Raymond de Durban

Raymond de Durban ou Raymond de Barbastro ou Raymond de Roda ou encore Ramon Guillermo (né à Durban-sur-Arize, en France et mort le à Huesca, en Espagne) est un évêque augustin de Barbastro et de Roda de 1104 à sa mort en 1126[1].

Raymond de Durban
Fonction
Bishop of Roda Barbastro (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Religion
Étape de canonisation

Biographie

Après avoir étudié, il devient militaire puis rapidement chanoine régulier de l'abbaye Saint-Antonin de Pamiers, puis prieur des chanoines de la collégiale Saint-Sernin à Toulouse, en 1100[2].

Sur proposition du roi Pierre Ier d'Aragon, il est élu évêque de Barbastro en 1104. Il est consacré évêque dans la cathédrale par l'archevêque et légat pontifical, Bernard de Tolède et Pierre d'Anduque, évêque de Pampelune, et Étienne, évêque de Huesca. Il a consacré de nombreuses églises dans son diocèse, à Aler, Fornillos, l'église Sainte-Marie de Viu de Llevata (es), l'église de la Nativité de Notre-Dame de Merli, à Alaó, la chapelle de Sant Agustí (ca) de la cathédrale de Roda, et les deux églises de Sant Climent et Santa Maria de Taüll, consacrées à un jour d'intervalle.

Un premier paréage à Pamiers est établi sous son égide en 1111 entre le comte de Foix Roger II et l’abbaye Saint‐Antonin, jusqu'alors en conflit[3].

Il a reçu un privilège pour sa cathédrale du pape Pascal II dans lequel il indique que l'évêque de Lérida aurait fui l'invasion sarrasine à Roda. Malgré l'appui du pape, il s'est brouillé avec les nobles de la frontière et avec des prélats. À la suite d'un différend sur la possession de la vallée de Boí, il est chassé de son évêché de Barbastro par l'évêque de Huesca, Étienne, en 1116, avec la complicité du roi d'Aragon, Alphonse Ier, dit le Batailleur.

Il est alors parti en exil dans son diocèse natal. En novembre 1117, il y a consacré[4] la cathédrale Saint-Lizier avec Jordanes Ier (ou Jourdain), évêque de Couserans.

Il assiste à plusieurs conciles dont celui de Toulouse en 1119 présidé par le pape Calixte II[5].

En 1119, il s'est réconcilié avec le roi d'Aragon. Il va participer à ses campagnes militaires à partir de 1121.

Grâce à une inscription sur une colonne de la nef, nous savons que Raymond a consacré le 10 décembre 1123 l'église Sant Climent de Taüll[6]. Les deux églises de Taüll se trouvent dans la vallée de Boí, dont la possession était l'origine du conflit avec les nobles et l'évêque de Huesca. C'est en 1140 qu'un arbitrage a mis fin au conflit entre les évêques de Barbastro et Roda avec l'évêque d'Urgell en attribuant la vallée de Boí à Urgell et l'abbaye Sainte-Marie de Lavaix à Roda.

Il participe en 1125 à l'expédition contre le royaume de Grenade avec le roi d'Aragon Alphonse Ier, il servit auprès des officiers et des soldats atteints par la peste qu'il contracta[2]. En revenant vers son diocèse, il est mort en chemin, le , à Huesca.

Son corps fut transporté à Saragosse. Le 20 mai 1909, grâce à Joan A. Ruano i Martín, évêque de Lérida, une partie de ses reliques furent transportées dans son village natal de Durban-sur-Arize (Ariège)[2].

Il fut canonisé par Innocent II en 1136[7] et devint saint Raymond, fêté le 21 juin.

Notes et références

  1. (en) Catholic-Hierarchy : Bishop St. Ramón Guillermo
  2. « Biographies des saints du diocèse de Pamiers », sur ariege-catholique.fr, Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix (consulté le 3 octobre 2019)
  3. Jean-Luc Boudartchouk, « « L’invention de saint Antonin de Frédélas‐Pamiers » », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, , Tome 63, p. 35.
  4. « 900 ans : la «grâce» d'une cathédrale », La Dépêche du midi, (lire en ligne)
  5. « Saint Raymond », sur hominis.cef.fr, selon le martyrologe romain (consulté le 3 octobre 2019)
  6. Montserrat Pagès, « L’Auctoritas et ses hérauts : les fresques romanes de Sant Climent de Taüll », dans sous la direction de Pierre Chastang, Patrick Henriet, Claire Soussen, Figures de l'autorité médiévale. Mélanges offerts à Michel Zimmermann, Publications de la Sorbonne (collection Histoire ancienne et médiévale no 142), Paris, 2016, p. 335-359, (ISBN 978-2-85944964-3) (lire en ligne)
  7. Marie-Madeleine Gauthier, Geneviève François, Émaux méridionaux - L'œuvre de Limoges - 1/ L'Époque romane, Éditions du CNRS, , page 64

Source

Annexes

Bibliographie

  • Élie de Roda, Vita beati Raimundi Basbastrensis antistitis, manuscrit BHL 7074, Diaz 914
  • (en) « Psalter, Hymnary ans Rhymed Office of Saint Raymond » (1191, folio 153v), dans Susana Zapke (ed.), Hispania Vetus, Fundación BBVA, 2007, p. 324, (ISBN 978-84-96515-50-5) (aperçu)

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du christianisme
  • Portail du Moyen Âge central
  • Portail de l’Aragon
  • Portail de l’Ariège
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.