Rue Vandamme

La rue Vandamme est une voie située dans le quartier du Montparnasse du 14e arrondissement de Paris, en France.

14e arrt
Rue Vandamme

La rue vue de la rue de la Gaîté ; en arrière-plan, la tour Heron Building, 66, avenue du Maine.
Situation
Arrondissement 14e
Quartier Montparnasse
Début 22, rue de la Gaîté
Fin 65, avenue du Maine
Morphologie
Longueur 80 m
Largeur m
Historique
Dénomination
Ancien nom Rue du Théâtre
Géocodification
Ville de Paris 9639
DGI 9580
Géolocalisation sur la carte : Paris
Images sur Wikimedia Commons

Situation et accès

La rue Vandamme est accessible par la ligne à la station Gaîté ainsi que par plusieurs lignes de bus RATP 28 58.

Origine du nom

Cette voie porte le nom du général d'Empire Dominique René Vandamme (1770-1830).

Historique

Antérieurement rue du Théâtre entre la rue de la Gaîté et l'avenue du Maine, et rue de la Gaîté entre l'avenue du Maine et la rue du Château en 1836, ces anciennes voies des communes de Vaugirard et de Montrouge sont rattachées à la voirie de Paris en 1863, la rue bénéficie depuis le XIXe siècle de l'activité des théâtres de la rue de la Gaîté et tient son premier nom de « rue du Théâtre » de cette spécificité.

Par décret du 2 octobre 1865, les rues du Théâtre et de la Gaîté sont fusionnées sous le nom de « rue Vandamme ». Vers 1870 se dressait à leur angle une célèbre rotonde accueillant le bal des Mille-Colonnes. Cette rotonde fut ensuite transformée en cinéma, le Cinevog-Gaité[1]. Depuis les années 1960, la rue Vandamme a été amputée de toute sa partie pittoresque au sud de l'avenue du Maine au profit de la rénovation du quartier Plaisance-Vandamme.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

  • Le sculpteur espagnol Julio González eut un atelier au no 45 cette rue de 1913 à 1919[2].
  • À l'angle de la rue Vandamme et de la rue de la Gaîté, le café, restaurant, bal, salle de réunion et banquets des Mille-Colonnes, qui comptera un cinéma de 1907 à fin 1930. Un complexe de plusieurs salles de cinéma ouvert en 1976 sur son emplacement reprend le nom des « Mille-Colonnes », puis devient le cinéma Cinevog-Montparnasse, qui disparaîtra en 1991.

Utilisations littéraires

Dans Les Hommes de bonne volonté, de Jules Romains, la maîtresse de Leheudry, Sophie Parent, habite au 31 de cette rue[3]. Les Sœurs Vatard de Joris-Karl Huysmans y demeurent aussi[4]. Elle est le cadre d'une nouvelle fantastique du même auteur, Émilienne, publiée en avril 1921 dans la Revue hebdomadaire[5].

Dans le premier quart du XXe siècle, la rue Vandamme est utilisée littérairement en 1923 par Georgius dans sa comédie-dramatique en deux actes, La Pucelle de la rue Vandamme[6]. Dix ans après, Georges Duhamel situe dans cette rue (plus précisément dans l'ancienne impasse Vandamme) l'appartement de la famille Pasquier dans les deux premiers volumes  Le Notaire du Havre (1933) et Le Jardin des bêtes sauvages (1934)  de la Chronique des Pasquier[7],[8].

En 2005, Alain Paucard, dans Paris est un roman, dédie un chapitre à la rue[9]. Mais c'est surtout Patrick Modiano, grand écrivain de la géographie parisienne, qui fait mention de la rue et de l'impasse Vandamme dans son roman L'Herbe des nuits (2012), en en donnant une description mémorielle au milieu des années 1960 avant les profonds changements liés à la restructuration de la zone Maine-Montparnasse et à l'époque contemporaine[10].

Enfin, Homéric, dans Œdipe de cheval (1992), en fait une simple mention sans développer d'élément particulier concernant la voie.

Notes et références

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 594.
  2. Julio González. Collection du Musée national d'art moderne, Brigitte Léal (dir.), éditions MNAM, 2007, 333 p. (ISBN 978-2-84426-323-0), p. 307.
  3. De Plaisance à Vaugirard, tome I, Les Cahiers d'Hommes de bonne volonté, avril 1948, p. 61.
  4. Leur maison est décrite au chapitre VII.
  5. Reproduite dans L' Œuvre en août 1933.
  6. Georges Auguste Charles Guibourg dit Georgius, La Pucelle de la rue Vandamme, éditions A. Clerc, 1923.
  7. Georges Duhamel, Le Notaire du Havre, éditions du Mercure de France, 1933, p. 57-58.
  8. Pierre Charreton, Geste, image, parole, éd. Université de Saint-Étienne / CIEREC, Travaux volume 14, 1976, p. 174.
  9. Alain Paucard, Paris est un roman, éditions L'Âge d'Homme, 2005, 163 p. (ISBN 9782825119860), p. 71-72.
  10. Patrick Modiano, L'Herbe des nuits, éditions Gallimard, 2012, 192 p. (ISBN 978-2070138876), p. 16-17.
  • Portail de Paris
  • Portail de la route
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.