Saint-Marcel (Savoie)

Saint-Marcel est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcel.

Saint-Marcel

Église paroissiale Saint-Marcel

Blason
Administration
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Moûtiers
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Tarentaise
Maire
Mandat
Daniel Charrière
2014-2020
Code postal 73600
Code commune 73253
Démographie
Gentilé Saint-Marcelins
Population
municipale
607 hab. (2017 )
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 56″ nord, 6° 33′ 36″ est
Altitude Min. 495 m
Max. 1 600 m
Superficie 8,76 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : Savoie
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : France
Saint-Marcel
Géolocalisation sur la carte : France
Saint-Marcel

    Géographie

    Le village, à 600 mètres d’altitude, est situé dans la vallée de la Tarentaise où coule l'Isère, entre Moûtierskm) et Bourg-Saint-Maurice23 km). La commune est traversée par la RN 90, axe très fréquenté en hiver car il permet d'accéder à de nombreuses stations de ski. Curiosités géographiques :

    Village des Plaines (Notre-Dame-du-Pré), à gauche, et Les Bermonts (Saint-Marcel) et la RN90, à droite.

    Toponymie

    Saint-Marcel est le nom officiel de la commune selon le Code officiel géographique français[1], même si sur le site on voit apparaître la forme Pomblière - Saint Marcel.

    L'origine du toponyme n'est pas certaine. Les auteurs de Histoire des communes (1982) font référence au saint patron Marcel Ier († 309), 30e pape (308-309), probablement confondu avec le saint local et évêque légendaire de Tarentaise, Marcel[2]. Henry Suter indique quant à lui sur son site Marcel de Chalon († 177 ou 179), un prêtre originaire de Lyon, martyr et mort à Châlon[3].

    L'ancien nom de la paroisse était Saint-Jacques ou Jacquemoz, en lien avec le château (Castrum Sancti Jacobi)[2],[4]. En effet, la paroisse était placée sous le patronage de saint Jacques, premier évêque légendaire de Tarentaise[2],[4].

    En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Sent Marcél (ORB)[5]. La forme graphie de Conflans est inconnue[5].

    Histoire

    Politique et administration

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Mirande ... ...
    mars 2014 En cours Daniel Charrière ... ...
    Les données manquantes sont à compléter.

    Démographie

    Les habitants de la commune sont appelés les Saint-Marcelins[6].


    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

    En 2017, la commune comptait 607 habitants[Note 1], en diminution de 4,86 % par rapport à 2012 (Savoie : +2,39 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
    267304303341428470413445414
    1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
    426384396409424382675595834
    1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
    6706287947857799251 1021 045921
    1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017 - -
    778770678692645607607--
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Économie

    Pomblière Saint Marcel est l'unique site de production de MSSA (Métaux Spéciaux) qui fabrique du sodium. L'usine, dite « La Volta » a été créée en 1898 et produit du sodium depuis 1923. En 1906, elle a permis la création de la première ligne à haute tension française, pour alimenter en électricité le Tramway de Lyon, via le réseau de la Société Grenobloise de Force et Lumière sur une distance de 180 km, encore jamais atteinte en Europe, sur deux fils en laiton d'un diamètre de six millimètres.

    La société InPACT est le leader occidental de la production de substrat semiconducteur de phosphore d'indium.

    Culture locale et patrimoine

    Lieux et monuments

    Le patrimoine de Saint-Marcel est constitué :

    • le château Saint-Jacques (Castrum Sancti Jacobi)[4] ou encore Saint-Jacquemoz (1663)[4], édifié sur le Roc Puppim/Saint-Jacques, mentionné au XIIe siècle[11] (donation de 1186), détruit en 1600[12],[13],[14] ;
    • le manoir de la Pérouse, une ancienne maison forte du XIIIe siècle ;
    • l'église paroissiale Saint-Marcel (reconstruite vers la fin du XVIIe siècle). Une paroisse est mentionnée dès 1170, anciennement dédiée à saint Jacques de Tarentaise avant passer à saint Marcel (voir section « Toponymie »)[15] ;
    • la chapelle néogothique dédiée à Saint-Jacques-de-Tarentaise (1898-1903), construite sur le Roc Pupim à l'emplacement et avec des pierres du château Saint-Jacques[13].

    Espaces verts et fleurissement

    La commune obtient sa première fleur au concours des villes et villages fleuris en 2017[16].

    Personnalités liées à la commune

    Héraldique

    Blason Taillé : au 1er de gueules à la boucle de ceinturon burgonde figurant un personnage d'or, au 2e mi-taillé d'or à trois fleurs de lis de gueules[17]. Création en 1990[17].
    Détails
    Le statut officiel du blason reste à déterminer.

    Voir aussi

    Bibliographie

    • Éric Deschamps, Saint-Marcel, retour vers le passé d'une commune de Tarentaise, éditions Cléopas, Évian-les-Bains, 2006 - (ISBN 978-2-9522459-4-4)
    • Marius Hudry, Histoire des communes savoyardes : Albertville et son arrondissement (vol. 4), Roanne, Éditions Horvath, , 444 p. (ISBN 978-2-7171-0263-5), p. 374-378. ([PDF] lire en ligne)
    • (roman) Frédéric Lefèvre, Le Sol, réédition La Fontaine de Siloé, 2004, (ISBN 2-84206-277-9) où Saint-Marcel y est nommé Saint-Florent

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Code officiel géographique de Saint-Marcel sur le site de l'Insee, consulté en juillet 2019.
    2. Histoire des communes, 1982, p. 374.
    3. Henry Suter, « Saint-Marcel », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 19 novembre 2016).
    4. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 422.
    5. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
      Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    6. « Saint-Marcel », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2019), Ressources - Les communes.
    7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    11. Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne).
    12. Étienne-Louis Borrel, Les monuments anciens de la Tarentaise (Savoie), Paris, Ducher, , 334 p. (lire en ligne), p. 141-148
    13. Histoire des communes, 1982, p. 375, « Le château ».
    14. « Château Saint-Jacques des évêques Roc Pupim » [PDF], Documents, sur le site de l'association « Les Amis de Saint-Jacques en Rhône-Alpes » - patrimoine.amis-st-jacques.org (consulté en juin 2019).
    15. Histoire des communes, 1982, p. 375, « L'église ».
    16. « > Toutes les communes fleuries - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie et de développement du tourisme vert », sur www.villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 31 janvier 2018).
    17. « Armes de Saint-Marcel », sur armorialdefrance.fr (consulté en septembre 2019).
    • Portail de la Savoie
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.