Ryder Cup 2014

La Ryder Cup 2014, quarantième édition de la Ryder Cup, a lieu du 26 au au Gleneagles Hotel de Pertshire en Écosse.

Ryder Cup 2014
Généralités
Sport Golf
Édition 40e
Lieu(x) Gleneagles Hotel,
Auchterarder, Perth and Kinross,
Écosse
Date 26 au
Site(s) Gleneagles Hotel
Site web officiel www.rydercup2014.com

Palmarès
Vainqueur Europe

Navigation

L'Europe, dont le capitaine est l'Irlandais Paul McGinley, s'impose sur le score de 16½ à 11½ face à l'équipe américaine de Tom Watson. Après les victoires de 2010 et 2012, c'est le troisième succès consécutif de l'équipe européenne.

Parcours

Le PGA Centenary course, dessiné par Jack Nicklaus, est l'un des trois parcours du Gleneagles Hotel[1]. Il est inauguré en 1993[1].

Ce parcours, qui accueille le Johnnie Walker Championship at Gleneagles depuis 1999, est un par de 7 262 yards, soit le parcours le plus court utilisé dans le cadre de la Ryder Cup depuis dix ans[1].

Détail du parcours
Aller Retour
Par Distance (yards) Par Distance (yards)
14426103208
25516114350
34431124445
43239134481
54461144320
63201154463
74468165543
84419173194
95564185533
Aller363 725Retour363 537

Équipes

Tom Watson, en 2008.

Les Américains sont les premiers à désigner le capitaine de leur équipe. Ils désignent Tom Watson pour le poste de capitaine[2]. Tom Watson participe à quatre éditions de la Ryder Cup, en 1977,1981, 1983, trois victoires, et en 1989, édition où les deux équipes terminent à égalité, l'Europe conservant le trophée. Il est également capitaine de l'équipe américaine lors de l'édition 1993 où les Américains s'imposent. Andy North (en), une défaite en 1985, est le premier vice-capitaine choisit par Watson, en juillet 2013, puis c'est au tour de Raymond Floyd, huit participations dont sept victoires en tant que joueur et un nul en tant que capitaine en 1989, en février 2014 et enfin il choisit Steve Stricker, membre de l'équipe américaine lors des trois dernières éditions.

Paul McGinley.

l'Irlandais Paul McGinley, vainqueur de lors de l'édition 2002, vice-capitaine de Colin Montgomerie en 2010 puis de José María Olazábal en 2012, est désigné en janvier 2013 capitaine de l'édition 2014, préféré à Colin Montgomerie, Miguel Ángel Jiménez et Darren Clarke[3]. Il choisit comme vice-capitaine Des Smyth (en), deux fois membres d'une équipe de Ryder Cup, et Sam Torrance, victorieux en tant que capitaine en 2002 et en 1985, 1987 et 1995. Ce dernier compte également un nul, en 1989, et quatre autres participations. En septembre, il annonce que Miguel Ángel Jiménez, quatre participations dont deux victoires, Pádraig Harrington six participations dont quatre victoires et José María Olazábal, capitaine de l'équipe victorieuse en 2012 et sept participations, dont trois victoires, rejoignent également son équipe, portant son nombre de vice-capitaine à cinq. Il s'assure également de la présence de Sir Alex Ferguson, l'ancien entraîneur de Manchester United, pour parler de motivation[4].

Composition des équipes
Europe
États-Unis
Capitaines
Paul McGinley Tom Watson
Joueur Note Joueur Note
Rory McIlroy3e participation Bubba Watson3e participation
Henrik Stenson3e participation Rickie Fowler2e participation
Victor Dubuissondébutant Jim Furyk9e participation
Jamie Donaldsondébutant Jimmy Walkerdébutant
Sergio García7e participation Phil Mickelson10e participation
Justin Rose3e participation Matt Kuchar3e participation
Martin Kaymer3e participation Jordan Spiethdébutant
Thomas Bjørn3e participation Patrick Reeddébutant
Graeme McDowell4e participation Zach Johnson4e participation
Stephen Gallacher (en)Choix du capitaine
débutant
Keegan BradleyChoix du capitaine
2e participation
Ian PoulterChoix du capitaine
5e participation
Webb SimpsonChoix du capitaine
2e participation
Lee WestwoodChoix du capitaine
9e participation
Hunter MahanChoix du capitaine
3e participation

Compétition

Première journée

Au terme de la première journée, l'équipe européenne est en tête, menant au score par 5 à 3. Les Américains terminent pourtant la session du matin, disputée en quatre balles meilleure balle, avec un avantage d'un point, la paire des débutants Spieth/Reed s'imposant largement par 5 et 4 face à Poulter/Gallacher et Mickelson/Bradley remportant sur le score de 1 up la rencontre les opposant à McIlroy/García[Note 1]. Les Européens remportent une victoire grâce à la paire Stenson/Rose qui bat B. Watson/Simpson par 5 et 4. La partie disputée entre la paire européenne Kaymer/Björn et la paire américaine Fowler/Walker n'a pas de vainqueur[5].

Lors de l'après-midi, les Européens remportent trois parties grâce aux paires Donaldson/Westwood, Rose/Stenson et Dubuisson/McDowell qui s'imposent respectivement face aux paires américaines Furyk/Kuchar, Mahan/Johnson et Mickelson/Bradley sur les scores de 2 up, 2 et 1 et 3 et 2. Lors de la dernière partie, la paire McIlroy/García arrache le match nul face à Walker/Fowler grâce à deux gros coups, un putt de 12 mètres de McIlroy sur le trou numéro 17 et un coup « invraisemblable » de Garcia depuis le rough sur le dernier trou[6].

Première session : Fourball (quatre balles meilleure balle)[7]
Europe
Résultats États-Unis
Stenson/Rose Europe : 5 et 4 B. Watson/Simpson
Kaymer/Björn Égalité Fowler/Walker
Poulter/Gallacher États-Unis : 5 et 4 Spieth/Reed
McIlroy/García États-Unis : 1 up Mickelson/Bradley
1,5 Session 2,5
1,5 Au général 2,5
Deuxième session : Foursomes[7]
Europe
Résultats États-Unis
Donaldson/Westwood Europe : 2 up Furyk/Kuchar
Rose/Stenson Europe : 2 et 1 Mahan/Johnson
McIlroy/García Égalité Walker/Fowler
Dubuisson/McDowell Europe : 3 et 2 Mickelson/Bradley
3,5 Session 0,5
5 Au général 3

Deuxième journée

Troisième session : Fourball (quatre balles meilleure balle)[7]
Europe
Résultats États-Unis
Rose/Stenson Europe : 3 et 2 B. Watson/Kuchar
Donaldson/Westwood États-Unis : 4 et 3 Furyk/Mahan
Kaymer/Björn États-Unis : 5 et 3 Spieth/Reed
McIlroy/Poulter Égalité Fowler/Walker
1,5 Session 2,5
6,5 Au général 5,5
Quatrième session : Foursomes[7]
Europe
Résultats États-Unis
Donaldson/Westwood Europe : 2 et 1 Johnson/Kuchar
Kaymer/Rose Égalité Spieth/Reed
McIlroy/García Europe : 3 et 2 Furyk/Mahan
Dubuisson/McDowell Europe : 5 et 4 Fowler/Walker
3,5 Session 0,5
10 Au général 6

Troisième journée

Le premier point de la journée des simples est apporté par Rory McIlroy qui s'impose 5 et 4 face à Rickie Fowler après avoir rapidement pris l'avantage dans la partie, remportant cinq des six premiers trous[8]. Le deuxième point est apporté par son compatriote nord-irlandais Graeme McDowell qui, mené 3 up par Jordan Spieth après le cinquième trou, remporte quatre trous consécutifs, du numéro 10 au 13, puis le trou numéro 15, pour s'imposer 2 et 1.

Patrick Reed apporte le premier point américain en s'imposant face à Henrik Stenson, remportant le trou numéro 18. Phil Mickelson apporte le huitième point de l'équipe américaine en remportant la rencontre l'opposant à Stephen Gallacher (en) sur le score de 3 et 1. Quelques minutes plus tard, Matt Kuchar inscrit un neuvième point pour son équipe en s'imposant face à Thomas Bjørn. C'est ensuite Martin Kaymer qui inscrit le treizième point de l'équipe européenne grâce à un score de 4 et 2 face à Bubba Watson[8]. Justin Rose, en remportant le dernier trou, apporte un demi-point en partageant la partie avec Hunter Mahan qui mène 4 up après le trou numéro 6, puis concède les quatre trous du 8 au 11[8].

C'est finalement le Gallois Jamie Donaldson qui apporte le point décisif à son équipe en remportant la rencontre l'opposant à Keegan Bradley sur le score de 5 et 3 : sur le trou numéro 15, il réalise un coup de fer qui place la balle très proche du drapeau, ce qui provoque un point donné par l'Américain[Note 2],[8]. Avec 14½, contre 9½ alors pour les Américains, l'Europe est assurée de conserver son trophée.

Sergio García apporte ensuite un nouveau point en s'imposant 1 up face à Jim Furyk[8]. Puis Ian Poulter conserve son invincibilité dans les simples en partageant la partie avec Webb Simpson[8]. Lee Westwood s'incline 3 et 2 face à Jimmy Walker. La dernière partie, opposant Victor Dubuisson à Zach Johnson, se termine sur le dernier trou, le Français, 1 up au départ, partageant le score en raison d'un birdie de l'Américain[8].

Simples[7]
Europe
Résultats États-Unis
Graeme McDowell Europe : 2 et 1 Jordan Spieth
Henrik Stenson États-Unis : 1 up Patrick Reed
Rory McIlroy Europe : 5 et 4 Rickie Fowler
Justin Rose Égalité Hunter Mahan
Stephen Gallacher États-Unis : 3 et 1 Phil Mickelson
Martin Kaymer Europe : 4 et 2 Bubba Watson
Thomas Björn États-Unis : 4 et 3 Matt Kuchar
Sergio García Europe : 1 up Jim Furyk
Ian Poulter Égalité Webb Simpson
Jamie Donaldson Europe : 4 et 3 Keegan Bradley
Lee Westwood États-Unis : 3 et 2 Jimmy Walker
Victor Dubuisson Égalité Zach Johnson
6,5 Session 5,5
16,5 Au général 11,5

Notes et références

Notes

  1. Un score de 1 up signifie un écart d'un point sur le dernier trou. De même 2 up signifie deux coups d'avance après le dernier trou. Un score de 2 et 1 signifie 2 points d'avance avant le départ du dernier trou, donc une victoire assurée et la partie s'arrête.
  2. Un putt donné est l'action de considérer que le coup est sûr d'être réussi et ainsi, de ne pas laisser à son adversaire l'obligation de pousser la balle dans le trou.

Références

  1. (en) Nick Schwartz, « 5 things to know about Gleneagles, the most beautiful course to host the Ryder Cup », sur usatoday.com, .
  2. (en) « Ryder Cup 2014: Tom Watson named US captain », sur bbc.com, .
  3. « McGinley capitaine européen », sur lequipe.fr, .
  4. (en) James Corrigan, « Sir Alex Ferguson recruited by Ryder Cup captain Paul McGinley to give motivational talk to European team », sur telegraph.co.uk, .
  5. « Les USA d'un cheveu », sur lequipe.fr, .
  6. « L'Europe en force », sur lequipe.fr, .
  7. (en) « Europe win the 2014 Ryder Cu », sur bbc.com (consulté le 29 septembre 2014).
  8. Ben Dirs, « Live Reporting », sur bbc.com, .

Lien externe

  • Portail du golf
  • Portail des années 2010
  • Portail de l’Écosse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.