Révélation privée

La révélation privée est, dans la théologie chrétienne, un message de Dieu  en dehors des canons bibliques , qui peut être de différents types.

Foule rassemblée assistant au « miracle du soleil », à Fátima en 1917.

L’Église catholique parle de la révélation privée ou de révélation spéciale, pour indiquer des visions ou des révélations faites par Jésus, Marie ou d'autres saints, qui auraient eu lieu après la rédaction du Nouveau Testament. Ces révélations, dont le caractère « privé » les distingue des révélations « publiques », n'ont été reconnues que dans un nombre limité de cas par l’Église catholique et ne font pas partie du dépôt de la foi.

Tout au long de l'histoire du christianisme, il y a eu de nombreuses révélations rapportées, des prophéties du Montanisme (IIe siècle) au « miracle du soleil » (XXe siècle).

Au cours des siècles, l’Église a établi des règles « de discernement » pour vérifier si « la révélation » (ou l'apparition), sont de nature « surnaturelle » ou non. Ces enquêtes sont menées d'abord par l'évêque du lieu, puis éventuellement par les autorités du Vatican. Cette approbation des instances de l’Église est indispensable pour toute diffusion, publication et dévotions liées aux messages (ou apparitions) reçues.

D'après la théologie de l’Église catholique

Définitions

Selon l'Église catholique, la « révélation » est « l'action de Dieu lui-même qui se fait connaitre progressivement aux hommes et se révèle en son Fils incarné pour les sauver ». Pour l’Église, il existe deux types de révélation[1] :

Les autres termes de « la révélation divine » comprennent la prophétie publique, la révélation publique, la révélation fondamentale et la révélation définitive[2],[C 3], tandis que d'autres termes pour la révélation personnelle incluent la prophétie privée, la révélation privée, la révélation dépendante et la révélation particulière[2],[3].

La révélation divine a été accomplie, complétée et perfectionnée en Jésus-Christ, plénitude et médiateur, auteur et interprète, but et centre de la révélation publique[C 4],[C 5],[C 6],[C 7],[C 8],[C 9]. Par conséquent, la révélation publique est le dépôt de la foi et la règle de la foi (en) ((la) regula fidei), elles doivent être vécues par tous les catholiques[4]. Saint Thomas d'Aquin a enseigné que toute la révélation publique s'est terminée par la mort de saint l'apôtre Jean[5]. Les révélations privées ne peuvent pas dépasser, corriger, améliorer, remplir, compléter ou parfaire la révélation publique[C 3]. C'est-à-dire qu'une révélation privée ne peut pas, selon l’Église catholique, modifier, corriger ou compléter le contenu de la révélation (publique) présente dans les évangiles[1] : elle ne fait pas partie du dépôt de la foi[6].

La révélation divine, puisqu'elle est contenue dans la Parole de Dieu et en Christ, comprend aussi l’Église, le magistère, les sacrements et le dogme catholique[C 10],[C 11],[C 12]. Parce que l’Église et le magistère font partie de la révélation divine, les évêques ont une autorité divine[C 13]. Parce que les sacrements sont une partie de la révélation divine, leur nature ne peut être changée (par exemple, recevoir la sainte communion sans péché mortel), mais leurs modes de célébration peuvent être adaptés (par exemple, recevoir la sainte communion dans la main ou sur la langue)[7]. Parce que le dogme catholique fait partie de la révélation divine, les vérités salvatrices du Christ sont immuables[1],[N 1],[N 2].

Les révélations dans la Parole de Dieu - telles que l'apparition des trois anges à Abraham et l'ange qui a combattu Jacob; le buisson ardent ; La théophanie sur le mont Sinaï; La « colonne de nuées » et la « colonne de feu » ; Les visions et les prophéties des prophètes; L'expérience d'Élie dans la grotte, et son assomption ; La révélation de saint Pierre (« Tu es le Christ »); Les apparitions du Christ ressuscité aux apôtres, y compris l'apparition unique et exceptionnelle à saint Paul; Les différents miracles consignés dans les Actes des apôtres et dans les épîtres; Et tout le Livre de l'Apocalypse - ne sont pas des « révélations privées », mais sont des « révélations publiques »[C 14],[C 15]. L'apparition de la Vierge du Pilier à saint Jacques, n'est pas une révélation privée ni une révélation publique ou un dogme catholique : c'est une tradition ecclésiale[8],[C 12],[C 16].

Parce que le Christ a promis que le Saint-Esprit conduirait l'Église dans toute vérité[C 17], le Seigneur conduit l'Église à une compréhension plus profonde du Seigneur. Les révélations privées sont l'un des modes d'action de Dieu[9],[C 18]. Parce que le Christ a averti que de faux prophètes viendraient et que l'arbre devait être connu de son fruit[10], l'Église se montre toujours prudente et sceptique vis-à-vis d'« expériences spirituelles »[11],[1].

Les types de révélation

Christ de la divine miséricorde, peinture d'après la « vision » de sainte Faustine Kowalska.

Différents types de révélations privées ont été rapportés dans l'Église catholique[12].

Les apparitions de la Sainte Vierge sont généralement appelées apparitions mariales. Celles-ci incluent généralement une vision de la Sainte Vierge, accompagnée de brefs messages. C'est de loin la forme la plus largement rapportée. Des exemples bien connus « d'apparitions mariales approuvées » comprennent Notre-Dame de Guadalupe, Notre-Dame de Lourdes ou Notre-Dame de Fátima. Ces apparitions sont considérées comme des « révélations privées » de Dieu à travers la Vierge Marie[13],[9],[C 19].

Les visions mariales ne signifient pas que Marie apparaît « comme un esprit désincarné », puisqu'elle a été élevée dans le ciel[14]. Cependant, certains estiment que Marie pourrait apparaître « sous forme corporelle par bilocation »[15]. Certains théologiens, comme le père Erlenbush, croient que, « parce que Jésus n'apparaît pas sous la forme corporelle, alors Marie pourrait ne pas apparaitre (non plus) sous forme corporelle »[16].

Un certain nombre d'apparitions de Jésus-Christ après son ascension ont été rapportées. Certaines d'entre elles ont reçu l'approbation du Saint-Siège. Par exemple, la biographie du Vatican de sainte Faustina Kowalska cite certaines de ses conversations avec Jésus[17].

Les « apparitions de Jésus » ne sont pas la même chose que la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie, même si elle inclut l'adoration eucharistique, parce que les sacrements font partie de la révélation publique[C 20]. Les apparitions ne sont pas équivalentes à celle attendue lors de la parousie du Christ, parce que l'Église croit que Jésus « viendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts »[C 21] (et que cette venue là sera différente).

Il existe également des rapports de locutions intérieures dans lesquelles des voix intérieures sont rapportées, mais aucune vision de la divinité n'est revendiquée. Les biographies du Vatican de sainte Thérèse d'Ávila et de mère Teresa de Calcutta se réfèrent à leurs locutions intérieures, bien que mère Teresa ait souvent préféré rester discrète à leur sujet[18],[19].

Certaines révélations privées produisent de grandes quantités de texte, tandis que d'autres représentent quelques phrases signalées. Par exemple, le père Stefano Gobbi (en) a produit un livre de messages attribués à la Sainte Vierge Marie, tandis que sœur Marie du Divin Cœur a simplement écrit deux lettres au pape Léon XIII avec un message attribué à Jésus-Christ, incitant le pape à consacrer le monde au Sacré-Cœur de Jésus[20].

L'Église ne considère pas l'occultisme - le spiritisme, l'écriture automatique, l'astrologie, les pouvoirs psychiques, la magie, la divination, la conjuration des morts, etc. - comme des types de révélations privées[21],[22].

L'église ne considère pas non plus les révélations privées comme ayant autorité sur le pape ou les évêques en communion avec lui, parce que l’Église, l'évêque et la « révélation publique » ont l'autorité divine pour les questions de foi[23],[24],[25],[26] alors que les révélations privées ne sont pas (pour l’Église) une question de foi, ces révélations sont l'objet de la foi humaine[9]. L’Église rappelle que les révélations privées ne possèdent ni l'autorité divine, ni ne doivent être mélangées avec la foi divine et catholique[9]. L’Église catholique indique que le Magister interprète infailliblement la Parole de Dieu inhérente[N 3] alors que les saints peuvent faire des erreurs sur les détails de révélations privées[27], car la nature humaine est encline au péché et à l'erreur[C 22]. Par conséquent, les catholiques ne peuvent pas désobéir à l’Église en faveur de l'obéissance à une révélation privée[C 23].

Les sources de révélations

Pour l’Église, les révélations privées proviennent de Dieu, et les « fausses révélations » proviennent de sources humaines ou démoniaques. Tout comme dans l'exorcisme, l'Église catholique fait attention à distinguer entre les événements surnaturels, la maladie mentale, l'abus de drogue, la tromperie et l'activité démoniaque. L’Église réunit une équipe de scientifiques, de théologiens et d'autres experts pour tester l'esprit du « visionnaire allégué » pour voir s'il est authentique, psychotique ou manipulateur, influencé par la drogue, trompeur ou trompé, ou possédé par des démons[28],[C 24].

Certains pensent (à tort) que l’Église accepte rapidement la maladie mentale ou l'abus de drogues, comme la schizophrénie ou les hallucinogènes, comme étant des révélations privées ou une activité démoniaque. L'Église est sceptique et n'accepte le contenu de la révélation privée qu'après un long discernement, car elle se veut « le pilier et le rempart de la vérité »[C 25] et parce qu'elle a une longue histoire de traitement des visionnaires frauduleux[29].

Les révélations authentiques

Sainte Catherine de Sienne, mystique reconnue par l’Église.

L’Église estime que les révélations de Dieu « peuvent être une grâce extraordinaire qui confirme la doctrine et le dogme catholiques ». Un exemple célèbre est Notre-Dame de Lourdes, qui a déclaré être « l'Immaculée Conception » quatre ans après la proclamation du dogme de l'Immaculée Conception[30]. De plus, l'Église rappelle que :

  • parce qu'elles sont extraordinaires, les révélations ne doivent pas être confondues avec la sainteté[C 26].
  • parce qu'elles sont une grâce, personne ne peut légitimement désirer recevoir des révélations[C 2].
  • parce qu'elles rappellent aux fidèles de ce qui est déjà contenu dans la révélation publique, les révélations privées peuvent parfois se produire de manière inattendue, comme les stigmates, qui rappellent les catholiques le mystère pascal ; des statues pleurantes qui rappellent le péché et la miséricorde ; ou l'anneau mystique de sainte Catherine de Sienne, qui rappelle le mariage mystique.

Les fausses révélations

Exemple célèbre de paréidolie : rocher donnant une illusion d'optique.

Une source humaine commune de « fausses révélations » est la paréidolie, où les gens voient des visions ou entendent des voix là où il n'y en a pas. L’Église rappelle que « les révélations privées sont des miracles », et par conséquent que les apparitions et les visions ne peuvent pas être photographiées et les messages et les locutions ne peuvent être enregistrés[31]. Malgré ces déclarations de l’Église, certains catholiques croient aux apparitions de Zeitoun[N 4].

Une autre source humaine de fausses révélations est une mauvaise restitution d'information, où des gens attribuent des paroles à des saints ou à d'autres personnes, comme la prophétie des « trois jours de l'obscurité » attribuée à saint Padre Pio[N 5], la prophétie des « fins des temps » attribuée à Notre-Dame du Laus[N 6] et aux paroles de Medjugorje attribuées au pape Jean-Paul II[32].

Une source démoniaque commune de fausses révélations est une possession démoniaque. Satan peut apparaître comme un « ange de lumière » et réprimander les gens pour leurs péchés[33] et imiter les miracles et les révélations de Dieu. Le cas le plus célèbre est Magdalena de la Cruz (en), par lequel Satan a prononcé de fausses prophéties et fait des miracles, y compris la lumière incréée (en), les stigmates, la lévitation, l'extase et le jeûne extraordinaire (elle aurait survécu uniquement de l'Eucharistie)[29].

Discernement de la révélation

Règle de base

L'Église catholique utilise la Normae Congregationis de 1987 pour discerner et juger les révélations privées. Tout d'abord, l'évêque catholique local juge la prétendue révélation selon ses fruits[34] :

  • Les « bons fruits »
    • La révélation présumée s'est produite réellement / se passe, ce qui ne laisse aucune place à la post-diction[N 7] et aux canulars
    • Le visionnaire présumé est mentalement sain, honnête, humble et vit une vie normale
    • Conformité à la révélation publique et immunité contre l'erreur dans la foi ou la morale
    • Dévouement sain à la prétendue révélation (adhésion aux dogmes, soumission à l'évêque, obéissance à la foi, etc.)
    • Abondants fruits spirituels issus de cette dévotion saine (prière, conversion, charité, etc.)
  • Les « mauvais fruits »
    • La prétendue révélation ne s'est pas produite (quelqu'un confondant un faux-soleil pour un miracle, etc.)
    • Des erreurs doctrinales attribuées à Dieu ou à un saint
    • Utilisation de la prétendue révélation pour la renommée, la fortune, le sexe ou d'autres gains
    • Présence d'occultisme ou d'autres péchés mortels (abus de drogue, etc.) dans le cadre de la prétendue révélation
    • Maladie mentale, tendances psychotiques ou activité démoniaque

Quelques exemples :

  • Les révélations de sainte Faustine comprenaient tous les « bons fruits » et pas de « mauvais fruits », bien que le journal de Faustine ait été initialement interdit en raison d'une traduction défectueuse envoyée au Vatican[35].
  • Les révélations de l'Église mariavite, qui, malgré la promotion de la piété populaire et l'appel à la fréquentation des sacrements, incluaient de très mauvais fruits, contenait des hérésies et condamnait « les sceptiques »[36].

Rôle de l'évêque

Les apparitions de Notre-Dame du Laus ont été reconnues par l'évêque du lieu.

Le jugement sur la révélation privée relève du magistère ordinaire de l'évêque, qui est de son autorité (cependant sa décision n'est pas infaillible). Un évêque, ou son successeur, peut annuler un jugement préalable, comme ce fut le cas pour les apparitions de Notre-Dame de toutes les Nations (en)[37]. L'évêque va juger si la prétendue « révélation privée » est digne de croyance (constat de surnaturalité) ou non (constat de non surnaturalité).

Après cette première étape, et avec un jugement favorable, l'évêque « permet une dévotion locale sans juger si la révélation est digne de croyance ». Des miracles peuvent même être reconnus, sans pour autant approuver la révélation elle-même[38]. Cette étape est communément appelée « approuvée pour l'expression de la foi ». Puis, lorsque l'évêque « voit une dévotion saine à la révélation, et des fruits spirituels abondants (liés à cette dévotion) », il juge la révélation digne de croyance, c'est-à-dire que[39] :

  • la révélation privée ne contient rien de contraire à la foi ou à la morale catholique,
  • les fidèles sont autorisés à croire avec prudence la révélation privée (sans obligation)
  • il est alors autorisé de publier le contenu de la révélation privée.

En outre, l'évêque approuve les titres - tels que « Notre-Dame » - donnés à une apparition mariale (par exemple « Notre-Dame de Lourdes »)[40].

Une révélation privée qui n'est pas digne de croyance peut être étudiée plus complètement ou, si de mauvais fruits sont trouvés, condamnés. Une révélation condamnée peut ne pas être suivie, crue ou publiée par les fidèles[41],[42]. Un évêque peut juger une prétendue révélation privée avant qu'elle ne soit terminée, comme ce fut le cas pour les prophéties de Montanus (qui ont été condamnées)[33] ou les prophéties d'Elizabeth Barton (qui ont été approuvées)[43].

Approbation par le Vatican

Les apparitions de Notre-Dame de Lipa ont été reconnues par l'évêque, mais condamnées par le Vatican.

Une révélation privée peut recevoir une approbation complète lorsqu'elle est approuvée par le Pape, comme cela s'est produit avec les révélations à sainte Marguerite-Marie Alacoque[44]. La visite par un pape d'un site de « prétendues apparitions », l'approbation de privilèges spéciaux aux sanctuaires, l'offrande de cadeaux aux visionnaires présumés, des paroles « positives » (du pape) au sujet de révélations présumées ou de leurs visionnaires ne constituent pas un témoignage d'« approbation de la révélation par le pape »[45] (comme de fut le cas pour Notre-Dame de Lipa, que le pape François a visité en 2016, quelques mois avant que l'apparition soit rejetée par le Vatican)[46].

Tous les rapports sur des révélations privées ne sont pas approuvés, même s'ils ont de bons fruits[47],[48]. Par exemple, les rapports de Notre-Dame de Surbiton affirmant que la Vierge Marie apparaissaient tous les jours sous un pin en Angleterre ont été définitivement rejetées par le Vatican comme étant une fraude[49]. De même, les révélations privées diffusées et publiées par Vassula Ryden ont été condamnées en 1995 par la Congrégation pour la doctrine de la foi[50],[N 8].

L’Église se montre très prudente sur le contenu de la révélation. Même quand elle les « approuve », après une enquête approfondie, l'Église « ne se porte pas garante de la vérité du fait »[51], il s'agit plutôt d'une « permission accordée, après un examen attentif, de faire connaitre cette révélation pour l'instruction et le bien des fidèles »[1].

Publication de révélation

La Congrégation pour la doctrine de la foi précise que la publication de textes de « présumées révélations personnelles » est soumise à une autorisation de l’Église : bien que le pape Paul VI, en 1966, ait décidé l'abolition de l'Index librorum prohibitorum[52], les chrétiens sont tenus à « l'obligation morale de ne pas répandre ou lire les écrits qui mettent en danger la foi et la morale ».

C'est pourquoi il n'est pas licite de « propager sans autorisation » des écrits et des messages provenant de révélations présumées :

  • La congrégation rappelle donc que, pour la diffusion de textes de « révélations privées présumées », la norme en vigueur est celle du Code de droit canonique 823, § 1, qui donne aux pasteurs le droit « d'exiger aussi que les écrits touchant à la foi ou aux mœurs, que les fidèles se proposent de publier, soient soumis à leur jugement, et même de réprouver les écrits qui nuisent à la foi droite ou aux bonnes mœurs. »[53].
  • Les révélations et les écrits surnaturels présumés qui les concernent sont d'abord soumis au jugement de l'évêque diocésain, puis à celui de la conférence épiscopale, et en dernier lieu, de la Congrégation pour la doctrine de la foi[54].

La canonisation d'un mystique ou l'imprimatur donnée à un « livre de révélations » ne signifie pas qu'une révélation privée est « authentique », parce que l’Église ne se prononce pas sur le contenu des « présumées révélations » lorsqu'elle se prononce sur la sainteté de l'individu[27], et que l'imprimatur ne garantit pas qu'un livre soit libre de « toute erreur doctrinale ou morale »[53].

Dévotion liée à une révélation

Il est possible, avec la permission de l'évêque, de construire un sanctuaire en l'honneur d'une révélation privée (approuvée)[55]. Dans le cas des « apparitions », l’Église n'autorise la dévotion que si ladite apparition a été établie (c'est-à-dire reconnue comme étant « surnaturelle ») ou non établie (c'est-à-dire que l’Église maintient le doute)[N 9],[1].

Cependant, l’Église indique que « personne n'est obligé d'honorer une révélation privée », car ce n'est pas une révélation publique[56], de même que personne n'est obligé de pratiquer la piété populaire, car ce n'est pas la liturgie[57]. Elle indique que « seules les révélations publiques et la liturgie sont obligatoires, car elles sont nécessaires au salut »[C 27],[C 28]. En dépit de cela, certains catholiques, comme les Croisés de Fatima[58], croient que le chapelet est nécessaire pour la paix mondiale parce que Notre-Dame de Fatima a déclaré: « Priez le chapelet tous les jours, afin d'obtenir la paix pour le monde et la fin de la Guerre »[59],[N 10].

Intérêt et dangers des révélations privées

Saint Jean de la Croix a mis en garde les chrétiens contre les révélations privées.

Selon l’Église catholique, ces révélations sont une aide à la vie spirituelle, invitant à la conversion. « Elles apportent à l'Église l'assurance que Dieu l'accompagne, qu'Il est présent au milieu de son peuple. ». Si leur message « peut être rude »[N 11], ces révélations (ou apparitions) « interviennent dans un moment particulier de l'histoire, [...] dans un contexte particulièrement difficile, où les gens sont déboussolés. Le prophète vient leur indiquer la bonne direction »[1].

Joachim Bouflet[N 12] souligne que certaines « révélations privées » peuvent « donner lieu à des dérives sectaires »[N 13], où être le fait d'une exaltation, de maladies psychiques[1].

Thérèse d'Avila, dans son ouvrage Les Fondations, recommande au chrétiens, en cas de « visions ou révélations », d'en parler à son supérieur (ou à son confesseur), et de s'en tenir à l'obéissance spirituelle, faisant ce que « le supérieur demande » plutôt que « ce que la révélation indique », car pour la sainte « il y a un grand danger à faire confiance à la révélation, plutôt qu'au confesseur, même si c'est un ange de Dieu qui nous parle » (et que le confesseur se trompe). Elle ajoute que si le confesseur se trompe, Dieu « l'éclairera ou y pourvoira », et que l'âme, par l'obéissance et l'humilité, progressera en sainteté[60].

Saint Jean de la Croix, dans son ouvrage La Montée du Carmel va plus loin : il met en garde le chrétien contre la tentation de demander « des lumières spirituelles » à Dieu sur des « connaissances surnaturelles ». Le théologien indique que si « Dieu répond parfois à nos interrogations », cette façon de faire n'est pas bonne[N 14]. Le docteur de l’Église précise que si « Dieu répond parfois à la demande du fidèle », c'est « à cause de la faiblesse de l'âme qui veut marcher par cette voie », mais également, que c'est « parfois le démon qui répond » (au lieu de Dieu)[61]. Jean de la Croix précise longuement que le démon peut se transformer en « ange de lumière » et donner des fausses visions et révélations à l'âme dans le but de la faire chuter. Il ajoute que « le démon a coutume d'annoncer beaucoup de choses futures, en apparence très véritables et très conformes à la raison, en vue de nous tromper ». En s'appuyant sur différents passages des écritures, le docteur invite le fidèle à s'écarter et rejeter toutes « prophéties et révélations d'avenir » qui pourraient être faites par voies surnaturelles, car elles présentent un danger « pour l'âme »[61].

Controverses

Les « visionnaires frauduleux » contestent parfois les jugements négatifs de leur évêque, et inversement les sceptiques contestent parfois des révélations « déclarées authentiques », en accusant les évêques de ne pas avoir fait une enquête approfondie, par exemple en interrogeant (plus) les visionnaires[43],[62].

Certaines révélations privées ont fait l'objet de théories du complot. Ces théories comprennent l'occultation de révélations par l’Église[63], la collusion de responsables religieux et de gouvernements locaux pour cacher des apparitions[64], une influence sur les visionnaires[65] et la corruption de l’Église[66]. Certains prétendent parfois que des révélations privées « prouvent des théories de conspiration »[N 15].

Sources

Notes et références

Notes

  1. Jean XXIII, à l'issue du concile Vatican II déclarait : « Le Concile veut transmettre la doctrine de façon pure et intègre, sans atténuation ni déformation. […] Notre devoir ne consiste pas seulement à conserver ce trésor précieux, comme si nous nous préoccupions uniquement de l’Antiquité, mais de nous consacrer avec une ferme volonté et sans peur à cette tâche, que notre époque exige… Il est nécessaire que cette doctrine certaine et immuable, qui doit être fidèlement respectée, soit approfondie et présentée d’une façon qui corresponde aux exigences de notre temps. ».
  2. Le pape Jean-Paul II a déclaré aux évêques de Corée : « En union avec le Christ, vous réfléchirez à nouveau sur ce que la parole de Dieu exige de l'Église en Corée. Avec le courage qui vient uniquement avec la sainteté, vous accepterez les exigences authentiques du concile Vatican II pour vos diocèses. En prière, vous passerez en revue les enseignements permanents de la foi et la nouveauté toujours pertinente des dogmes immuables de l'Église. En communion vitale avec le Christ, la vigne vivante et en union avec l'Église universelle, vous continuerez à prêcher la parole de foi qui dépend de l'écoute et qui permet au Peuple de Dieu d'avouer avec leurs lèvres que Jésus est Seigneur, de croire en leur cœur que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts et d'être sauvé (Cf. Rm 10 ,9). Cette foi - qui est nourrie dans vos propres cœurs et proclamée avec le charisme épiscopal spécial qui vous appartient - est la source de toutes les idées des fidèles appelés à croire et au pouvoir du Saint-Esprit, à réfléchir cette foi et la vivre ».
  3. Dei Verbum § 11,25 « Dès lors, puisque toutes les assertions des auteurs inspirés ou hagiographes doivent être tenues pour assertions de l’Esprit Saint, il faut déclarer que les livres de l’Écriture enseignent fermement, fidèlement et sans erreur la vérité que Dieu a voulu voir consignée dans les Lettres sacrées pour notre salut » et « Il revient aux évêques « dépositaires de la doctrine apostolique » d’apprendre de manière convenable aux fidèles qui leur sont confiés, à faire un usage correct des Livres divins, surtout du Nouveau Testament et en tout premier lieu des Évangiles, grâce à des traductions des textes sacrés ».
  4. L’Église catholique n'a jamais exprimé son avis sur les présumées apparitions, qui ont fait l'objet de plusieurs photographies.
  5. Prophétie que l'on trouve relayée sur certains sites comme opusdeialert indique que « Padre Pio et d'autres catholiques éminents pour leur sainteté, ont prophétisé pendant des siècles le terrible châtiment à venir des Trois Jours des Ténèbres; où la moitié de la population mondiale (voire les trois quarts) sera tuée par le juste châtiment de Dieu. ». Pour l’Église catholique, cette prophétie est un hoax.
  6. Prophétie circulant sur internet et que l'on peut retrouver sur ce blog. Pour l’Église catholique, cette prophétie est un hoax.
  7. Prédiction vague, interprétée à postériori, ou réalisée après des événements et antidatée.
  8. Cette condamnation a été répétée par les évêques de France en 2011, ainsi que par l'Église orthodoxe.
  9. Ce qui est différent du cas où l’Église exclut la « surnaturalité » du phénomène, et donc le condamne, interdisant de facto tout culte.
  10. Ils montrent donc une confiance à la « révélation privée » supérieure à la parole de leur Église.
  11. Comme à Fatima, la Salette, ou Kibeho.
  12. Joachim Bouflet est historien, spécialiste des phénomènes mystiques.
  13. Comme ce fut le cas pour le Montanisme ou l'Église mariavite.
  14. L'auteur dit même que « Dieu s'en irrite et s'en tient pour offensé ».
  15. Par exemple, certains théoriciens de conspiration Ovni affirment que le miracle du soleil était un ovni.

Références

  1. Céline Hoyeau, « Les révélations privées », La Croix, no 40727, , p. 14-15 (lire en ligne).
  2. (en) Jose George PALAKUZHA, Understanding Tradition : Jesus Christ in the Writings of Gerald O’Collins, KATHOLIEKE UNIVERSITEIT LEUVEN FACULTY OF THEOLOGY, , 275 p. (lire en ligne), p. 18-19 et note 61.
  3. (en) Manfred Hauke, « Introduction to Marioloty, chap 9 The prophetic role of Mary in apparitions », sur Scribd, scribd.com (consulté le 25 avril 2017).
  4. Dei Verbum § 5 (lire en ligne).
  5. (en) « Question 174. The division of prophecy », sur New Advent, newadvent.org (consulté le 26 avril 2017).
  6. Catéchisme de l'Église catholique, par. 65-67.
  7. Redemptionis Sacramentum § 10 (lire en ligne).
  8. (en) « Nuestra Señora Del Pilar », sur New Advent, newadvent.org (consulté le 26 avril 2017).
  9. Cardinal Joseph Ratzinger, « Les message de Fatima / Commentaire théologique », Vatican, (lire en ligne).
  10. Commission Biblique Pontificale, « BIBLE ET MORALE, Les racines bibliques de l'agir chrétien », sur Vatican, vatican.va (consulté le 26 avril 2017), § 49-129.
  11. Commission Théologique Internationale, « La Théologie aujourd'hui : perspectives, principes et critères », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 26 avril 2017), § 92.
  12. (en) Michael Freze, Voices Visions and Apparitions, Our Sunday Visitor Inc., , 360 p. (ISBN 978-0879734541).
  13. P. Raniero Cantalamessa OFM, « Les révélations privées », sur Spiritualité Chrétienne, spiritualite-chretienne.com, (consulté le 27 avril 2017).
  14. Munificentissimus Deus (en)(lire en ligne).
  15. (en) « Visions and Apparitions », sur New Advent, newadvent.org (consulté le 27 avril 2017).
  16. (en) Father Ryan Erlenbush, « Where was Mary assumed to? / Reginaldus said... », sur The New Theological Movement, newtheologicalmovement.blogspot.fr, (consulté le 27 avril 2017).
  17. (en) « Mary Faustina Kowalska », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 27 avril 2017).
  18. Benoit XVI, « Audience Générale, Salle Paul VI, Mercredi 2 février 2011 », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 27 avril 2017).
  19. (en) « Mother Teresa of Calcutta (1910-1997) », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 27 avril 2017).
  20. Marie du Divin Cœur, Autobiographie de sœur Marie du Divin Cœur, religieuse du Bon-Pasteur, Lisbonne, Édition de la Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur, .
  21. (en) « Spiritism », sur New Advent, newadvent.org (consulté le 27 avril 2017).
  22. (en) « Occult Art, Occultism », sur New Advent, newadvent.org (consulté le 27 avril 2017).
  23. Benoit XV, « Ad beatissimi apostolorum principis », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va, (consulté le 27 avril 2017).
  24. Divino afflante Spiritu, Pie XII, 1943(lire en ligne).
  25. Léon XIII, « Diuturnum illud », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va, (consulté le 27 avril 2017).
  26. (es) Jean-Paul II, « Juan Pablo II, Audiencia General, Miércoles 14 de octubre de 1987 », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va, (consulté le 27 avril 2017).
  27. Jean-Paul II, « Lettre Apostolique en forme de Motus Proprio pour la proclamation de sainte Brigite de Suède, sainte Catherine de Sienne, et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix copatronnes de l'Europe », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va, (consulté le 27 avril 2017).
  28. (en) Fr. William G. Most, « Private Revelations and Discernment of Spirit », sur Global Catholic Network, ewtn.com, (consulté le 28 avril 2017).
  29. (en) Douglas J. Potter, « Impostors », sur New Advent, newadvent.org (consulté le 28 avril 2017).
  30. « Le Message de Lourdes », sur Sanctuaire ND-de Lourdes, lourdes-france.org (consulté le 28 avril 2017).
  31. Pie XI, « Ad Catholici Sacerdotii », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va, (consulté le 28 avril 2017), § 44.
  32. (en) Emmanuel Nolan, Sister Emmanuel et Denis Nolan, Medjugorje : What Does the Church Say?, Queenship Publishing Company, , 3e éd., 48 p. (ISBN 978-1579180546), p. 19.
  33. (en) Arthur Cushman McGiffert, « Church History », sur New Advent, newadvent.org (consulté le 28 avril 2017), chap 16 § 9.
  34. Card. Franjo Šeper, « Normes procédurales pour le discernement des apparitions ou révélations présumées », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 28 avril 2017).
  35. (en) John L. Allen Jr, « A saint despite Vatican reservations », National Catholic Reporter, .
  36. (en) Pie X, « Tribus Circiter, Encyclique du pape Pie X », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va, (consulté le 28 avril 2017).
  37. (en) Colin B. Donovan, « Our Lady of All Nations », sur Global Catholic Network, ewtn.com (consulté le 2 mai 2017).
  38. Quelques exemples sur : (en) « Approved for Faith Expression », sur The Miracle Hunter, miraclehunter.com (consulté le 28 avril 2017).
  39. Benoit XVI, « Verbum Domini, Exhortation Apostolique post-synodale », sur Libreria Editrice Vaticana, vatican.va, (consulté le 28 avril 2017), § 14.
  40. (en) Paul VI, « Journey to India adress of Pope Paul VI during his visit to the Marian shrine of Our Lady of Bandra », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 28 avril 2017).
  41. (en) Colin B. Donovan, « Apparitions/Private Revelations », sur Global Catholic Network, ewtn.com, (consulté le 2 mai 2017).
  42. (en) Bryan J Walsh, « Marian Apparitions & the chastisement », sur Global Catholic Network, ewtn.com (consulté le 2 mai 2017).
  43. (en) Dom Adam Hamilton, osb, The Angel of Syon : the life and martyrdom of Blessed Richard, Londres, Sands & Co, , 164 p. (lire en ligne).
  44. Encyclique Miserentissimus Redemptor de Pie XI, 1928, § 3-4 (lire en ligne sur le site du Vatican ((en)) ou en français.
  45. (en) Congrégation pour la doctrine de la foi, « Norms regargarding the manner of proceeding in the discernment of presumed apparitions or revelations », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 2 mai 2017), p. Chap IV.
  46. Céline Hoyeau, « Le Vatican clôt le dossier des apparitions présumées de Lipa, aux Philippines », La Croix, (lire en ligne, consulté le 2 mai 2017).
  47. Encyclique Tribus circiter de Pie X en 1906 ((en) lire en ligne).
  48. Par exemple certaines visions ayant eu lieu à Knock ont été rejetées : (en) « Archbishop enters row over Knock 'sun miracle' », Irish Independent, (lire en ligne, consulté le 2 mai 2017).
  49. (en) Jonathan Petre, « Vatican rejects woman's Virgin Mary claim », The Telegraph, (lire en ligne, consulté le 2 mai 2017).
  50. Cardinal Ratzinger, « Notification À propos des écrits et des activités de Mme Vassula Ryden », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 4 mai 2017).
  51. Pascendi Dominici gregis, de Pie X, 1907 § 75 (lire en ligne).
  52. Motu proprio Integrae servandae, Paul VI, 1966 (lire en ligne).
  53. Code de droit canonique, § 823-824 (lire en ligne).
  54. (en) Sacred Congregation for the Doctrine of the Faith, « Communique on Vassula Ryden », sur Global Catholic Network, newadvent.org, (consulté le 2 mai 2017).
  55. Code de droit canonique, § 1230-1234 (lire en ligne).
  56. Exhortation Apostolique Verbum Domini, Benoit XVI, 2010, § 14.
  57. Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, « Directoire sur la piété populaire et la liturgie, principes et orientations », sur Vatican, vatican.va, (consulté le 2 mai 2017).
  58. (en) « FATIMA: The Only Way To World Peace », sur Fatima Network Crusader, fatimacrusader.com (consulté le 2 mai 2017).
  59. « Rosaire », sur Sanctuaire de Fatima, fatima.pt (consulté le 2 mai 2017).
  60. Les Fondations de Thérèse d'Avila chap 8, § 4-5. Thérèse d'Avila, Œuvres complètes : Thérèse d'Avila, t. 1, Le Cerf, coll. « Carmel », (1re éd. 1995), 1341 p. (ISBN 978-2204053242, lire en ligne), chap 8.
  61. La Montée du Carmel Livre 2, chap 21, § 1-13 dans Jean de la Croix, Œuvres Complètes : Jean de la Croix, Paris, Cerf, , 1871 p. (ISBN 978-2-204-06643-3, lire en ligne), p. 725-730.
  62. (en) « Bayside, Some questions answered » (consulté le 2 mai 2017).
  63. (en) Tarcisio Bertone, The Last Secret of Fatima, Doubleday Religion, (ISBN 0-385-52582-6), p. 65-66.
  64. (en) « The Stance Of The Bishop, Of The Mostar-Duvno And Trebinje-Mrkanj Diocese With Regard To Medjugorje », sur Medjugorje Web, medjugorje.org, (consulté le 2 mai 2017).
  65. (en) « La Salette », sur Catholic Encyclopedia, newadvent.org (consulté le 2 mai 2017).
  66. Encyclique Tribus Circiter, Pie X, 1906 ((en) lire en ligne).
  1. CEC § 80 (lire en ligne).
  2. CEC § 65 (lire en ligne).
  3. CEC § 66 (lire en ligne).
  4. CEC § 2763 (lire en ligne).
  5. CEC § 65-67 (lire en ligne).
  6. CEC § 105 (lire en ligne).
  7. CEC § 109-119 (lire en ligne).
  8. CEC § 134 (lire en ligne).
  9. CEC § 2824 (lire en ligne).
  10. CEC § 768 (lire en ligne).
  11. CEC § 1116 (lire en ligne).
  12. CEC § 88 (lire en ligne).
  13. CEC § 874 (lire en ligne).
  14. CEC § 50-73 (lire en ligne).
  15. CEC § 659 (lire en ligne).
  16. CEC § 83 (lire en ligne).
  17. CEC § 729 (lire en ligne).
  18. CEC § 67 (lire en ligne).
  19. CEC § 798 (lire en ligne).
  20. CEC § 1076 (lire en ligne).
  21. CEC § 668-682 (lire en ligne).
  22. CEC § 1707 (lire en ligne).
  23. CEC § 2242 (lire en ligne).
  24. CEC § 2291 (lire en ligne).
  25. CEC § 171 (lire en ligne).
  26. CEC § 2014 (lire en ligne).
  27. CEC § 1068 (lire en ligne).
  28. CEC § 74 (lire en ligne).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Yves Congar, « Comment croire aux révélations privées ? Nature de la foi et de la théologie », Transversalités, Institut Catholique de Paris, no 98, (ASIN B0068NC5SS).
  • Joachim Bouflet, Faussaires de Dieu : Enquête, Presses de la Renaissance, , 727 p. (ISBN 978-2856166970).
  • Portail du christianisme
  • Portail du catholicisme
  • Portail des religions et croyances
  • Portail de la théologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.