Raymond-Marie Tchidimbo

Raymond-Marie Tchidimbo, né le à Conakry en Guinée française et mort le à Venasque dans le Vaucluse, est un prélat catholique guinéen, appartenant à la Congrégation du Saint-Esprit.

Raymond-Marie Tchidimbo
Fonction
Archevêque catholique
Archidiocèse de Conakry et archidiocèse de Conakry
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 90 ans)
Venasque
Nationalités
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Consécrateurs
blason

Archevêque de Conakry[1] de 1962 à 1979, il est le premier évêque autochtone de Guinée et a passé plus de 8 ans dans les géôles du président Ahmed Sékou Touré comme prisonnier politique.

Biographie

Famille et jeunesse

Cinquième d’une fratrie de sept enfants, Raymond-Marie Tchidimbo est le fils de Marc Tchidimbo, cuisinier et majordome Vili du clan Boulolo, originaire du Congo-Français, au service de Noël Ballay à Libreville, lieutenant-gouverneur du Gabon (1886-1889), puis gouverneur des Rivières du Sud (ancien nom de la Guinée à l’époque) (1890-?) et de Marie Élisabeth Curtis, une mère métisse guinéo-américaine (Nalu - peuple côtier). L'ancêtre des Curtis est Benjamin Curtis Sr[2]. un négociant parti de Boston en 1794 vers la région de l'estuaire de la rivière Pongo, près de Boffa.

Très proche de certaines familles africaines, le gouverneur Ballay convainc son cuisinier Marc et son cousin Louis Pouati, tailleur, père de son cousin Jean-Marie Pouati, de le suivre à Conakry[3],[4].

Prénommé Raymond en l'honneur du premier vicaire apostolique de Guinée, Mgr Raymond-René Lerouge, il est baptisé le soir même de sa naissance en l'église paroissiale de Sainte Marie.

Au cours de sa paisible enfance à Conakry, il côtoie Albert Johnson, Joseph Gomez, Jean et Benjamin Lawrence, Guillaume Pathé, futur "prélat de sa sainteté" (2 août 1906, Boké - 5 avril 1974, Conakry), Richard Fowler, Alfred Ndièye et Jean-Marie Pouati, ses deux cousins. Pour la plupart, ces enfants sont issus de familles métisses afro-europénnes. Guillaume Pathé, Richard Fowler et Jean-Marie Pouati, feront plus tard partie de la famille ecclésiastique de Guinée, le premier comme premier prêtre de Guinnée ordonné en 1939, le second, comme vicaire général de la curie diocésaine de Conakry et le troisième comme moine trappiste de Sebikotane, missionnaire, incardiné au diocèse de Brazzaville[5]. Ce dernier est également l'oncle maternel de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala depuis 2001.

Études en théologie, ordination et première mission

Raymond-Marie Tchidimbo, entre le 6 octobre 1929 au séminaire mineur de Dixinn, petit village de pêcheurs. Il y fait ses études primaires et secondaires. Il est mobilisé dans les Forces Françaises Libres en 1941, lors de la Seconde Guerre mondiale. Démobilisé en 1945, il intègre le Grand séminaire de Sébikotane au Sénégal, de janvier 1946 à juillet 1948, estimant que les études n’étaient pas assez approfondies à Dixinn[6]. Il y rencontre l'abbé Hyacinthe Thiandoum avec qui, il se lit d'amitié.

Découvrant la spiritualité du Père François Libermann, il demande à entrer dans la Congrégation du Saint-Esprit. Il fait son noviciat en France et termine ses études de théologie au Séminaire des Missions de Chevilly-Larue. Sa profession de foi est effectuée le 9 octobre 1949 et il reçoit son diaconnat des mains de Jean-Baptiste Fauret le 1er juillet 1951. Raymond-Marie est ordonné prêtre le 7 octobre 1951 à Chevilly[6],[7].

Raymond-Marie Tchidimbo C.S.Sp. est d'abord chargé de la direction de l'école primaire de Faranah, avant d'être affecté à Dabadougou, dans la préfecture apostolique de Kankan, de 1952 à 1956.

En octobre 1954, il est tour à tour professeur à l’École normale de Dabadougou et responsable de la paroisse de Kankan, de la direction des Œuvres et quelques responsabilités matérielles, trois ans plus tard. Il a le souci de sensibiliser ses confrères à l’évolution irrésistible de l’Afrique en organisant des conférences pour la formation des chrétiens, en particulier sur le plan social. Ses relations avec quelques figures émergentes de la société guinéenne (partis politiques, syndicats...), dont Sékou Touré, le rendent suspect auprès de l’administration coloniale française, son courrier sera alors surveillé.

En 1957, après la démission du préfet apostolique de Kankan, pendant un an, il devient administrateur apostolique. En octobre 1960, le Père Tchidimbo revient à Conakry en tant que vicaire général de l’archidiocèse auprès de Mgr Gérard de Milleville ; il est particulièrement chargé des relations avec le gouvernement.

Évêque et archevêque de Conakry

À la suite de l'expulsion de Mgr de Milleville, le 26 août 1961, en représailles de sa lettre de protestation au lendemain de la nationalisation de toutes les écoles privées par le président Ahmed Sékou Touré, le Père Tchidimbo devient administrateur de l’archidiocèse.

Le 10 mars 1962, le pape Jean XXIII le nomme archevêque de Conakry. La consécration épiscopale a lieu à Conakry, le 31 mai 1962 avec Hyacinthe Thiandoum, archevêque de Dakar comme consécrateur principal et Mgr Bernardin Gantin, archevêque de Cotonou ; Mgr Bernard Yago archevêque d'Abidjan comme co-consécrateurs[7]. Le Président Sékou Touré assiste personnellement à cette grande première pour la Guinée.

En devenant, à 42 ans, le tout premier prélat africain de Guinée, le Pape le charge de renouer le dialogue avec le leader guinéen. Il devient par ailleurs président de la Conférence épiscopale de Guinée de 1970 à 1979.

Les débuts semblent prometteurs entre les deux, mais Sékou Touré attend de l’archevêque de Conakry qu’il s’aligne sur les directives de son parti.

Prisonnier de Sékou Touré

Le 1er mai 1967, Sékou Touré donne un préavis d’un mois à tous les missionnaires occidentaux afin de quitter le territoire national. L'objectif visé est de contraindre le clergé à une africanisation de l'Église catholique guinéenne. Le nonce apostolique avec siège à Dakar, Mgr Giovanni Benelli est informé de la situation préoccupante. Lui et le Cardinal Paul Zoungrana, archevêque de Ouagadougou, engagent des pourparlers. A la fin du mois de mai, les expulsions de 170 réligieux sont effectives malgré tout.

Un plan de remplacement par des prêtres et réligieuses africains est organisé par les évêques, y compris à Conakry. Mais un premier groupe est bloqué à l'aéroport de Conakry, au prétexte que ces personnes étaient entrées sans visa.

Mgr Tchidimbo se démène pour débloquer la situation. En face, le chef de l’État ne daigne même pas le recevoir, après une demande d'audience; les relations se limitant à des échanges épistolaires.

La tension monte d'un cran, lorsqu'un prêtre guinéen, Mgr Gomez et un autre sénégalais, l'abbé Pierre Sock[8], se désolidarisent du clergé pour se rapprocher du pouvoir en place[9]. Mgr Tchidimbo proteste vigoureusement et riposte en remettant le second à la disposition de son diocèse d’origine au Sénégal, provoquant ainsi le courroux du président. Supportant de moins en moins, les vélléités contradictoires de l'archevêque, Sékou Touré, par l'intermédiare de son parti unique créée alors un Comité des Catholiques de Guinée qui cherchera à mettre en accusation Mgr Tchidimbo et à le faire démissionner[6],[4].

Plusieurs des proches du prélat lui suggèrent de quitter la Guinée; projet balayé d'un revers de la main par Mgr Tchidimbo qui précise:

« Tout évêque a eu à jurer la veille de son ordination de rester fidèle à son poste quoiqu’il advienne. »

 Mgr Raymond-Marie Tchidimbo, [6]

Le 2 décembre 1970, il prévient le Pape Paul VI de son imminente arrestation, précisant qu'il ne quitterait la Guinée que sur ordre exprèss du souverain pontife.

En novembre 1970, il est accusé de faire partie du complot «coup de main portugais» pour intelligence avec l’ennemi. Il est alors incarcéré et condamné à la peine capitale, le 23 Décembre 1970, après un simulacre de procès, tout d’abord au Camp Alpha Yaya puis au célèbre et funeste Camp militaire Boiro, où il sera retenu prisonnier pendant (8) huit ans, durant lesquels il sera, humilié, torturé, et condamné à mort[10]. C’est l’intervention de l’ambassadeur soviétique en Guinée qui permettra de commuer sa sentence en détention à perpétuité[6],[4]. Le motif retenu sera alors un trafic de devises.

Sa cousine religieuse, Mère Louis Curtis, réussira à lui faire passer un peu de ravitaillement et de quoi célébrer la messe.

Puis, après de longues tractations entreprises par le Vatican, le Président et pasteur baptiste libérien William Richard Tolbert[11],[12],[13],[14] [note 1], et André Lewin, l’ambassadeur de France en Guinée, Mgr Tchidimbo est libéré le 7 août 1979 et expulsé vers Monrovia, puis pour Rome. Quelques jours plus tard, il est reçu par le Pape Jean-Paul II dans le palais pontifical de Castel Gandolfo[15]. Les deux personnalités ont en commun, au péril de leur vie, d’avoir tenu tête au totalitarisme.

Il faudra plusieurs mois au prélat pour refaire sa santé et évacuer les cauchemars de la prison.

Il dira de son ancien ami Sékou Touré, qu'il était un grand malade psychique qui s’ignorait, un authentique paranoïaque, un hystérique qui savait donner le change[16].

Quelque temps plus tard, Rome nomme deux évêques, Mgr Robert Sarah à Conakry et Mgr Philippe Kourouma à Nzérékoré.

La vie après le bagne

En 1984, nommé au Conseil Pontifical de la Famille (dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, dicastère pour la communication), le prélat sillonne le monde pendant plusieurs années, à présider des réunions, donner des conférences. Après plusieurs années au Vatican, entre 1979 et 1992, il prendra sa retraite dans l’archidiocèse d’Avignon, à l’Institut Notre-Dame de Vie.

L'écriture qui a fait partie intégrante de sa guérison, lui a permis au travers ses droits d'auteur, de se faire construire une petite villa dans le sud de la France, dans le village de Saint-Didier dans le Vaucluse, non loin de Venasque, pour y passer la dernière partie de sa vie.

Malgré ses multiples ennuis de santé, il atteint le vénérable âge de 90 ans. Il meurt à Venasque le 26 mars 2011.

En respect de ses dernières volontés, il est inhumé le 2 avril 2011 en la Cathédrale Sainte Marie de Conakry[17].

Publications

  • L'homme noir dans l'Église [texte imprimé]; Raymond-Marie Tchidimbo - Paris: Présence africaine,1963
  • El hombre negro frente al cristianismo [texte imprimé] - Raimundo María Tchidimbo - Madrid : Ediciones Combonianas , 1964 (en espagnol)
  • Mon père et ma mère; Raymond-Marie Tchidimbo - Paris : Le Sarment, 1985
  • La Famille chrétienne Texte imprimé - Paris- Le Sarment - Fayard 1986 - Vitry Imprimeries du Marval
  • La Famille chrétienne - Paris : Le Sarment, 1986
  • Noviciat d'un évêque texte imprimé : huit ans et huit mois de captivité sous Sekou Touré - Raymond-Marie Tchidimbo - Paris : Fayard , 1987
  • La Dame de ma vie - Raymond-Marie Tchidimbo - Paris - Fayard , 1991

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

L'église catholique en Guinée à l'épreuve de Sékou Touré (1958-1984) / Gérard Vieira ; préface de Mgr Robert Sarah - Paris : Karthala , 2005

Notes et références

Notes

  1. « William R. Tolbert (1913-1980), président du Liberia depuis 1971, est assassiné le 12 avril 1980, lors d'un coup d'État dirigé par le sergent-chef Samuel Kanyon Doe (1951-1990), un an après les "émeutes du riz". Ce dernier et les membres de son commando militaire, sont issus de la tribu des Krahn formant la majorité des Libériens d'ascendance africaine, par opposition à la minorité d'ascendance américano-libérienne qui détient le pouvoir depuis l'indépendance, en 1822; et dont fait partie Tolbert. ».

Références

  1. « Archdiocese of Conakry, Guinea », sur GCatholic (consulté le 19 janvier 2019)
  2. (en) Jacqueline Knörr et Christoph Kohl, The Upper Guinea Coast in Global Perspective, New-York; Oxford, Berghahn Books, (ISBN 978-1-78533-069-8, lire en ligne), p. 25, 30
  3. Lionel Gnali, « Noël Eugène Ballay « L’infatigable bâtisseur africain » », sur theworldnews.net/cg-news, (consulté le 19 janvier 2019)
  4. Lionel Gnali, « « Nul n’est prophète en son pays » In Memoriam Mgr Raymond-Marie Tchidimbo (15 août 1920-26 mars 2011) », sur www.congo-liberty.com, (consulté le 19 janvier 2019)
  5. Mgr. Raymond-Marie Tchidimbo, « Camp Boiro Memorial/Victimes/R-M. Tchidimbo/Noviciat d'un évêque : huit ans de captivité sous Sékou Touré/Le séminaire mineur de Dixin-Conakry », sur www.campboiro.org, Fayard, (consulté le 19 janvier 2019)
  6. Gérard Vieira, « Monseigneur Raymond-Marie Tchidimbo », sur spiritains.forums.free.fr, (consulté le 19 janvier 2019)
  7. « Archbishop Raymond-Marie Tchidimbo [Catholic-Hierarchy] », sur www.catholic-hierarchy.org (consulté le 19 janvier 2019)
  8. Joseph-Roger de Benoist, Histoire de l'Église catholique au Sénégal: du milieu du XVe siècle à l'aube du troisième millénaire, KARTHALA Editions, (ISBN 9782845868854, lire en ligne), p. 432
  9. Gérard Vieira, L'église catholique en Guinée à l'épreuve de Sékou Touré, 1958-1984, Paris, Karthala Editions, (ISBN 9782845866102, lire en ligne), « L'affaire Sock », p. 297-300
  10. (en-US) « Senegalese Hear Bishop Is Badly Beaten in Conakry », The New York Times, (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)
  11. « Renversement du président libérien William R. Tolbert | Perspective monde », sur perspective.usherbrooke.ca (consulté le 20 janvier 2019)
  12. (en) « William R. Tolbert | president of Liberia », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 20 janvier 2019)
  13. (en) « Tolbert, Jr., William Richard (1913–1980) | The Black Past: Remembered and Reclaimed », sur blackpast.org (consulté le 20 janvier 2019)
  14. (en) « President William R. Tolbert, Jr.(1971-1980). The preacher-President », sur www.liberiapastandpresent.org (consulté le 20 janvier 2019)
  15. « Décès de Mgr Tchidimbo en France », sur Église catholique en France, (consulté le 20 janvier 2019)
  16. Abdoulaye Bah, « L’archevêque de Conakry Mgr. Raymond-Marie Tchidimbo analyse le caractère de son ami Sékou Touré », sur Konakryexpress - Le blog d'Abdoulaye bah, (consulté le 17 février 2019)
  17. « Notice nécrologique: Mgr Raymond-Marie Tchidimbo », sur guineeactu.info, (consulté le 19 janvier 2019)

Liens externes

  • Portail de la Guinée
  • Portail du catholicisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.