Réserve de faune du Dja

La réserve de faune du Dja est une réserve faunique située au sud-est du Cameroun.

Entrée de la Réserve à Somalomo

Réserve de faune du Dja *

La rivière Dja.
Coordonnées 3° 00′ 00″ nord, 13° 00′ 00″ est
Pays Cameroun
Subdivision Région du Sud (départements du Dja-et-Lobo pour la partie ouest, du Haut-Nyong pour la partie est)
Type Naturel
Critères (ix) (x)
Superficie 5 260 m2
Numéro
d’identification
407
Zone géographique Afrique **
Année d’inscription 1987 (11e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Créée en 1950, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1987 grâce à la diversification des espèces présentes dans le parc et à la présence d'espèces en voie de disparition[1]. La réserve est également reconnue en tant que réserve de biosphère par l'UNESCO depuis 1982[2].

La réserve est l'une des forêts humides d'Afrique les plus vastes (environ 5 000 km2) et les mieux protégées, la plus grande partie de sa superficie restant vierge, elle est parsemée de villages pygmées de l'ethnie Baka.

Pratiquement encerclée par la rivière Dja, qui en forme la limite naturelle, la réserve est surtout remarquable pour sa biodiversité, puisqu'elle abrite 107 espèces de mammifères (dont quelques espèces menacées d'extinction) parmi lesquels l'éléphant de forêt d'Afrique, le perroquet gris du Gabon, le bongo, le léopard, et surtout pour la très grande variété des primates qui y vivent (le drill, le mandrill, le mangabey à collier blanc, le gorille des plaines de l’Ouest, le chimpanzé).

Ensemble avec le parc national d'Odzala-Kokoua (République du Congo) et le parc national de Minkébé (Gabon), la réserve de faune du Dja fait partie de la zone TRIDOM (TRInationale du Dja, Odzala et Minkébé) du Fonds mondial pour la nature (WWF), qui est importante pour la protection des forêts denses africaines du bassin du Congo[3].

Espèces

La présence du léopard et du Chat doré d'Afrique est confirmée dans la réserve par une campagne de pièges photographiques en 2017[4]. La dernière preuve de présence du léopard remontait à entre décembre 1994 et janvier 1995, lorsque des chasseurs ont piégé un individu[4].

Population

Village Baka

La réserve est habitée par 4 000 habitants en 2015 dans son périmètre, tandis que 40 000 personnes habitaient sa périphérie.

Cette population appartient à différentes ethnies : Badjoué, Boulou, Fang, Nzimé. Sont présents aussi deux groupes semi-nomades, les Kaka et les Pygmées baka.

Si la chasse est interdite sur la réserve, elle a été autorisée aux Pygmées baka, sous réserve qu'ils utilisent leurs armes et techniques de chasse traditionnelles[5].

Menaces écologiques

Selon Greenpeace, la réserve est soumise à plusieurs menaces mettant en cause sa survie : le braconnage, mais aussi l'implantation à proximité de la centrale hydrolectrique de Mékin, et surtout la déforestation à la suite d'accords de concession d'exploitation d'hévéas donnée à la société Sud-Cameroun Hévéa (Sudcam).

Ces concessions, initialement provisoires et dont l'une est devenue définitive en 2015, jouxtent le nord-ouest et le sud-ouest de la réserve[6], avec obligation de conserver une bande séparative de 100 à 200 m selon l'étude d'impact environnemental rédigée par Sud-Cam[7]. Toujours selon Greenpeace, près de 6 000 hectares de forêt servant de territoire de chasse, de pêche et de cueillette aux habitants, auraient été détruits entre 2011 et 2016[6].

Selon une étude conjointe de 2015 réalisé conjointement par l'UNESCO et l'Union internationale pour la conservation de la nature, seuls le braconnage et la centrale hydroélectrique de Mékin constitueraient des périls prouvés[6].

Notes et références

  1. « reserve de faune du dja », sur unesco.org (consulté le 14 février 2013)
  2. (en) « Dja | United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization », sur www.unesco.org (consulté le 1er mars 2017)
  3. (en) « TRIDOM: Tri-National Dja-Odzala-Minkébé », sur wwf-congobasin.org (consulté le 29 janvier 2018)
  4. (en) Tom Bruce, Constant Ndjassi, Matthew Lebreton, Tim Wacher, Andrew Fowler, Roger Bruno Tabue Mbobda et David Olson, « African golden cat and leopard persist in the Dja Faunal Reserve, Cameroon », Cat News, no 68, , p. 24-25 (ISSN 1027-2992)
  5. Ecological Sciences for Sustainable Development : Dja, sur unesco.org, mise à jour juin 2015.
  6. L’UNESCO échoue à protéger la Réserve du Dja au Cameroun sur greenpeace.org, septembre 2016.
  7. Sud Cameroun Hevea S.A., Etude d'impact environnemental du projet de création d'une plantation agroindustrielle d'hévéa dans le Dja-et-Lobo, région du Sud sur greenpeace.org, juin 2011

Annexes

Bibliographie

  • Wim Bergmans, Liste provisoire des mammifères de la réserve de faune du DJA et de sa périphérie, Comité Néerlandais pour l'UICN, 1994, 42 p.
  • Bonaventure Sonké, Forêts de la Réserve du Dja (Cameroun) : études floristiques et structurales, Jardin botanique national de Belgique, Meise, 2004
  • (en) Tom Bruce, Constant Ndjassi, Matthew Lebreton, Tim Wacher, Andrew Fowler, Roger Bruno Tabue Mbobda et David Olson, « African golden cat and leopard persist in the Dja Faunal Reserve, Cameroon », Cat News, no 68, , p. 24-25 (ISSN 1027-2992)

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Cameroun
  • Portail de la conservation de la nature
  • Portail du patrimoine mondial
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.