Robert Quilichini

Biographie

Jeunesse et engagement

Robert Quilichini naît le 27 décembre 1912 à Neuillé-le-Lierre en Indre-et-Loire[1]. Choisissant la carrière des armes, il intègre l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1930 dans la promotion Maréchal Joffre[2]. Sorti sous-lieutenant en 1932, il est affecté au 4e régiment de tirailleurs sénégalais puis est muté au 9e régiment d'infanterie coloniale avec lequel il part en Indochine en 1933[3]. Après avoir été promu lieutenant en 1934, il quitte l'Asie en 1936 et deux ans plus tard est envoyé à Dakar dans les rangs du 8e régiment de tirailleurs sénégalais[3].

Seconde Guerre mondiale

Posté au Dahomey au moment du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Robert Quilichini rejette l'armistice du 22 juin 1940 et rejoint le Nigeria britannique[1]. Il y fait la connaissance de Henri Laurentie et s'engage dans les forces françaises libres[3]. Le 26 août 1940, il débarque à Douala et participe au ralliement du Cameroun à la France libre puis est affecté au 1er régiment de tirailleurs du Cameroun qui vient d'être créé et avec lequel il est engagé dans la campagne du Gabon en novembre[2]. Promu capitaine à l'issue de cette bataille, il est muté au Régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad puis à l'état-major de la colonne Leclerc[3]. Prenant part à la guerre du désert en Libye et en Tunisie, il est blessé par une mine le 24 février 1943 lors de la bataille de Ksar Ghilane[1]. Évacué en Égypte, il subit une longue convalescence pendant un an[1].

Promu chef de bataillon, il est affecté à l'état-major de la 2e division blindée et part avec celle-ci en Angleterre en mai 1944 en vue des opérations sur le front de l'ouest. Débarqué le 1er août 1944 à Arromanches-les-Bains, il prend en septembre le commandement du 1er bataillon du Régiment de marche du Tchad avec lequel il participe à la bataille d'Alsace où il se distingue lors des combats à Sarrebourg, Mittelbronn et au col de Saverne. Il termine la guerre avec le grade de lieutenant-colonel.

Après-guerre

En 1946, il part en Chine pour prendre le commandement des troupes françaises stationnées dans le Yunnan[1]. L'année suivante, il est en poste en Allemagne puis en 1948 il commande le détachement motorisé autonome d'Afrique-Équatoriale française[3]. Après avoir été détaché quelques mois au cabinet du chef d'état-major des armées en 1952, il est promu colonel et part pour l'Indochine où il commande le secteur de Sontay[2]. Il part en Algérie en 1955 pour y seconder le général commandant les territoires du sud du pays[1]. Il y reçoit ses étoiles de général de brigade en 1960 avant de partir pour Djibouti où il est chef des forces armées françaises[3]. En 1965, il est muté dans les Antilles pour exercer la fonction de commandant supérieur interarmées du groupe Antilles-Guyane[2]. Passé général de division, il retourne en Afrique pour prendre le commandement des troupes françaises d'Afrique centrale[3]. Il devient inspecteur des troupes de marine en 1970 après avoir été élevé au rang de général de corps d'armée et deux ans avant d'être admis en 2e section du corps des officiers généraux[3]. Robert Quilichini meurt le 20 septembre 1979 à Bayonne et est inhumé à Clamart dans les Hauts-de-Seine[1].

Décorations

Grand officier de la Légion d'honneur Compagnon de la Libération Grand-croix de l'ordre national du Mérite
Croix de guerre 1939-1945 Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs Croix de la Valeur militaire
Croix du combattant volontaire Croix du combattant volontaire de la Résistance Croix du combattant
Médaille coloniale
Avec agrafes "Fezzan", "Tripolitaine", "AFL", "Tunisie" et "Extrême-Orient"
Médaille commémorative des services volontaires dans la France libre Médaille commémorative française de la guerre 1939-1945
Médaille commémorative de la campagne d'Indochine Médaille commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre Médaille des blessés de guerre
Commandeur de l'ordre de l'Étoile noire Commandeur de l'ordre de l'Étoile d'Anjouan Commandeur de l'ordre du Dragon d'Annam
Commandeur de l'ordre du Nichan Iftikhar Commandeur de l'ordre du Ouissam alaouite Grand officier de l'Ordre du Million d'Éléphants et du Parasol blanc

Références

  1. « Biographie - Ordre National de la Libération »
  2. Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, (ISBN 2-262-01606-2)
  3. Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, (ISBN 2-356-39033-2)

Bibliographie

  • Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2).
  • Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, , 1230 p. (ISBN 2-356-39033-2).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail de la Résistance française
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de l’histoire militaire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.