Société mathématique de Nouvelle-Zélande

La Société mathématique de Nouvelle-Zélande (New Zealand Mathematical Society, NZMS) est une société savante de mathématiciens de Nouvelle-Zélande. Elle est répertoriée par la Société royale de Nouvelle-Zélande en tant qu'organisation affiliée responsable de la recherche en mathématiques[1], et par l'Union mathématique internationale comme la société mathématique nationale de son pays[2]. Le nombre total de membres dans la société a varié d'environ 100 peu de temps après sa fondation en  1974 pour atteindre entre 200 et 300 lors de son 25e anniversaire en 1999.

Société mathématique de Nouvelle-Zélande
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Pays
Organisation
Site web

Histoire

La NZMS a ses origines dans le rapport annuel du Colloque mathématique de Nouvelle-Zélande qui s'est tenu en 1966[3] et dans une visite en 1967 en Nouvelle-Zélande du mathématicien Bernhard Neumann au cours de laquelle il fait la promotion de liens entre les communautés mathématiques néo-zélandaise et australienne[4]. Un comité de création de la nouvelle société est formé au colloque de 1973, malgré une certaine opposition de la part du Comité national pour les mathématiques de la Société royale de Nouvelle-Zélande[5],[6], et la société est fondée en 1974, avec David Vere-Jones comme président-fondateur.

Activités

La société publie la Newsletter of the New Zealand Mathematical Society à raison de trois fois dans l'année[7] et co-parraine le New Zealand Journal of Mathematics ( (ISSN 1179-4984)) avec le Département de mathématiques de l'université d'Auckland[8]. Le journal a reçu son nom et ses parrainages en 1992, et il est le successeur d'une publication précédente, fondée en 1969, le Mathematical Chronicle de l'université d'Auckland[9].

Parmi les autres activités de la société on compte l'hébergement de concours étudiants, de professeurs invités, et de conférenciers pour le colloque, et la fourniture de bourses d'étude pour permettre à des étudiants et des mathématiciens de Nouvelle-Zélande, d'assister à des conférences. Un petit nombre d'éminents mathématiciens ayant des liens avec la Nouvelle-Zélande ont été nommés membres honoraires à vie de la société, dont Henry Forder, Vaughan Jones et Bernhard Neumann.

Conjointement avec la London Mathematical Society, elle a créé en 1985 la conférence Forder qui permet tous les deux ans à un mathématicien britannique de donner des conférences dans la plupart des universités de Nouvelle-Zélande, puis en 2009, la conférence Aitken pour un mathématicien néo-zélandais invité dans des universités britanniques.

Références

  1. Constituent and Affiliate Organisations in Physical sciences, Mathematical Sciences, Technology and Engineering, Royal Society of New Zealand, retrieved 2015-01-22.
  2. New Zealand, International Mathematical Union, retrieved 2015-01-22.
  3. Garry J. Tee, « The First 25 Years of the New Zealand Mathematical Society », Invited Address to the 1999 New Zealand Mathematics Colloquium, (consulté le 22 janvier 2015).
  4. Graham Wake, « New Zealand Mathematics Society Silver Jubilee Celebration: A toast from the foundation Secretary 1974-5 », .
  5. Foundation of the Society, NZMS, retrieved 2015-01-22.
  6. Mike Carter, « The National Committee for Mathematics (1967–1996) », Newsletter of the New Zealand Mathematical Society, vol. 88, (lire en ligne)
  7. Newsletter of the New Zealand Mathematical Society home page, retrieved 2015-01-22.
  8. New Zealand Journal of Mathematics home page, retrieved 2015-01-22.
  9. David Gauld, « The Mathematical Chronicle », Mathematics Department, Univ. of Auckland, (consulté le 22 janvier 2015).
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « New Zealand Mathematical Society » (voir la liste des auteurs).

Liens externes

  • Portail des mathématiques
  • Portail de la Nouvelle-Zélande
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.