Salomon Rosenblum

Salomon Aminyu Zalman Rosenblum (né le à Ciechanowiec[1], et mort le à Meudon[2]) est un physicien nucléaire. Il a notamment travaillé dans le laboratoire de Marie Curie et a dirigé deux laboratoires du CNRS.

Salomon Rosenblum
Naissance
Ciechanowiec (actuelle Pologne)
Décès
Meudon (France)
Domaines Physique nucléaire
Renommé pour Travaux sur le rayonnement α du Thorium C (212Bi)

Biographie

Salomon Rosenblum est né à Ciechanowiec et émigre au Danemark puis en Suède. C'est la rencontre fortuite avec un assistant de Niels Bohr dans un café à Copenhague qui le pousse à abandonner une thèse de langues anciennes et à entreprendre des études dans le domaine de la physique nucléaire[1]. Après des études à Berlin, il rejoint l'Institut du Radium à Paris en 1923[1]. Sa thèse en 1928 porte sur la propagation du rayonnement α (l'une des formes de la désintégration radioactive) à travers la matière[1].

En 1929, il utilise l'électro-aimant de l'Académie des Sciences, sous la direction d'Aimé Cotton, pour étudier le rayonnement α du Thorium C (désignation à l'époque du 212Bi). Ses recherches permettent de prouver que la raie unique attribuable aux rayons α du Thorium C est en réalité composée de six raies fines[1]. Il continue ses recherches avec cet électro-aimant, à l'époque le plus puissant au monde[3], pour étudier le rayonnement d'autres radioélements (comme l'actinium en 1929 avec un specimen préparé par Marie Curie[4]).

Il se réfugie de 1941 à 1944 aux États-Unis où il se lie d'amitié avec Albert Einstein. Après la Libération, il prend la direction d'un laboratoire du CNRS à Bellevue, puis à Orsay[5].

Œuvres

  • Œuvres de Salomon Rosenblum, 1968-1969.
  • Die sozialpolitischen Massnahmen der Gemeinde Wien (Les mesures de politique sociale de la municipalité de Vienne), 1935.
  • Origine des rayons gamma, structure fine du spectre magnétique des rayons alpha, 1932.
  • Recherches expérimentales sur le passage des rayons alpha à travers la matière, 1928.
  • In der Fremde: Gedichte (À l'étranger: poèmes), 1923.

Notes et références

  1. Bernard Fernandez, De l'atome au noyau : Une approche historique de la physique atomique et de la physique nucléaire, Ellipses, , 597 p. (ISBN 978-2729827847), partie V, chap. 1 (« Le noyau, nouvelle frontière »).
  2. « Prof. Salomon Rosenblum », sur GENI
  3. « Le grand électro-aimant de l'Académie des Sciences (1989) », sur www.canal-u.tv (consulté le 30 avril 2018)
  4. (en) Instrumentation Between Science, State and Industry, Kluwer Academic Publishers, , p. 54
  5. « Salomon Rosenblum », sur mariecurie.leden.org (consulté le 30 avril 2018)

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la physique
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.