Sam Loyd

Samuel Loyd (Philadelphie le 30 janvier 1841 - 10 avril 1911) est un compositeur américain de casse-tête numériques et logiques relevant des mathématiques récréatives. Il est la figure de proue de l'école nord-américaine de problémistes (1860-1900)[1].

Sam Loyd
Samuel Loyd (1841-1911)
Biographie
Naissance
Décès
(à 70 ans)
New York
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Biographie

Il a popularisé le jeu du taquin. En tant que compositeur échiquéen, il a aussi produit nombre de problèmes d'échecs, souvent avec un thème astucieux. À la suite de sa mort, son livre Cyclopedia of Puzzles est publié en 1914.

Admirateur du Tangram, il a publié un ouvrage contenant 700 nouveaux dessins, ainsi qu'une histoire sur l'origine du casse-tête. À cette époque, les États-Unis et l'Europe vivaient une frénésie à propos de ce jeu, ce qui a procuré à Loyd d'importants revenus.

Exemples de problèmes d'échecs

Saturday Courier, 1856

("La Comète")

abcdefgh
8
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Les Blancs jouent et font mat en 14 coups[2]
American Chess Journal, 1876

(problème orthodoxe à analyse rétrograde)

abcdefgh
8
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Les Blancs jouent et font mat en 1 coup[3]

Ouvrages

  • (en) Sam Loyd, Sam Loyd's Book of Tangram Puzzles (ISBN 978-0-48622011-6)
  • (en) Sam Loyd et Martin Gardner, Mathematical Puzzles of Sam Loyd, vol. 1 et vol. 2

Notes et références

  1. Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Guide des échecs : traité complet, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, (ISBN 9-782221-059135), 1993, p. 1275
  2. Solution : 1. Rc5 Fg1 2. Rb6 Fa2 3. Ra7 4. Ra8! 5. Rb8 6. Rc7 7. Rd8 8. Re7 9. Rf8 10. Rg7 11. Rh6 12. Rg5 13. Rxh4 14. TxCg3# (Source : François Le Lionnais, Que sais-je ? n° 1592, Le Jeu d'échecs, Presses universitaires de France, 1974, p. 120)
  3. Solution: 1. a5 x b6 e.p. # car l'analyse rétrograde permet de démontrer que le dernier coup noir a nécessairement été: ...b7-b5. En effet au coup précédent le fou b8 n'a pas pu bouger sans que le roi noir blanc ait été en échecs ; le pion en b5 ne peut venir de b6 sans que le roi blanc ait été en échec ; les pions f7 et g7 sont sur leur case de départ ; le pion h3 était au départ en d7, a donc dû rester toute la partie sur la diagonale (c8 - h3) et ne vient donc pas de h4 ; le déplacement e7-f6 est antérieur car le fou f8 a dû quitter sa case d'origine pour être capturé par l'un des pions blancs ayant changé de colonne (il manque 8 pièces aux Noirs, dont 6 ont été prises par les pions blancs en g3, g4 et h7 qui ont au total changé 6 fois de colonne, les 2 pions noirs des colonnes a et c n'ayant pas pu être impliqués dans ces changements de colonne). (Source : François Le Lionnais, Que sais-je ? n° 1592, Le Jeu d'échecs, Presses universitaires de France, 1974, p. 124)

Voir aussi

Bibliographie

  • Joëlle Lamon, « Sam Loyd, un précurseur des mathématiques ludiques » in Les Cahiers de Ludo no 11 (février 2010) p. 8-15, pdf p. 1-7
  • (en) Sid Pickard, The Puzzle King: Sam Loyd's Chess Problems and Selected Mathematical Puzzles (ISBN 978-1-88684605-0)
  • (en) Alain C. White, Sam Loyd and His Chess Problems, Amsterdam, Fredonia Books, (1re éd. 1913), 471 p., reprint (ISBN 1-4101-0166-5, présentation en ligne)

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des échecs
  • Portail des mathématiques
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.