Sainte-Dode

Sainte-Dode (Senta Dora en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Pour la sainte chrétienne, voir sainte Dode.

Sainte-Dode

Église Sainte-Dode.
Administration
Pays France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Mirande-Astarac
Intercommunalité Communauté de communes Astarac Arros en Gascogne
Maire
Mandat
Hervé Tujague
2014-2020
Code postal 32170
Code commune 32373
Démographie
Gentilé Sainte-Dodais
Population
municipale
209 hab. (2017 )
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 16″ nord, 0° 21′ 51″ est
Altitude Min. 179 m
Max. 340 m
Superficie 18,84 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Gers
Sainte-Dode
Géolocalisation sur la carte : Gers
Sainte-Dode
Géolocalisation sur la carte : France
Sainte-Dode
Géolocalisation sur la carte : France
Sainte-Dode

    Ses habitants sont appelés les Sainte-Dodais[1].

    Géographie

    Localisation

    Sainte-Dode est une commune de Gascogne située dans l'Astarac à 5,5 km à l'est de Miélan.

    Communes limitrophes

    Communes limitrophes de Sainte-Dode[2]
    Bazugues Saint-Michel
    Miélan Montaut
    Sadeillan Mont-de-Marrast

    Géologie et relief

    Sainte-Dode se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[3].

    Toponymie

    Histoire

    Le comte d'Astarac Guillaume Ier était très pieux. Il avait donné l'église Sainte-Aurence à l'archevêque d'Auch. Il céda le monastère de Sainte-Dode qu'il avait fondé en 1034 à l'abbaye de Simorre et l'abbaye de Pessan l'année suivante[4]. Le monastère a été transformé en prieuré puis est passé dans le premier tiers du XVIIe siècle aux Jésuites d'Auch[5]. Ces derniers ont détruit les bâtiments du prieuré pour construire une maison à l'aspect de château appelé Beauregard. Ils le gardèrent jusqu'à leur expulsion de France, en 1764. L'église a conservé du bâtiment initial roman la porte latérale sud, datant probablement du XIIe siècle.

    Sainte-Dode, avec Miélan, était une des nombreuses enclaves de la Jugerie de Rivière-Verdun jusqu'à la Révolution.

    Politique et administration

    Administration municipale

    Liste des maires

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    mars 2001 2014 Jean-Pierre Ricaud[6]    
    mars 2014 En cours Hervé Tujague PS Agriculteur
    Suppléant au Conseil Départemental
    Les données manquantes sont à compléter.

    Population et société

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8]. En 2017, la commune comptait 209 habitants[Note 1], en diminution de 5,86 % par rapport à 2012 (Gers : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
    688649820853892883841804774
    1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
    731776738720682634579551523
    1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
    514503441436415412395361354
    1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
    322285260264238232223213209
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Économie

    Culture locale et patrimoine

    Lieux et monuments

    Portail roman.

    Personnalités liées à la commune

    Culture populaire

    Cette commune est le lieu géographique où est situé la chronique Les Feux de Labours des humoristes du Duo des Non.

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Nom des habitants des communes françaises sur le site Habitants.fr, consulté le 11 octobre 2013.
    2. Carte IGN sous Géoportail
    3. Plan séisme
    4. Raoul Deloffre, Jean Bonnefous, Églises, châteaux et fortifications du Gers occidental, p. 45, Atlantica éditions, Biarritz, 2003 (ISBN 9782843946387) ; p. 423
    5. Voir panneau d'information à l'entrée de l'église.
    6. Site de la préfecture - Fiche de Sainte-Dode
    7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    11. Notice no PA32000038, base Mérimée, ministère français de la Culture
    • Portail du Gers
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.