Sambaqui

Le mot sambaqui (du tupi tamba'kï ; littéralement « tas de coquillages ») désigne les amas coquilliers du Brésil, qui sont pour la plupart situés sur le littoral atlantique. Sous l'effet des intempéries, les sambaqui, tout comme les autres amas coquilliers, subissent une fossilisation chimique : la pluie dissout les coquilles des mollusques et les os enterrés, le calcium se diffuse dans toute la structure et pétrifie l'ensemble des éléments du monticule.

Sambaqui dans l'État de Rio de Janeiro.

Leur taille peut varier de quelques dizaines à plusieurs centaines de mètres de diamètre, ils peuvent aussi atteindre plus de dix mètres de haut et leur forme est variée de conique à hémisphérique. Des populations ont parfois vécu dans les sambaqui, dans lesquels on a retrouvé des fonds d'habitation et des traces d'inhumation[1].

L'étude de l'origine, de la formation et du contenu des sambaqui permet d'accéder aux sociétés préhistoriques et aux individus qui y ont vécu[2]. De même, l'étude archéomalacologique des sambaqui peut nous aider à comprendre le paléoenvironnement et les modes d'occupation humaine. Ces soucis restent au cœur de la recherche archéologique actuelle[3].

Il existe aussi des sambaqui fluviaux, mais qui sont encore très mal connus[1].

Notes et références

  1. André Leroi-Gourhan, Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses universitaires de France, 2005, p. 980.
  2. L.-M. Kneip, « Le Brésil : les sambaqui du littoral brésilien », Dossiers d'archéologie, no 169, 1992, p. 22-23.
  3. Annette Laming-Emperaire, « Problèmes de préhistoire brésilienne », Annales, no 5, , p. 1240 (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2019).

Annexes

Articles connexes

  • Portail de l’archéologie
  • Portail du Brésil
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.