Raphaël Bischoffsheim

Raphaël-Louis Bischoffsheim, né à Amsterdam le et mort à Paris le , est un banquier, homme politique et mécène français, fondateur de l’Observatoire de Nice[1].

Pour les articles homonymes, voir Bischoffsheim (homonymie).
Pour les autres membres de la famille, voir Famille Bischoffsheim.
Raphaël Bischoffsheim
Fonction
Député des Alpes-Maritimes
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Paris
Nationalité
Formation
Activités
Banquier, homme politique
Famille
Père
Fratrie
Henri Louis Bischoffsheim (en)
Autres informations
Propriétaire de
Parti politique
Membre de
Distinction

Biographie

Hôtel particulier construit pour Ferdinand Bischoffsheim, cousin de Raphaël, 11, place des États-Unis (16e arrondissement de Paris).

Fils du banquier juif néerlandais Louis Bischoffsheim, naturalisé français en 1880, Raphaël Bischoffsheim a été l'élément moteur en 1870 pour permettre la création de la Banque franco-égyptienne qui compte par la suite de nouveaux souscripteurs tels que Hermann Raffalovitch et Jacques de Gunzbourg.

En 1873, il charge Charles Garnier de lui bâtir une villa à Bordighera, la Villa Bischoffsheim, qui sera terminée en 1875. Très peu de temps après, à cause des problèmes eus avec la municipalité de Bordighera, il déplaça son point d'intérêt vers Nice.

Puis, Bischoffsheim est élu député des Alpes-Maritimes en 1881, poste qu'il conserve jusqu'en 1885, représentant Nice-campagne. Pour un nouveau mandat, de 1889 à 1890, il représente Nice-ville, et enfin, pour un troisième mandat, de 1893 à 1906, il siège au nom de la circonscription de Puget-Théniers.

Membre de l'Union républicaine (centre gauche), il soutient les ministères républicains de Jules Ferry et Léon Gambetta.

Passionné d'astronomie, il apporte en tant que mécène des fonds à l'Observatoire de Paris, l'Observatoire du parc Montsouris et à l'Observatoire du Pic du Midi ; il fonde l'Observatoire de Nice. Il est élu membre libre de l'Académie des sciences en 1890.

Le 20 mai 1906, il meurt à son domicile. Il est enterré le 23 mai à Paris[2], au cimetière du Montparnasse.

Sources

  • Camille Flammarion, Bulletin de la Société astronomique de France, 20, 1906.
  • Ch. Nordmann, Revue générale des Sciences pures et appliquées, 13, 1906.
  • « Raphaël Bischoffsheim », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • M. Fulconis, Raphael Bischoffsheim, l'homme qui a offert à la France le plus grand observatoire du Monde, Éditions Regards du Monde, 2003.
  • Jacques Basso, Les élections législatives dans le département des Alpes-Maritimes de 1860 à 1939, Paris, LGDJ, 1968.
  • Ralph Schor (dir.), Dictionnaire historique et biographique du comté de Nice, Nice, Serre, 2002, p. 55.
  • Nicolas Stoskopf, Les patrons du Second Empire. Banquiers et financiers parisiens, Paris, Picard, 2002.
  • Patricia Prenant, « Raphaël Bischoffsheim, entre affairisme et philanthropie, une figure emblématique de la vie politique niçoise de la fin du XIXe siècle », Cahiers de la Méditerranée, n° 77, 2008, p. 171-183.

Références

  1. http://www.patronsdefrance.fr/Database/Acteur_fr.php?ID=Actr21097
  2. « "LE PETIT NIÇOIS" », Quotidien,

Voir aussi

Liens externes

Articles connexes

  • Portail des Pays-Bas
  • Portail d’Amsterdam
  • Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de Nice
  • Portail de la politique française
  • Portail de la finance
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.