Six vilayets

Les Six vilayets[1],[2],[3] (en turc ottoman : ولايت سته, Vilâyat-ı Sitte[4],[5],[6]), aussi appelés les Six vilayets arméniens (en arménien : Վեց հայկական վիլայեթներ, Vets' haykakan vilayet'ner ; en turc : Altı vilayet, Altı Ermeni ili[7]), étaient les vilayets de l'Empire ottoman majoritairement peuplés d'Arméniens. Ces six vilayets étaient les suivants : le vilayet de Van, le vilayet d'Erzurum, le vilayet de Mamouret-ul-Aziz, le vilayet de Bitlis, le vilayet de Diyarbekir et le vilayet de Sivas[1],[3],[8],[9]. Ensemble, ils sont parfois désignés par l'expression « Arménie ottomane »[2],[3] par opposition à l'Arménie russe.

Les six provinces arméniennes au début du XXe siècle.

Ces vilayets renvoient aux « provinces habitées par les Arméniens » visées par l'article 16[N 1].</ref> du traité de paix signé à San Stefano (auj. Yeşilköy) le [10] puis par l'article 61[N 2].</ref> de l'acte final du congrès des Nations tenu à Berlin du au de la même année[11]. Par ces clauses, la Sublime Porte s'engageait, d'une part, « à réaliser les améliorations et les réformes exigées par les besoins locaux » des Arméniens et, d'autre part, « à garantir leur sécurité contre les Kurdes et les Circassiens »[N 1],[N 2].

Historique

En 1864, l'Empire ottoman entreprend de vastes réformes administratives territoriales inspirées du modèle centralisé napoléonien, remplaçant les provinces de l'Empire par vingt-sept vilayets, prenant le nom de leur chef-lieu. Au terme de plusieurs réaménagements (en 1878, 1880 et 1895) l'Anatolie orientale se voit finalement découpée en six vilayets, visant ainsi à diluer la population arménienne dans d'autres peuples afin qu'elle ne constitue plus une majorité compacte dans une circonscription, pouvant justifier un statut de plus grande autonomie[12]. Le terme « Six provinces arméniennes » a d'abord été utilisé au congrès de Berlin en 1878, où l'Empire ottoman devait s'engager à y faire des réformes.

Population

Groupes ethniques

Carte ethnique des six vilayets selon le Patriarcat arménien de Constantinople en 1912.
Population arménienne de l'Empire ottoman selon le recensement officiel de 1914.

Patriarcat arménien de Constantinople, 1912[13]

Groupes ethniques Bitlis Diyarbekir Erzurum Mamouret-ül-Aziz Sivas Van Total %
Arméniens180 000105 000215 000168 000165 000185 0001 018 00038,9
Turcs148 00072 000265 000182 000192 00047 000806 00030,8
Kurdes277 00055 00075 00095 000125 00072 000499 00019,1
Autres330 00064 00048 0005 000100 00043 000290 00011,1
Total382 000296 000630 000450 000507 000350 0002 615 000100

1 incluant les Qizilbashs
2 incluant les Zazas
3 Assyriens (Nestoriens, Jacobites, Chaldéens), Adyguéens, Grecs, Yazidis, Persans, Lazes, Juifs, Roms

Recensement officiel ottoman, 1914[14]

La plupart des historiens occidentaux modernes conviennent que le recensement officiel ottoman de 1914 sous-estime le nombre des minorités ethniques, dont celui des Arméniens[15]. Le recensement ottoman ne dénombre pas les groupes ethniques, mais les groupes religieux ; est donc considéré comme Arménien un adepte de l'Église apostolique arménienne, les Arméniens qui ont prétendu être musulmans ont été comptés en tant que musulmans, tandis que les protestants arméniens  comme les Grecs pontiques, les Grecs du Caucase et les Lazes  ont été comptés dans Autres.

Groupes religieux Bitlis Diyarbekir Erzurum Mamouret-ül-Aziz Sivas Van Total %
Musulmans1309 999492 101673 297446 376939 735179 3803 040 88879,6
Arméniens119 13265 850136 61887 862151 67467 792628 92816,5
Autres44 3484 0205 7974 04778 17311 969148 3543,9
Total473 479561 971815 712538 2851 168 582259 1413 818 170100

1 Le recensement ottoman ne donne pas d'informations pour les groupes ethniques musulmans séparés comme les Turcs, les Kurdes, les Adyguéens, etc.

Les plus grandes villes

Tous les chiffres sont en date du début du XXe siècle.

Ville Vilayet Population Arméniens %
Van[16] Van 40 000 25 000 62,5 %
Sivas[17] Sivas 60 000 30 000 50 %
Erzurum[18] Erzurum 60 000 15 000 25 %
Mezereh[19] Mamouret-ul-Aziz 12 000 6 080 50,67 %
Bitlis[17] Bitlis 30 000 7 000 23,33 %
Diyarbekir Diyarbekir
Arapgir[20] Mamouret-ul-Aziz 20 000 10 000 50 %
Malatya[21] Mamouret-ul-Aziz 40 000 20 000 50 %

Notes et références

Notes

  1. Traité de San Stefano du , art. 16 : « Comme l'évacuation, par les troupes russes, des territoires qu'elles occupent en Arménie et qui doivent être restitués à la Turquie, pourrait y donner lieu à des conflits et à des complications préjudiciables aux bonnes relations des deux pays, la Sublime Porte s'engage à réaliser sans plus de retard les améliorations et les réformes exigées par les besoins locaux dans les provinces habitées par les Arméniens et à garantir leur sécurité contre les Kurdes et les Circassiens. »<ref name='233<span class="nowrap"><abbr class="abbr " title="article(s)" >art.</abbr>&nbsp;16</span>San Stefano' group=''>San Stefano, art. 16, p. 233.
  2. Traité de Berlin du , art. 61 : « La Sublime Porte s'engage à réaliser, sans plus de retard, les améliorations et les réformes qu'exigent les besoins locaux dans les provinces habitées par les Arméniens et à garantie leur sécurité contre les Circassiens et les Kurdes. Elle donnera connaissance périodiquement des mesures prises à cet effet aux puissances qui en surveilleront l'application. »<ref name='268<span class="nowrap"><abbr class="abbr " title="article(s)" >art.</abbr>&nbsp;<abbr class="abbr " title="61" ><span class="romain" style="text-transform:uppercase">LXI</span></abbr></span>Berlin' group=''>Berlin, art. LXI, p. 268.

Références

  1. Casà 2016, n. 10.
  2. Papazian 2017, § 5.
  3. Prévost 2016, § 32.
  4. Deringil 2012, map 2, p. 201.
  5. Ersal 2016, § I-II, p. 19.
  6. Ersal 2016, § II-I, p. 20.
  7. (tr) İsmail Soysal, Türkiye'nin Siyasal Andlaşmaları, I. Cilt (1920-1945), Türk Tarih Kurumu, 1983, p. 14.
  8. Panzac 1988, p. 59.
  9. Özbek 2012, p. 770.
  10. Payaslian 2007, p. 116.
  11. Payaslian 2007, p. 116-117.
  12. Gustave Meyrier, Les massacres de Diarbékir : Correspondance diplomatique du vice-consul de France (1894-1896), L'Inventaire, coll. « Valise diplomatique », , 259 p. (ISBN 978-2910490300), p. 41
  13. "The Treatment of Armenians in the Ottoman Empire 1915-1916" par James Viscount Bryce, Londres, T. Fisher Unwin Ltd., 1916
  14. (en) « Armenian Activities in the Archive Documents 1914-1918 Volume 1 » [PDF], sur ata-a.org.au, État-major général turc (consulté le 8 novembre 2014), p. 603-628
  15. Steven T. Katz,The Holocaust in Historical Context, 1994, p. 86 ...indique (sur la base des estimations britanniques de 1919) que si les données ottomanes étaient généralement fiables, ils ont sous-estimé la population arménienne en 1914...
  16. Hakobyan 1987, p. 236.
  17. Hakobyan 1987, p. 222.
  18. Hakobyan 1987, p. 163.
  19. Hakobyan 1987, p. 134.
  20. Hakobyan 1987, p. 51.
  21. Hakobyan 1987, p. 182.

Voir aussi

Traités

Bibliographie

  • (hy) Tadevos Hakobyan, Պատմական Հայաստանի քաղաքները (Les villes historiques de l'Arménie), Erevan, "Hayastan" Publishing, .
  • [Deringil 2012] (en) Selim Deringil, Conversion and apostasy in the Late Ottoman Empire [« Conversion et apostasie dans l'Empire ottoman tardif »], Cambridge et New York, Cambridge University Press, (réimpr. ), 1re éd., 1 vol., XI-281-[8] p., 24 cm (ISBN 978-0-8047-9143-4, 978-1-107-00455-9 et 978-1-107-54601-1, EAN 9781107546011, OCLC 836116115, notice BnF no FRBNF42759612, SUDOC 166981508, présentation en ligne, lire en ligne).
  • [Ersal 2016] (tr) Aytekin Ersal, « Milli bütünlüğün demokratik temsille inşası sürecinde Erzurum Kongresi » [« Le Congrès d'Erzurum dans le processus de construction de l'unité nationale par la représentation démocratique »], SDÜ fen-edebiyat fakültesi sosyal bilimler dergisi, no 38, , p. 15-38 (résumé, lire en ligne, consulté le 20 mai 2018).
  • [Casà 2016] Giancarlo Casà, « Les massacres arméniens de à Diyarbekir à travers le témoignage du vice-consul Gustave Meyrier », Études arméniennes contemporaines, no 8 : « « Varia » », , 1re partie : « Études », art. no 4, p. 91-118 (DOI 10.4000/eac.1175, résumé, lire en ligne, consulté le 20 mai 2018).
  • [Özbek 2012] (en) Nadir Özbek, « The politics of taxation and the Armenian Question during the Late Ottoman Empire, - » [« La politique fiscale et la Question arméniennes pendant l'Empire ottoman tardif »], Comparative Studies in Society and History, vol. 54, no 4, , 2e partie : « State effects in the tribal zone », art. no 2, p. 770-797 (DOI 10.1017/S0010417512000412, lire en ligne, consulté le 19 mai 2018).
  • [Panzac 1988] Daniel Panzac, « L'enjeu du nombre : la population de la Turquie de à », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, no 50 : « Turquie : la croisée des chemins », , 1re partie : « Les racines du présent », art. no 3, p. 45-67 (DOI 10.3406/remmm.1988.2253, lire en ligne, consulté le 19 mai 2018).
  • [Papazian 2017] Taline Papazian, « Engagement militaire et droits politiques des Arméniens : la Légion d'Orient, exemple de négociations entre une nationalité non souveraine et ses Alliés européens », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 141 : « Par delà le théâtre européen de 14-18 : l'autre grande guerre dans le monde musulman », , 1re partie, art. no 8, p. 121-137 (résumé, lire en ligne, consulté le 19 mai 2018).
  • [Payaslian 2007] (en) Simon Payaslian, The history of Armenia : from the origins to the present [« L'histoire de l'Arménie : des origines à nos jours »], New York, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Essential Histories series », , 1re éd., 1 vol., VIII-296 p., 24 cm (ISBN 0-230-60064-6, 978-0-230-60064-5, 1-403-97467-5 et 978-1-403-97467-9, DOI 10.1057/9780230608580, SUDOC 129574465, présentation en ligne, lire en ligne).
  • [Prévost 2016] Stéphanie Prévost, « L'opinion publique britannique et la Question arménienne (-) : quelles archives pour quel récit ? », Études arméniennes contemporaines, no 8 : « Varia », , 1re partie : « Études », art. no 3, p. 51-90 (DOI 10.4000/eac.1170, résumé, lire en ligne, consulté le 19 mai 2018).

Articles connexes

  • Portail de l’Empire ottoman
  • Portail de l’Arménie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.