Rue Delambre

La rue Delambre est une rue du 14e arrondissement de Paris.

Pour les articles homonymes, voir Delambre.

14e arrt
Rue Delambre

La rue Delambre vue du boulevard Edgar-Quinet.
Situation
Arrondissement 14e
Quartier Montparnasse
Morphologie
Longueur 200 m
Historique
Création 1839
Dénomination 1844
Ancien nom Rue de Montyon
Géolocalisation sur la carte : Paris
Images sur Wikimedia Commons

Situation et accès

Origine du nom

Elle doit son nom à l'astronome, mathématicien et géodésien français, Jean-Baptiste Delambre (1749-1822), qui fut directeur de l'Observatoire de Paris situé non loin de là.

Historique

Ouverte sur un terrain appartenant aux Hospices, en 1839, sous le nom de « rue de Montyon[1] », elle prend son nom actuel le 5 août 1844.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Plaque de la Mission bretonne (« Ti ar Vretoned »), au no 22.
  • Jean-Paul Sartre y demeure quelque temps à son retour du Havre en 1937, dans une chambre d'hôtel, alors qu'il enseigne au lycée Pasteur à Neuilly. Il fréquente le bar Rosebud situé au no 11 bis[réf. nécessaire].
  • Le photographe Erwin Blumenfeld y a eu son atelier[réf. nécessaire].
  • No 4 : l'industrielle des cosmétiques Helena Rubinstein finance la librairie que son premier mari Edward Titus ouvre au 4 rue Delambre en 1924, qu'il nomme « At the Sign of the black Manikin » et où il crée une maison d'édition. Ami de nombreux écrivains (Ernest Hemingway, James Joyce ou encore Francis Scott Fitzgerald), il les présente à son épouse[2],[3].
  • No 5 : demeure du peintre japonais Tsugouharu Foujita, de 1917 à 1924[4]. Foujita y hébergea en 1922 son compatriote Toshio Bando.
  • No 7 : en 1929, une fresque ayant pour titre L'Italie, ou La Cueillette des olives, a été réalisée par Élisabeth Faure, avec son amie Marthe Flandrin, dans le préau de l'école des filles, dont l'architecte est Georges Pradelle[5].
  • No 9 : Helena Rubinstein y fit construire un immeuble-ateliers, tout comme au boulevard Raspail[réf. nécessaire]. En 1937, le photographe Erwin Blumenfeld y ouvre un studio photo[6]. architecte : Henry Astruc, verrier : Francis Jourdain. En décembre 1939, Betty Hoop ouvre un cabaret qui porte son nom[7] ; dancing évoqué par Simone de Beauvoir dans Lettres à Sartre[8].
  • No 10 : le Dingo Bar, aujourd'hui Auberge de Venise, fut un point de ralliement parisien des auteurs américains de la Lost Generation (Ernest Hemingway qui y fait la connaissance de Francis Scott Fitzgerald en avril 1925, Sinclair Lewis, Sherwood Anderson, John Dos Passos, Ezra Pound, Henry Miller, Thornton Wilder)[réf. nécessaire].
  • No 11 bis : le bar Rosebud est situé à cette adresse. Avant ce bar ouvert dans les années 1960, il y avait le restaurant Chez Jacques.
  • No 13 : hôtel Villa Modigliani, dont le parking actuel servit d'atelier au photographe Man Ray, qui logeait au no 15 de la même rue[réf. nécessaire]. Adresse de Gens d'images.
  • No 15 : grand hôtel des Écoles où, à leur arrivée à Paris, descendent Jules Pascin, en 1905 et Tristan Tzara, en 1921. C'est également dans cet hôtel, devenu l'hôtel Lenox, que séjournent Henry Miller et sa femme, June, de 1928 à 1930. Demeure aussi de Man Ray, chambre 37[réf. nécessaire].
  • No 16 : cinéma Sept Parnassiens.
  • No 17 : le sociologue Edmond Doutté (1867-1926) y a vécu[9] ; ce fut sa dernière demeure.
  • No 20 : le peintre Jean Fautrier s'y installe en 1927, dans l'ancien atelier de Marcel Gromaire[réf. nécessaire]. Imprimerie de Georges Tournon en 1943, servant de dépôt de courrier au réseau Jade-Fitzroy[réf. nécessaire].
  • No 22 : la Mission bretonne, association fondée en 1947 afin d’accueillir et aider les Bretons arrivant à Paris, s'est transformée en haut lieu de la culture bretonne à Paris et a accueilli les plus grands artistes bretons, Dan Ar Braz, Alan Stivell, Gilles Servat Glenmor, Yann-Fañch Kemener[réf. nécessaire].
  • No 24 : école Delambre.
  • No 33 : hôtel des Bains, où Simone de Beauvoir s'installe au printemps de l'année 1937[réf. nécessaire].
  • No 35 : ancien hôtel des Écoles, aujourd'hui hôtel Delambre, où séjourna Paul Gauguin en 1891. André Breton, qui venait d'abandonner ses études de médecine, y demeura d'octobre 1920 à 1921, et Francis Bacon, en 1927[réf. nécessaire]. Maurice Le Scouëzec y vécut entre 1917 et 1924.

Dans la chanson

La rue Delambre est mentionnée par Jacques Higelin dans sa chanson Lettre à la p'tite amie de l'ennemi public no 1 (1978) : « Ça fait trois heures que je glande / Dans ce bar de la rue Delambre. »


Au cinéma

La rue Delambre est le lieu principal de l'action du film Chambre 212 (2019) de Christophe Honoré, en se concentrant principalement autour du cinéma des Sept Parnassiens, du bar Rosebud et de l'hôtel Lenox Montparnasse.

Notes et références

  1. Nomenclature officielle des voies publiques et privées, Mairie de Paris, mars 1997.
  2. « mahJ / Le Paris d’Helena Rubinstein », sur mahj.org, (consulté le 17 mars 2020).
  3. « mahJ / "Helena Rubinstein. L'aventure de la beauté" », sur culture.gouv.fr, (consulté le 17 mars 2020).
  4. Sylvie Buisson, Léonard-Tsugouharu Foujita, ACR Éditions, 2001.
  5. Archives de Paris : VR573.
  6. Risteard Keating, « Blumenfeld, clairs de femmes », Vanity Fair, no 3, septembre 2013, p. 154-163.
  7. Ce soir du 2 décembre 1939
  8. Simone de Beauvoir, Lettres à Sartre, Gallimard, , 456 p. (présentation en ligne)
  9. « Faire-part d'inhumation d'Edmond Doutté », sur base de données Léonore, France, ministère de la Culture, (consulté le 5 février 2016).
  • Portail de Paris
  • Portail de la route
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.