Raccordement de Viroflay

Le raccordement de Viroflay est une courte ligne de chemin de fer qui relie, sur le territoire de Viroflay (Yvelines), deux des lignes permettant de desservir Versailles au départ de Paris, une par la rive droite de la Seine au départ de la capitale, l'autre par la rive gauche. Il permet aux trains en provenance de La Défense de se rendre à Versailles-Chantiers et Saint-Quentin-en-Yvelines. La position de ce raccordement est telle que les trains qui l'empruntent ne peuvent desservir aucune des gares de Viroflay.

Raccordement de
Viroflay

Le raccordement du côté de Porchefontaine.
Pays France
Historique
Mise en service 1852
Électrification 1995
Concessionnaires Ouest (1852 1908)
État (Non concédé) (1909 1937)
SNCF (1938 1997)
RFF (1997 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 978 300
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
Partie nord du raccordement
1500 V continu
Partie sud du raccordement
Nombre de voies Double voie
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Transilien, fret

Histoire

La ligne est le fruit du projet d'un ingénieur des ponts et chaussées, Antoine Joseph Chrétien Defontaine. Il proposait de joindre la ligne de Versailles par la rive droite à celle de Saint-Germain, ce qui limitait les expropriations, coûteuses, et restreignait également la rampe à une valeur de 5 mm/m, au prix d'un parcours un peu plus long[réf. nécessaire].

Une loi du 13 mai 1851 autorise la concession de la ligne de Versailles à Rennes à Messieurs Peto, Betts, Brassey, Geach, Fox, Henderson et Stokes. Cette loi valide aussi le rachat de la compagnie du chemin de fer de Paris à Versailles par les mêmes personnes[1]. Cette même loi concède le raccordement de Viroflay entre les deux lignes desservant Versailles depuis Paris. Les modalités de concession sont précisées dans une convention signées les 30 juin et 1er juillet 1851 entre les concessionnaires et le ministre des Travaux publics. Cette convention est approuvée par un décret le 16 juillet suivant[2]. La Compagnie du chemin de fer de l'Ouest est constituée par un acte daté des 20 et 26 janvier 1852. Elle est autorisée le 27 janvier par un décret qui entérine sa substitution aux concessionnaires initiaux[3].

Pour la mise en place de la liaison entre Saint-Quentin-en-Yvelines et La Défense, un saut-de-mouton a été construit juste avant la gare de Viroflay-Rive-Droite. Il permet d'éviter le cisaillement des circulations entre les trains à destination de Versailles-Rive-Droite et ceux à destination de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Installations

Il comporte une section de séparation au PK 20,4 entre le 25 kV du réseau Saint-Lazare et le 1500 V qui alimente la ligne du réseau Montparnasse[4].

Il traverse Viroflay et la nationale 10 par le viaduc de Viroflay. La ligne 6 du tramway d'Île-de-France, ici en tunnel, passe sous ce raccordement, légèrement à l'ouest du viaduc, dans son parcours reliant les deux gares de Viroflay.

La vitesse limite sur le raccordement en 2012 est de 90 km/h pour tous les types de trains[4].

Notes et références

  1. « N° 2946 - Loi relative au chemin de fer de l'Ouest : 13 mai 1851 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 7, no 390, , p. 575 - 595 (lire en ligne).
  2. « N° 3094 - Décret qui approuve deux conventions passées en exécution de la loi du 13 mai 1851, relative au chemin de fer de l'Ouest : 16 juillet 1851 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 8, no 420, , p. 133 - 145 (lire en ligne).
  3. « N° 6305 - Décret portant autorisation de la société anonyme formée à Paris sous la dénomination de Compagnie du chemin de fer de l'Ouest : 27 janvier 1852 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série X, vol. 9 « Partie supplémentaire », no 229, , p. 171 - 184.
  4. Renseignements techniques (RT) SNCF/RFF 3003 Paris St-Lazare - Versailles-Rive-Droite, St-Cloud, St-Nom-la-Bretèche/Forêt de Marly (version du 11 décembre 2011).

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Bernard Collardey, Les Trains de Banlieue : Tome II. De 1938 à 1999, Paris 1997, La Vie du Rail, 340 p. (ISBN 2-902808-76-3), p. 245-246
  • Portail du chemin de fer
  • Portail des transports en Île-de-France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.