, confisque les usines, juge ses ennemis dans des tribunaux révolutionnaires[3].

Répression

Une armée de 40000 hommes, commandée par le général de division Franco, est envoyée par la République espagnole pour réprimer la révolte. Elle est formée de soldats de la Légion étrangère et de troupes arabes du Maroc. Au bout d’une quinzaine de jours, l'armée asturienne doit se rendre, faute de munitions. La répression fait 3 000 morts (dont la plupart après la reddition), 7 000 blessés et 30 000 emprisonnés[4].

Albert Camus et « Révolte dans les Asturies »

Une œuvre collective, Révolte dans les Asturies, écrite sous la direction d’Albert Camus et destinée à être jouée au Théâtre du travail à Alger, prend pour thème la révolte ouvrière de 1934 à Oviedo[4].

Notes et références

  1. (es) « Cuando Franco defendió la legalidad republicana », sur masmemoriahistorica.blogspot.com, (consulté le 7 avril 2019).
  2. Guillamón, Agustín, 1950- ..., Josep Rebull, la voie révolutionnaire : critique d'Andreu Nin et de la direction du POUM, 1937-1939, Spartacus, impr. 2014 (ISBN 9782902963706 et 290296370X, OCLC 894376134, lire en ligne).
  3. (en) Felix Morrow, The Civil War in Spain, Pioneer Publishers, New York, 1936, p. 33 : « The greatest and most glorious struggle took place in Asturias. Here the Workers' Alliances were most nearly like Soviets, and had been functioning for a year under socialist and Communist Left leadership. Peña and Manuel Grossi led the miners, who made up for lack of arms by dynamite, tool of their trade, in a victorious insurrection. The "Workers and Peasants Republic" of Asturias gave the land to the peasants, confiscated the factories, tried their enemies in revolutionary tribunals, and for fifteen historic days held off the Foreign Legion and Moorish troops. There is a saying in Spain that had there been three Asturiases, the revolution would have been successful. Only the failure of the rebellion elsewhere enabled the government to concentrate its full force on Asturias ».
  4. Emile Martinez, Albert Camus, l'Algérie au cœur..., 13 mars 2010.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • Portail de l’histoire
  • Portail République
  • Portail du communisme
  • Portail de l’anarchisme
  • Portail des années 1930
  • Portail des Asturies
  • Portail de l’Espagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.