Società Sportiva Calcio Naples

La Società Sportiva Calcio Napoli, littéralement Société Sportive Football Naples, abrégé en SSC Napoli ou plus couramment Napoli en italien et SSC Naples ou plus couramment Naples en français, est un club de football italien fondé en 1926 sous le nom de Associazione Calcio Napoli. et basé à Naples en Campanie.

SSC Naples
Généralités
Nom complet Società Sportiva Calcio Napoli S.p.A.
Surnoms Gli Azzurri
I Partenopei
Fondation
(93 ans, 7 mois et 25 jours)
Statut professionnel 1930-
Couleurs Bleu ciel
Stade Stade San Paolo
(54 726 places)
Siège Via Alcide De Gasperi, 33
80100 Naples
Championnat actuel Serie A
Propriétaire Filmauro S.r.l.
Président Aurelio De Laurentiis
Entraîneur Gennaro Gattuso
Joueur le plus capé Marek Hamšík (519)
Meilleur buteur Dries Mertens
Marek Hamšík (121)
Site web sscnapoli.it
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Italie (2)
Championnat d'Italie D2 (1)
Coupe d'Italie (5)
Supercoupe d'Italie (2)
International[1] Europa League (1)

Maillots

Domicile
Extérieur
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Italie de football 2019-2020
0
Le club est basé à Naples, dans
la région de la Campanie (au sud de l'Italie).

Créé sur l'initiative de l'homme d'affaires napolitain Jad Antoun sous le nom de Associazione Calcio Napoli, il change de nom avec l'actuel dénomination depuis 1964 (sauf de 2004 à 2006 où le club est renommé Napoli Soccer après la faillite).

Le club joue en Serie A, l'élite du football italien.

La mascotte du club est « O' Ciuccio » (« L'âne » en napolitain), originellement un cheval héraldique, et c'est au Stadio San Paolo qu'il joue ses matchs à domicile. O Surdato 'nnammurato (Le Soldat Amoureux) est reconnu comme étant leur hymne historique depuis le 7 décembre 1975[2], où les tifosi entonnent spontanément la chanson composée par le célèbre auteur napolitain Aniello Califano, chantée par le musicien Enrico Cannio en 1915 et reprise par Massimo Ranieri en 1972. Depuis le décès du célèbre chanteur napolitain Pino Daniele, les supporters chantent de temps en temps la célèbre chanson Napule è (Naples est), en l'honneur du chanteur.

Avec un palmarès qui contient deux Scudetti, cinq Coupes d'Italie, deux Supercoupes d'Italie et une Coupe UEFA (Ligue Europa) remportée en 1988-1989 avec la légende Diego Maradona, sans oublier une Coupe des Alpes et une Coupe de la Ligue anglo-italienne, le SSC Naples est l'équipe du sud de l'Italie ayant remporté le plus de titres au niveau national (9) et international (3) et, avec ses 78 participations, celle qui a fait le plus de matchs en Serie A.

Le SSC Naples est aussi un des membres de l'Association européenne des clubs (ECA), organisation née en substitution du G-14 qui a été supprimée, et constituée des principaux clubs de football du continent, réunis afin d'obtenir une tutelle commune des droits sportifs, juridiques et de la télévision devant la FIFA[3].

Histoire

1er août 1926Création du Napoli Calcio
6 décembre 1959Inauguration du Stade San Paolo match Napoli-Juventus 2-1
21 juin 19621er victoire en Coupe d'Italie match Napoli-Spal 2-1
29 juin 19762e victoire en Coupe d'Italie match Napoli-Verona 4-0
16 septembre 19841er match de Maradona en Série A match Verona - Napoli 3-1
10 mai 19871er scudetto match Napoli - Fiorentina 1-1
13 juin 19873e victoire en Coupe d'Italie match Atalanta-Napoli 0-1
17 mai 1989Victoire en Coupe de L'UEFA match Stuttgart-Napoli 3-3 (4-5)
29 avril 19902e scudetto match Napoli-Lazio 1-0
1er septembre 19901er victoire en Supercoupe d'Italie match Napoli-Juventus 5-1
2 août 2004Faillite du SSC Napoli, repart de la Série C1 avec le nom du "Napoli Soccer"
23 mai 2006Réacquisition de la dénomination de Società Sportiva Calcio Napoli abandonnée à cause de la faillite.
10 juin 2007Promu l'année précédente en Série B, Naples termine deuxième derrière la Juventus et retrouve ainsi la Série A
18 mai 2008L'année du retour en Série A, Naples termine huitième et se qualifie pour la coupe Intertoto
27 mai 2010Fin mai, Naples retrouve l'Europe en terminant sixième du championnat, c'est-à-dire, la Ligue Europa.
29 mai 2011Après une troisième place, les hommes de Walter Mazzarri se qualifient pour le tour direct de la Ligue des champions dans un groupe, un retour après 20 ans d'absences.
20 mai 20124e victoire en Coupe d'Italie match Juventus-Napoli 0-2
3 mai 20145e victoire en Coupe d'Italie match Fiorentina-Napoli 1-3
22 décembre 20142e victoire en Supercoupe d'Italie match Juventus-Napoli 2-2 (7-8 tab)

L'émergence d'un club

Le club est fondé en 1904 sous le nom de « Naples Foot-Ball & Cricket Club » rebaptisé Naples Foot-Ball Club en 1906.

En 1922, le club fusionne avec l'Internazionale Napoli et adopte le nom d'Internaples. Le , le club est rebaptisé Associazione Calcio Napoli. Il s'agit en fait d'une nouvelle fusion avec un tout nouveau club napolitain.

Le 25 juin 1964, le club est rebaptisé « Societa Sportiva Calcio Napoli ».

En 1968 et 1975, le club obtient la deuxième place du championnat mais il reste difficile de lutter contre des clubs aussi riches que le Milan AC ou la Juventus. Néanmoins, Naples remporte à deux reprises la coupe d'Italie (1962 et 1976).

Au début des années 1980, concevoir le Napoli comme une équipe de premier rang relève davantage de l'utopie, et pourtant la décennie qui va suivre sera bel et bien en grande partie napolitaine.

L'ère Maradona

Maradona en 2006 lors du Soccer Aid.

L'Histoire de Naples est donc irrémédiablement liée à celle du "Pibe de Oro", Diego Maradona. Au bout d'un feuilleton qui dure tout l'été 1984, l'ambitieux président Corrado Ferlaino enrôlait l'Argentin en provenance du FC Barcelone. Pour l'accueillir, pas moins de 70 000 supporters napolitains viennent au stade San Paolo.

Habitué au milieu du classement ou à lutter contre la relégation, le Napoli se métamorphose et remporte le championnat d'Italie à deux reprises (1987 et 1990) s'offrant même le doublé avec la coupe d'Italie en 1987. Le club obtient également deux secondes places de la série A en 1988 et 1989.

Sur la scène européenne, c'est le duo brésilo-argentin Careca - Maradona qui permet au club napolitain de remporter la coupe UEFA en 1989 contre les Allemands du VfB Stuttgart.

Autour du prodige, le public napolitain a eu la chance de voir évoluer de grands noms tels que Careca, Alemão, Ciro Ferrara ou encore Fernando De Napoli.

La belle aventure s'arrête avec le départ de Diego Maradona, ce dernier étant contrôlé positif à la cocaïne à la fin de cette saison 1991 et après un ultime trophée (Supercoupe d'Italie).

« Tout le monde dit : celui-ci a été le meilleur de Barcelone, celui-ci a été le meilleur du Real Madrid, celui-ci a été le meilleur de Chelsea, celui-ci a été le meilleur… Moi je suis fier d'avoir été le meilleur à Naples. »

 (Diego Armando Maradona, Pendant la remise du Ballon d'or.)[4]

La descente progressive

L'après Maradona est sportivement mal géré puisque avec son départ, c'est l'ambition du club qui est revue à la baisse et la 4e place obtenue en 1992 marque la fin d'un cycle prestigieux.

Saisons après saisons, l'équipe est démantelée et ne joue progressivement plus le haut du tableau jusqu'à descendre en Série B en 1998. Une remontée en Série A en 2000 suivie d'une nouvelle rétrogradation illustre l'inévitable déclin du club.

En septembre 2004, le club touche le fond puisque qu'il est contraint à la relégation en Série C1 à la suite de la faillite.

Le renouveau par De Laurentiis (2005-2012)

Le club est alors racheté par Aurelio De Laurentiis pour 30 millions d'euros et le renomme "Napoli Soccer". Le club parvient à disputer les barrages pour monter en Série B à la fin de la saison 2004-2005. Après avoir écarté Sambenedettese, le club partenopeo s'incline face à Avellino et doit rester une nouvelle saison en Série C.

Lors de la saison 2005-2006, le président fait venir l'entraîneur Edy Reja et réussit le tour de force de conserver le buteur argentin R. Sosa. Le SSC Napoli recrute le gardien de but expérimenté du Cagliari Calcio, Gennaro Iezzo, le défenseur de l'US Catanzaro, Gianluca Grava, l'uruguayen de Sambenedettese, Mariano Bogliacino et le buteur du Pescara Calcio, Emanuele Calaiò. En cours de saison, João Batista Inacio Pìa, l'attaquant brésilien de Bergame signe au club. Naples prend un excellent départ en championnat et ne se fait éliminer de la Coupe d'Italie qu'en huitième de finale contre la Roma. L'équipe finit à la première place et est promue à trois journées de la fin de saison. Il aura fallu deux saisons pour que le club sorte de la Série C.

Le 23 mai 2006, le président Aurelio De Laurentiis rachète les vieux trophées et le titre sportif perdus avec la faillite, ainsi la société reprend sa dénomination originale et historique : Società Sportiva Calcio Napoli.

Le dernier acte de la saison a été la finale de la Supercoupe de Série C1 perdue contre le Spezia.

Dans le championnat de Serie B italienne 2006-2007, l'objectif est la montée, même si le président se laisse deux saisons pour le concrétiser. Objectif intéressant mais difficile et pour cause, la présence de clubs tels que la Juventus, le Genoa ou Bologne, complique assurément la tache.

Pour viser la promotion, l'équipe s'est pourvue de footballeurs de renom tels que Paolo Cannavaro (frère cadet de Fabio Cannavaro) en défense centrale, de Samuele Dalla Bona, et de joueurs fiables comme le défenseur central Maurizio Domizzi (Sampdoria Gênes mais prêté à l'Ascoli Calcio 1898), Christian Bucchi (Modène FC) et du milieu offensif Roberto De Zerbi (Calcio Catane), qui rejoignent Iezzo, Grava, Francesco Montervino, le meneur de jeu uruguayen Bogliacino ou le trio de buteurs Roberto Sosa-Piá-Emanuele Calaiò. De plus, l'entraîneur Edoardo Reja bénéficie d'une grande expérience du football italien.

Au bout d'un championnat régulier, l'équipe accroche la seconde place, derrière la Juventus de Didier Deschamps.

Paolo Cannavaro avec le brassard de capitaine.

Le 10 juin 2007, la SSC Naples est officiellement promue en Série A après l'obtention du point du match nul contre le Genoa, également promu.

Ezequiel Lavezzi lors de sa période à Naples.

Pour s'installer durablement en Série A, le club recrute pour 5 ans les internationaux uruguayen Walter Gargano et argentin Ezequiel Lavezzi, l'espoir Slovaque de Bresia Marek Hamšík qui s'engage aussi pour 5 ans, l'attaquant uruguayen et le milieu italien de la Juventus Turin, Marcelo Zalayeta et Manuele Blasi de la Juventus Turin et le solide défenseur central de Parme AC, Matteo Contini.

Déçu par ses défenseurs, le jeune international espoir d'origine brésilienne Fabiano Santacroce arrive de Brescia Calcio en cours de saison au poste de latéral droit. Le club prête en contrepartie l'offensif Roberto De Zerbi à Brescia.

La ligne d'attaque déçoit mais le gardien Gennaro Iezzo et sa ligne de défense, commandée par le duo Paolo Cannavaro-Maurizio Domizzi et bien mieux équilibrée depuis l'arrivée de F. Santacroce, stabilisent l'équipe en milieu de classement.

Pour la saison 2008-2009, l'entraîneur Edoardo Reja fait revenir le jeune défenseur latéral de 20 ans Luigi Vitale de son prêt au Virtus Lanciano puis décide de jouer en 3-5-2 et renforce son milieu de terrain. Il recrute des joueurs pour cela : l'international de la Sampdoria Gênes, Christian Maggio mais aussi les gauchers Daniele Mannini de Brescia Calcio, et Salvatore Aronica de la Regina, ainsi que Michele Pazienza le milieu de terrain de la Fiorentina. L'attaque ayant déçu, il recrute le buteur argentin du CA Independiente, German Denis, âgé de 26 ans pour 9 millions d'euros.

Le changement de tactique est difficile et certains joueurs ne sont plus au niveau, comme Grava ou les attaquants sud-américains Mariano Bogliacino et Pìa. Naples s'écroule au début de l'année 2009. E. Reja est remplacé par l'ancien sélectionneur Roberto Donadoni en mars. G. Denis ne marque pas. Seuls Marek Hamsik et Christian Maggio sont au niveau et le Napoli fini péniblement a la 12e place.

Roberto Donadoni effectue une bonne dizaine de changements dans l'effectif. Daniele Mannini, Luigi Vitale, Manuele Blasi et Marcelo Zalayeta quittent ainsi le club. Arrivent le gardien de but international Morgan De Sanctis qu'il fait revenir d'Espagne, le défenseur colombien Juan Camilo Zúñiga du Robur Sienne pour concurrencer l'argentin Jesús Dátolo arrivé en janvier dernier de Boca juniors, le milieu argentin de la Sampdoria Hugo Campagnaro et l'attaquant vedette de l'Udinese Calcio, Fabio Quagliarella, recruté pour plus de 18 millions d'euros pour jouer la ligue des champions de l'UEFA la saison prochaine.

L'objectif est le haut du classement mais dès octobre le président Aurelio De Laurentiis prend ses responsabilités : Walter Mazzarri est nommé entraîneur après sept journées de championnat. Gianluca Grava se réveille et éclipse Fabiano Santacroce, Christian Maggio se met à enchaîner les bons matchs à droite, Salvatore Aronica en latéral gauche, et Michele Pazienza au centre du terrain derrière Marek Hamšík retrouvent leurs niveaux. Le jeune Leandro Rinaudo s'impose au milieu de terrain où la recrue Luca Cigarini, deuxième plus cher joueur du dernier mercato estival, acheté 12 millions d'euros à l'Atalanta Bergame, déçoit. Il est cependant conservé jusqu'en juin alors que Jesús Dátolo est envoyé en Grèce à mi saison. Il est remplacé par l'ancien latéral international Andrea Dossena, du Liverpool Football Club.

Comme depuis trois saisons, Marek Hamšík est au-dessus du lot et le duo Ezequiel Lavezzi-Fabio Quagliarella fait une bonne saison. Avec eux et le nouveau coach, le Napoli parvient à terminer à la sixième place ; le club partenopeo jouera donc les barrages de la Ligue Europa.

Edinson Cavani lors d'un match de Ligue Europa.

L'objectif du mercato est de conserver Marek Hamšík, le président se montre inflexible. Par contre, il ne peut pas retenir Fabio Quagliarella ni Leandro Rinaudo qui rejoignent la Juventus de Turin. Et le club se sépare de quelques autres tel German Denis (cédé à l'Udinese Calcio pour 2 millions d'euros), Luca Cigarini prêté au FC Seville et Matteo Contini (prêté au Real Saragosse depuis janvier et définitivement transféré) qui n'étaient plus indispensables dans le groupe aux yeux de l'entraîneur.

Cet intersaison est marquée par l'arrivée en prêt de trois joueurs "offensifs" : Cristiano Lucarelli le buteur de Parme AC, Hassan Yebda le milieu de terrain du Benfica Lisbonne et surtout celui d'Edinson Cavani, l'attaquant uruguayen de Palerme qui marquera au total 104 buts en 138 matchs pour Naples.

Naples termine sur le podium de la Série A derrière le Milan AC, sacré champion, et l'Inter Milan, deuxième.

Parallèlement en coupe d'Italie, les Azzurri se font éliminer en quarts de finale par les futurs vainqueurs, l'Inter Milan.

En Ligue Europa, après avoir éliminé Elfsborg en barrages (1-0, 2-0), les Partenopei tombent dans un groupe avec Liverpool, le Steaua Bucarest, et Utrecht. Les Azzurri terminent à la deuxième place derrière les Anglais avec seulement sept points et notamment quatre nuls. Ils affrontent alors Villareal CF en seizièmes de finale, mais se font éliminer (0-0, 1-2).

Le recrutement pour cette nouvelle saison, consiste à conserver Edinson Cavani et compléter la formation avec les milieux de terrain Blerim Dzemaili de Parme, Marco Donadel de la Fiorentina (mais qui décevra cette saison) et Gokhan Inler de l'Udinese. Enfin, l'Inter de Milan prête l'attaquant Goran Pandev. Les autres recrues (tel le défenseur uruguayen Miguel Britos ou l'argentin Ignacio Fideleff) n'auront que très peu de temps de jeu cette saison là.

Emoussés par leur belle campagne européenne, les Napolitains ne terminent qu'à la cinquième place du classement derrière la Juventus, le Milan AC, l'Udinese, et la Lazio Rome.

Le 20 mai 2012, au Stadio Olimpico, après avoir éliminé l'Inter Milan et l'AC Sienne, le Napoli affronte la Juventus, qui est championne d'Italie, lors de la finale de la Coupe d'Italie. Les Azzurri remportent le match 2-0 avec des buts d'Edinson Cavani et de Marek Hamšík. Cela représente leur 4e trophée et le premier depuis 25 ans.

Stabilisation au plus haut niveau (depuis 2015)

En Ligue des champions, Naples tombe dans le groupe de la mort avec le Bayern Munich, Manchester City et Villarreal CF qui les avait éliminés la saison passée en Ligue Europa. Le club partenopeo termine deuxième derrière le Bayern Munich et devant Manchester City. En huitièmes de finale, ils affrontent le FC Chelsea, qu'ils battent à San Paolo (3-1) avec un but de Cavani et un doublé de Lavezzi. Malheureusement, au match retour, les Azzurri s'inclinent 4-1 à Stamford Bridge avec des buts de Didier Drogba, John Terry, Frank Lampard et Branislav Ivanović, et quittent la compétition.

Pour la nouvelle saison, le club vise clairement le titre. Alessandro Gamberini et le Suisse Valon Behrami quittent la Fiorentina pour rejoindre Naples. Le coach incorpore aussi le jeune Lorenzo Insigne, un buteur prometteur de retour de prêt (à Foggia puis à Pescara).

Naples est la seule équipe durant cette saison à pouvoir tenir la cadence de la Juventus. Emmenés par un bon Edinson Cavani, qui finit meilleur buteur de Série A avec 29 buts et par un bon Marek Hamšík, qui finit meilleur passeur de Série A avec 14 passes décisives, les Azzurri finissent à la deuxième place du championnat, à 9 points de la Vieille Dame et devant le Milan AC.

En coupe d'Italie, Naples cède son titre à la Lazio Rome après avoir été éliminé en huitièmes de finale par Bologne.

Engagés également en Ligue Europa, les Azzurri se trouvent dans une poule à leur portée avec le Dnipro Dnipropetrovsk, le PSV Eindhoven, et l'AIK Solna. Le club partenopeo termine deuxième derrière les Ukrainiens, mais se fait sévèrement éliminer par la surprenante équipe du Viktoria Plzen (0-2, 0-3) en seizièmes de finale.

L’été 2013 marque un tournant pour le Napoli avec l’arrivée de Rafael Benitez au poste d’entraîneur, qui remplace Walter Mazzari, parti à l’Inter Milan. Le technicien espagnol opère un changement tactique avec le passage du 3-5-2 au 4-2-3-1 qui entraîne un grand remaniement de l’effectif azzurri. Plusieurs cadres sont cédés comme Hugo Campagnaro, ou Morgan de Sanctis mais le plus important reste la vente d'Edinson Cavani pour plus de 60 M€ permettant au Napoli de reconstruire une équipe notamment avec plusieurs joueurs du Real Madrid tels que Gonzalo Higuain, José Callejon, et Raul Albiol, ainsi que par le gardien espagnol Pepe Reina, prêté par Liverpool en passant par l'international belge Dries Mertens, le jeune gardien brésilien Rafael Cabral et le jeune attaquant colombien Duván Zapata.

Le Napoli commence sa saison sur les chapeaux de roues et est la seule équipe à pouvoir suivre la surprenante AS Roma. Les Azzurri s’inclinent face à la Roma (0-2) et se laissent distancer pendant que la Juventus refait son retard et prend la tête de la Série A. La troisième place est très serrée entre le club partenopeo et la Fiorentina.

En Ligue des champions, le Napoli se retrouve dans l’un des groupes les plus relevés avec Arsenal, le Borussia Dortmund et l’Olympique de Marseille. Malgré quatre victoires, tout comme Arsenal et le Borussia Dortmund, Naples est éliminé et est reversé en Ligue Europa.

Au mercato d'hiver le Napoli décide de se renforcer une nouvelle fois avec les achats du latéral gauche international algérien Faouzi Ghoulam, du défenseur Henrique Adriano Buss et du jeune Italo-Brésilien Jorge Luiz Frello dit Jorginho.

En février, tout s’accélère pour Naples, avec sa qualification pour la finale de la coupe d’Italie aux dépens de la Roma (2-3, 3-0), où le club retrouvera la Fiorentina qu’il parvient finalement à distancer en Série A. Le Napoli se qualifie également pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa face à Swansea (0-0, 3-1) après un match retour où les Azzurri ont été virtuellement éliminés. En mars, le Napoli s’impose une nouvelle fois en championnat face à l’AS Roma (1-0) et se rapproche des Giallorossi.

Le Napoli dispute les huitièmes de finale de la Ligue Europa face au FC Porto. Malheureusement, après une défaite 1-0 au Portugal, le club partenopeo ne parvient pas à refaire son retard à San Paolo (2-2) et quitte la compétition en huitièmes de finale.

En mai, le Napoli retrouve en finale de la coupe d'Italie la Fiorentina et s'impose 3-1 grâce à un doublé de Lorenzo Insigne et d'un but de Dries Mertens dans les dernières secondes pour remporter leurs 5e coupe d'Italie de leurs histoires.

Le Napoli terminera la saison à la 3e place derrière la Juventus Football Club et l'Associazione Sportiva Roma et se qualifie pour les barrages de Ligue des champions.

Le , les azzurris gagnent leur seconde Supercoupe d'Italie de leur histoire, en battant la Juventus avec le résultat complet de 7-8 après tirs au but (le match s'étant terminé 2-2 après les temps supplémentaires) dans le match disputé à Doha, en Qatar.

Ils seront éliminés en barrages de la Ligue des Champions par l'Athletic Bilbao en faisant 1-1 le match aller au Stade San Paolo et en perdant 3-1 le match retour en Espagne. Naples va alors participer à la Ligue Europa et va disposer du Trabzonspor en seizième de finale (0-4 match aller et 1-0 match retour), du Dynamo Moscou en huitièmes (3-1 match aller et 0-0 match retour), VfL Wolfsbourg en quart (1-4 match aller et 2-2 match retour) et va rencontrer le Dnipro en demi-finale et vont chuter 1-0 au match retour en Ukraine après le match nul à l'aller (1-1).

Il finissent cinquièmes du championnat à la fin de la saison et seront qualifié pour la Ligue Europa 2015-2016.

La saison 2015-2016 est marquée par l'arrivée de l'ancien entraîneur d'Empoli Maurizio Sarri, dont la philosophie de jeu est inspirée de celle de Pep Guardiola (possession de balle, jeu de passes rapides dans des petits espaces, etc.).

En Ligue Europa, les Napolitains terminent premier de leur groupe en remportant toutes les rencontres aller ainsi que retour, contre Midtjylland (5-0, 1-4), Bruges (5-0, 0-1) et le Legia Varsovie (0-2, 5-2). Ils battent le record de buts inscrits en phase de poule avec 22 buts. Mais malheureusement ils tombent en seizièmes contre le club espagnol de Villarreal (1-0 à l'aller en Espagne, 1-1 à Naples).

Malgré un début de championnat poussif (il faut attendre la 4e journée pour voir Naples remporter sa première victoire de la saison), Naples finit par s'installer en tête du classement en profitant de l'inconstance de l'AS Roma et surtout du début de saison catastrophique de la Juventus. Mais cette dernière finit par passer devant Naples à l'issue de la confrontation directe entre les deux équipes lors de la 25e journée (victoire 1-0 des Bianconeri). Après des résultats en dents de scie sur la fin de saison (3 défaites sur les 8 derniers matchs de championnat), Naples termine finalement deuxième de la compétition avec 82 points, une nouvelle fois derrière la Juventus, auteure quant à elle d'une deuxième partie de saison tonitruante avec 52 points sur 57 possibles. Les azzurris se qualifient néanmoins pour la prochaine Ligue des champions. Cette saison marque également le départ de Gonzalo Higuaín, qui détient le record de buts marqués en championnat en une seule saison avec 36 buts, vers la Juventus, chose que les napolitains ne vont guère apprécier.

Après le départ de Gonzalo Higuain vers la Juventus lors du mercato de l'été 2016, Naples parvient à recruter quelques très bons joueurs pour la saison 2016-2017, et notamment deux internationaux polonais : Arkadiusz Milik (l'attaquant de l'Ajax Amsterdam) et Piotr Zielinski (le milieu de terrain offensif d'Empoli). Sont également recrutés Amadou Diawara (milieu de terrain guinéen évoluant à Bologne) et Marko Rog (jeu milieu de terrain croate qui évoluait au Dinamo Zagreb). Pour la deuxième année sous les ordres de Maurizio Sarri, les Azzurri réalisent à nouveau une très bonne saison : en championnat, l'équipe termine troisième avec 86 points derrière la Juventus et l'AS Roma mais se paye surtout le luxe d'avoir la meilleure attaque de la compétition (94 buts marqués). En Ligue des Champions, Naples parvient à terminer premier d'un groupe composé du Benfica Lisbonne, du Dynamo Kiev et du Besiktas Istanbul, mais se fait ensuite éliminer en 8e de finale par le Real Madrid, futur vainqueur de la compétition. Naples atteint également la demi-finale de Coupe d'Italie avant d'être éliminé par la Juventus dans la double-confrontation.

Pour la saison 2017-2018, l'équipe évolue sous les ordres de Maurizio Sarri pour la troisième année consécutive. Conscient de la qualité de son effectif, le coach italien parvient à conserver tous les cadres de l'équipe, pensant qu'ils ont le talent nécessaire pour enfin mettre un terme à l'hégémonie de la Juventus. La première partie de championnat des Azzurri est impressionante de régularité : après 19 rencontres, l'équipe compte 48 points sur 57 possible (contre 47 pour son poursuivant, la Juventus). Mais le manque de turn-over provoque l'épuisement des joueurs et la deuxième partie de saison de l'équipe devient poussive malgré un calendrier allégé dû aux éliminations précoces de l'équipe en Coupe d'Italie et en Ligue Europa. Malgré une saison aboutie et 91 points au compteur, Naples termine une nouvelle fois dauphin de la Juventus. Jamais dans l'histoire du football italien une équipe aura inscrit autant de points en championnat sans pour autant décrocher le titre.

Lors de la saison 2018-2019, une nouvelle ère commence pour le club grâce notamment à l'arrivée du nouvel entraîneur Carlo Ancelotti. Le mercato estival de Naples est pour le moins fructueux : la plupart des cadres de l'équipe ont pu être conservés (Koulibaly, Insigne, Mertens, Hamšik, Callejon...) et le président De Laurentiis parvient à recruter Fabian Ruiz (du Bétis Séville), Simone Verdi (du FC Bologne), Amin Younes (de l'Ajax Amsterdam), le Français Kévin Malcuit (du LOSC Lille). Trois nouveaux gardiens sont également recrutés suite au départ de Pepe Reina qui était en fin de contrat avec le club : David Ospina (prêté par Arsenal), Orestis Karnezis (Udinese) ainsi que le jeune espoir italien Alex Meret (Udinese). Toutes ces nouvelles recrues permettent au Napoli d'avoir une excellente profondeur de banc, chose indispensable pour briller dans plusieurs compétitions : championnat, coupe nationale et coupe d'Europe. L'international italien Jorginho est quant à lui transféré vers Chelsea (tout comme l'ancien entraîneur Maurizio Sarri) tandis que Christian Maggio met à 36 ans un terme à sa carrière après dix années de bons et loyaux services au sein du club.

Naples hérite d'un groupe extrêmement relevé en Ligue des Champions. Les italiens se voient confrontés lors de la première journée à l'Étoile Rouge de Belgrade, équipe présumée la plus faible du groupe mais contre laquelle ils ne parviennent qu'à faire match nul. Le reste du groupe C se compose du Paris-Saint-Germain et de Liverpool, le finaliste de l'édition précédente (2017-2018). Pour la deuxième journée, le Napoli reçoit les Reds à San Paolo. Alors que le match se dirige vers un nul, Lorenzo Insigne inscrit le but de la victoire[5] (1-0) dans les dernières minutes. Au coude à coude avec leurs adversaires, les Napolitains cèdent finalement à la dernière journée suite à une défaite à Anfield. Troisième du groupe à égalité de points avec Liverpool, futur vainqueur, le club est reversé en Ligue Europa. Après avoir fait tomber Zürich puis le RB Salzbourg, le club est éliminé en quarts de finale par Arsenal (2-0, 1-0). En championnat, le Napoli termine une nouvelle fois deuxième à onze points de la Juventus, une nouvelle fois sacrée.

Une saison 2019-2020 catastrophique

À l'aube de la saison 2019-2020, le club perd Raul Albiol (Villarreal) mais se renforce en attirant Kostas Manolas (AS Roma), Eljif Elmas (Fenerbahçe), Hirving Lozano (PSV Eindhoven) ou encore Fernando Llorente (Tottenham). Après avoir battu la Fiorentina lors de la première journée, les Napolitains connaissent une défaite cruelle le week-end suivant à l'Allianz Stadium. Menés 3-0 par la Juventus, ils s'offrent une incroyable remontée en quelques minutes avant de concéder la défaite sur un but contre son camp de Koulibaly dans les derniers instants du match (4-3). Irréguliers en championnat (défaite contre Cagliari, nuls contre le Torino et la SPAL), les joueurs se transcendent en Ligue des Champions en battant Liverpool (2-0), pour ce qui constituera la seule défaite des Reds sur la phase aller, puis Salzbourg. Quatrièmes de Serie A après la neuvième journée, les Napolitains restent dans le coup malgré un début de saison poussif.

Cependant, la situation va rapidement empirer pour le club. Après une défaite sur le terrain de la Roma début novembre, le président De Laurentiis décide, contre l'avis du coach Ancelotti d'une mise au vert d'une semaine afin de remobiliser ses joueurs. Trois jours plus tard, le club concède un triste nul à domicile contre Salzbourg (1-1) qui compromet ses chances d'accéder au tour suivant. À la fin du match, les joueurs décident unanimement de rentrer chez eux, s'opposant ainsi au principe de mise au vert établi par la direction. Des altercations ont lieu dans les vestiaires entre le président et certains joueurs comme Lorenzo Insigne[6]. En réaction, Aurelio De Laurentiis inflige une baisse de salaire brut de 25% à chacun de ses joueurs, à l'exception de Kevin Malcuit, blessé au moment des faits[7]. Cet épisode ne fait qu'accentuer la tension entre les joueurs et la direction, alors que le coach, obligé de composer avec ces querelles internes, se retrouve dans une situation bien inconfortable. Les résultats sont en chute libre, et le Napoli ne gagne aucun match en novembre. Toutefois, le club obtient un nul précieux à Liverpool (1-1) qui maintient intacte ses chances de huitièmes de finale de Ligue des Champions. Ce résultat n'est cependant qu'un mirage au sein du marasme que représente cette saison 2019-2020 déjà ratée. Après une nouvelle défaite contre Bologne (1-2), Carlo Ancelotti renvoie son équipe en mise au vert[8]. Cette fois, le résultat est payant puisque le Napoli bat largement Genk (4-0) et valide son ticket pour la phase à élimination directe de Ligue des Champions, trois ans après sa dernière qualification à ce stade. Ce bon résultat ne sauve toutefois pas le poste d'Ancelotti. Après avoir refusé de démissionner, l'entraîneur est démis de ses fonctions le 10 décembre.

Il est remplacé dans la foulée par Gennaro Gattuso, qui entraînait le Milan AC la saison précédente. Pour autant, l'électrochoc espéré par la direction n'a pas lieu, et le Napoli concède quatre défaites (Parme, Inter, Lazio et Fiorentina) pour une seule victoire à Sassuolo (1-2). Après vingt journées, le club occupe une piteuse onzième place, à quatorze points de la quatrième place. Le mercato d'hiver est agité, Diego Demme (Leipzig), Stanislav Lobotka (Celta Vigo) et Matteo Politano (Inter Milan) venant renforcer l'effectif pour tenter de remonter la pente.

  • 1904: Fondation du Naples Foot-Ball & Cricket Club.
  • 1906: Nouvelle dénomination : Naples Foot-Ball Club.
  • 1912: Sportiva Internazionale Napoli.
  • 1912-13: Naples éliminé de la phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé finale centre-sud.
  • 1913-14: Naples éliminé phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé en finale du centre-sud.
  • 1914-15: I gironi non furono completati.
  • 1919-20: Naples et le Pro Napoli éliminé de la phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé de la demi-finale inter-régionale.
  • 1920-21: Internazionale Napoli éliminé, Naples éliminé en finale inter-régionale.
  • 1921-22: Naples et Internazionale Napoli sont éliminés de la phase de groupe du championnat.
  • 1922 : Fusion footBall Club Internaples.
  • 1922-23: Internaples éliminé en demi-finale de la ligue sud.
  • 1923-24: Internaples éliminé en demi-finale de la ligue sud.
  • 1924-25: Internaples éliminé à la phase de groupe.
  • 1925-26: Internaples éliminé de la finale de la ligue sud.
  • 1926 : Fondation de Associazione Calcio Napoli
  • 1926-27: 10e du groupe A de la division nationale.
  • 1927-28: 9e du groupe A de la division nationale.
  • 1928-29: 8e du groupe B de la division nationale. Accès à la nouvelle Série A.
  • 1929-30: 5e en Série A.
  • 1930-31: 6e en Série A.
  • 1931-32: 9e en Série A.
  • 1932-33: 3e en Série A.
  • 1933-34: 3e en Série A.
  • 1934-35: 7e en Série A.
  • 1935-36: 8e en Série A.
  • 1936-37: 13e en Série A.
  • 1937-38: 10e en Série A.
  • 1938-39: 5e en Série A.
  • 1939-40: 13e en Série A.
  • 1940-41: 7e en Série A.
  • 1941-42: 15e en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1942-43: 3e en Série B.
  • 1943-45: Championnat suspendu pour cause de seconde guerre mondiale.
  • 1945-46: 1re dans le championnat centre-sud. Promu en Série A. 5e au classement final de la division nationale.
  • 1946-47: 8e en Série A.
  • 1947-48: 21e en Série A. Rétrogradation administrative en Série B.
  • 1948-49: 5e en Série B.
  • 1949-50: 1re en Série B. Promu en Série A.
  • 1950-51: 6e en Série A.
  • 1951-52: 6e en Série A.
  • 1952-53: 4e en Série A.
  • 1953-54: 5e en Série A.
  • 1954-55: 3e en Série A.
  • 1955-56: 14e en Série A.
  • 1956-57: 11e en Série A.
  • 1957-58: 4e en Série A.
  • 1958-59: 9e en Série A.
  • 1959-60: 14e en Série A.
  • 1960-61: 17e en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1961-62: 2e en Série B. Promu en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1962-63: 16e en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1963-64: 8e en Série B.
  • 1964 : L'équipe prend la dénomination Società Sportiva Calcio Napoli.
  • 1964-65: 2e en Série B. Promu en Série A.
  • 1965-66: 3e en Série A. Vainqueur de la Coupe des Alpes.
  • 1966-67: 4e en Série A.
  • 1967-68: 2e en Série A.
  • 1968-69: 7e en Série A.
  • 1969-70: 6e en Série A.
  • 1970-71: 3e en Série A.
  • 1971-72: 8e en Série A.
  • 1972-73: 9e en Série A.
  • 1973-74: 3e en Série A.
  • 1974-75: 2e en Série A.
  • 1975-76: 5e en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1976-77: 7e en Série A. Vainqueur de la Coupe de la ligue Anglo-italienne.
  • 1977-78: 6e en Série A.
  • 1978-79: 6e en Série A.
  • 1979-80: 11e en Série A.
  • 1980-81: 3e en Série A.
  • 1981-82: 4e en Série A.
  • 1982-83: 9e en Série A.
  • 1983-84: 11e en Série A.
  • 1984-85: 8e en Série A.
  • 1985-86: 3e en Série A.
  • 1986-87: Champion d'Italie. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1987-88: 2e en Série A.
  • 1988-89: 2e en Série A. Vainqueur de la Coupe UEFA.
  • 1989-90: Champion d'Italie.
  • 1990-91: 7e en Série A. Vainqueur de la Supercoupe d'Italie.
  • 1991-92: 4e en Série A.
  • 1992-93: 11e en Série A.
  • 1993-94: 6e en Série A.
  • 1994-95: 7e en Série A.
  • 1995-96: 10e en Série A.
  • 1996-97: 12e en Série A.
  • 1997-98: 18e en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1998-99: 9e en Série B.
  • 1999-00: 2e en Série B. Promu en Série A.
  • 2000-01: 16e en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 2001-02: 5e en Série B.
  • 2002-03: 16e en Série B.
  • 2003-04: 14e en Série B.
  • 2004 : Le club doit changer de nom pour Napoli Soccer. rétrogradation en Série C1.
  • 2004-05: 3e en Série C1 groupe B, le club dispute les playoffs.
  • 2005-06: 1re en Série C1 groupe B. Promu en Série B.
  • 2006 : Le club retrouve la dénomination Società Sportiva Calcio Napoli.
  • 2006-07: 2e en Série B. Promu en Série A.
  • 2007-08: 8e en Série A.
  • 2008-09: 12e en Série A.
  • 2009-10: 6e en Série A.
  • 2010-11: 3e en Série A.
  • 2011-12: 5e en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 2012-13: 2e en Série A.
  • 2013-14: 3e en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 2014-15: 5e en Série A. Vainqueur de la Supercoupe d'Italie.
  • 2015-16: 2e en Série A.
  • 2016-17: 3e en Série A.
  • 2017-18: 2e en Série A.
  • 2018-19: 2e en Serie A.

Identité du club

Couleurs et symboles

Au moment de sa fondation en 1926, un maillot bleu clair (azzurro) et un short blanc fut adopté en hommage à la couleur officielle de la dynastie des Bourbons de Naples. Le premier symbole, c'est-à-dire le cheval, se référait au symbole de Naples pendant le Royaume des Deux-Siciles, tandis que la Sicile était représentée par le Triskèle. Le cheval est encore aujourd'hui le symbole de la Province de Naples. En conséquence de la dernière place obtenue par Naples dans sa première saison, les supporters décidèrent de remplacer le cheval avec l'âne, pour beaucoup d'années associées à la société partenopea.

Depuis, le bleu azzurro est resté la couleur officielle jusqu'à aujourd'hui.

En 1964-1966 le président Roberto Fiore décida de changer les couleurs du maillot: pendant cette saison, le Napoli joua avec un maillot blanc avec une bande transversale bleue. La saison suivante, le maillot redevenait le traditionnel. Depuis 1981, il apparut devant le maillot, le nom du sponsor principal.

La saison 2002-2003, disputée en Série B, fut la seconde et dernière saison ou il n'utilisèrent pas l'uniforme bleu. Dans cette saison, l'ancien sponsor technique Diadora habilla le Napoli avec des bandes verticales blanc-bleues, en style Argentine.

1926-60
1964-65
1986-1991
2002-03
2005-06
2008-09
2009-10
2010-11
2011-12
2015-16
2016-17
2018-19

Logos

Le premier blason de Naples, en 1926, était constitué d'un ovale avec au centre un cheval blanc appuyé sur un ballon et contourné par les initiales de la dénomination de cette époque de la société partenopea: "ACN" (Association Calcio Napoli), le tout sur fond bleu. Ce fut le blason de la société napolitaine pour un an seulement: en effet, complice probablement de la pénurie exprimée par l'équipe dans la saison de début, le club adopta un blason de forme circulaire avec un N couleur or sur fond bleu et le contour extérieur avec une couleur or.

Le blason changea en 1964 de nouveau, en concomitance avec l'échange de dénomination en Société Sportive Calcio Napoli: le N fut rapetissé pour faire place au sigle SSC Naples à ses pieds. En 1980, la couronne devint blanche et fut disposé en longueur, en sens circulaire, la dénomination de la société écrite en étendu. Sensibles les changements, le plus souvent chromatiques, apporté en 2002: la couronne devint bleue obscure, avec l'inscription de la société et le N central coloré de blanc.

À la suite de la faillite, l'inscription de la société fut éliminée de la couronne - maintenant de couleur bleu nuit - et remplacée avec une légende de la nouvelle dénomination de la société, Naples Soccer. Le Napoli, retrouvant la Série A en 2006, réacquis sa vieille dénomination de Société Sportive Calcio Napoli, la légende Napoli Soccer fut enlevée et la couronne racheta la couleur bleue.

Numéro retiré

No. Nat. Position Nom du joueur
10 M Diego Armando Maradona

Avec l'avènement de la règle de la numérotation fixe à partir de 1995, le Napoli pendant l'été de l'année 2000, retira le maillot numéro 10 appartenu à Diego Armando Maradona de 1984 à 1991, comme un hommage à sa classe et à la contribution considérable offerte durant 7 saisons avec le maillot azzurro. Dans l'ordre, les derniers à avoir mis la 10 bleue avec l'avènement de la numérotation fixe furent Fausto Pizzi (en 1995-1996), Beto (en 1996 -1997), Igor Protti (en 1997-1998, dernier footballeur à avoir joué et marqué un but avec le 10 est Claudio Bellucci (1998-2000) en Série B.

Cependant, pour motifs réglementaires, le numéro fut réimprimé sur les maillots de Naples depuis 2004 à 2006 en Série C1, tournoi où la vieille numérotation survit du chiffre 1 au numéro 11. Le dernier footballeur à mettre et signer un but avec ce maillot dans une compétition officielle fut Mariano Bogliacino dans un match à domicile du 18 mai 2006 contre La Spezia, valable pour la finale du match retour de la Supercoupe de C1; honneur qu'il lui appartient aussi pour la dernière apparition en championnat, le 12 mai 2006 dans le match à la maison contre le Lanciano. En ce qui concerne le championnat exclusivement, il va par contre au footballeur argentin Sosa l'honneur d'avoir été le dernier à mettre la 10 au Stadio San Paolo, et en même temps à marquer, dans la compétition contre le Frosinone du 30 avril 2006.

Sponsors et équipementiers

Sponsors officiels équipementiers
  • Puma (1978-1980)
  • NR (Ennerre) (1980-1984)
  • Linea Time (1984-1985)
  • NR (Ennerre) (1985-1991)
  • Umbro (1991-1994)
  • Lotto (1994-1997)
  • Nike (1997-2000)
  • Diadora (2000-2003)
  • Legea (2003-2004)
  • Kappa (2004-2006)
  • Diadora (2006-2009)
  • Macron (2009-2015)
  • Kappa (2015-)
 
Sponsors techniques
  • Snaidero (1981-1982)
  • Cirio (1982-1983)
  • Latte Berna (1983-1984)
  • Cirio (1984-1985)
  • Buitoni (1985-1988)
  • Mars (1988-1991)
  • Voiello (1991-1994)
  • Record Cucine (1994-1996)
  • Centrale latte di Napoli (1996-1997)
  • Polenghi (1997-1999)
  • Peroni (1999-2003)
  • Russo di Cicciano (2003-2004)
  • Sky Captain - Christmas in Love - Manuale d'amore - Mandi (2004-2005)
  • Lete (2005-2011)
  • Lete - MSC Crociere (2011-2014)
  • Lete - Pasta Garofalo (2014-2016)
  • Lete - Pasta Garofalo - Kimbo (2016-2019)
  • Lete - MSC Crociere - Kimbo (2019-)

Palmarès

Titres

Compétitions nationales Compétitions internationales
Compétitions nationales non officielles Compétitions internationales non officielles

Adversaires européens

Trajectoire en championnats

Records

  • Victoire la plus large :
    • Napoli - Anaunia 17 - 0 (Amical Juillet 2017)
  • Victoire la plus large à l'extérieur :
    • Bologne - Napoli 1 - 7 (série A 2016-17)
  • Défaite la plus large :
    • Torino - Napoli 11 - 0 (Campionato Nazionale 1927-28)
  • Défaite la plus large à domicile :
    • Napoli - Bologne 1 - 6 (série A 1938-39)
  • Victoires consécutives en Série A (13) :

Personnalités du club

Historique des présidents

Le tableau suivant présente la liste des présidents du club depuis 1926.

# Nom Période
1 Giorgio Ascarelli (adj : Killianolo Sandrozi/ Emanuele Irlazano)1926-1927
2 Comité provisoire1927
3 Nicola Sansanelli1927
4 Gustavo Zinzaro1927-1928
5 Giovanni Maresca Donnorso di Serracapriola1928-1929
6 Giorgio Ascarelli1929-1930
7 Giovanni Maresca Donnorso di Serracapriola1930-1931
8 Eugenio Coppola1931-1932
9 Vincenzo Savarese1932-1936
10 Achille Lauro1936-1940
11 Gaetano Del Pezzo1940
12 Tommaso Leonetti1940-1941
13 Luigi Piscitelli1941-1943
# Nom Période
14 Annibale Fienga1943-1945
15 Vincenzo Savarese1945-1946
16 Pasquale Russo1946-1948
17 Giuseppe Muscariello1948
18 Egidio Musollino1948-1951
19 Alfonso Cuomo1951-1952
20 Achille Lauro1952-1954
21 Alfonso Cuomo1954-1963
22 Luigi Scuotto1963-1964
23 Roberto Fiore1964-1967
24 Gioacchino Lauro1967-1968
25 Antonio Corcione1968-1969
26 Corrado Ferlaino1969-1971
# Nom Période
27 Ettore Sacchi1971-1972
28 Corrado Ferlaino1972-1983
29 Marino Brancaccio1983
30 Corrado Ferlaino1983-1993
31 Ellenio Gallo1993-1995
32 Vincenzo Schiano di Colella1995-1996
33 Gian Marco Innocenti1996-1998
34 Federico Scalingi1998-2000
35 Giorgio Corbelli2000-2002
36 Salvatore Naldi2002-2004
37 Paolo Bellamio2004
38 Nicola Rascio2004
39 Aurelio De LaurentiisDepuis 2004

Historique des entraîneurs

Le tableau suivant présente la liste des entraineurs du club depuis 1926.

# Nom Période
1 Antonio Kreutzer1926-1927
2 Bino Skasa1927
3 Rolf Steiger &
Giovanni Terrile &
Ferenc Molnar
1927-1928
4 Otto Fischer1928-1929
5 William Garbutt1929-1935
6 Károly Csapkay1935-1936
7 Angelo Mattea1936-1938
8 Eugen Payer1938
9 Paolo Jodice1938-1939
10 Adolfo Baloncieri1939-1940
11 Antonio Vojak1940-1943
12 Giuseppe Innocenti1943
13 Raffaele Sansone1945-1946
14 Attila Sallustro &
Giovanni Vecchina
1947-1948
15 Arnaldo Sentimenti1948
16 Felice Borel &
Paolo Jodice
1948-1949
17 Domenico Mattioli &
Luigi de Manes
1949
18 Vittorio Mosele1949
19 Vittorio Mosele1949
20 Eraldo Monzeglio1949-1956
21 Amedeo Amadei1956-1959
22 Annibale Frossi1959
23 Amedeo Amadei1959-1961
24 Amedeo Amadei &
Renato Cesarini
1961
25 Attila Sallustro1961
# Nom Période
26 Fioravante Baldi1961-1962
27 Bruno Pesaola1962
28 Bruno Pesaola &
Eraldo Monzeglio
1962-1963
29 Roberto Lerici1963-1964
30 Giovanni Molino1964
31 Bruno Pesaola1964-1968
32 Giuseppe Chiappella &
Egidio Di Costanzo
1968-1969
33 Giuseppe Chiappella1969-1973
34 Luis Vinicio1973-1976
35 Alberto del Frati1976
36 Bruno Pesaola1976-1977
37 Rosario Rivellino1977
38 Giovanni di Marzio1977-1978
39 Luis Vinicio1978-1980
40 Angelo Sormani1980
41 Rino Marchesi1980-1982
42 Massimo Giacomini1982
43 Bruno Pesaola1982-1983
44 Pietro Santi1983-1984
45 Rino Marchesi1984-1985
46 Ottavio Bianchi1985-1989
47 Alberto Bigon1989-1991
48 Claudio Ranieri1991-1993
49 Ottavio Bianchi1993
50 Marcello Lippi1993-1994
51 Vincenzo Guerini1994
52 Vujadin Boškov &
Jarbas Faustinho Cané
1994-1995
# Nom Période
53 Vujadin Boškov &
Aldo Sensibile
1995-1996
54 Luigi Simoni1996-1997
55 Vincenzo Montefusco1997
56 Bortolo Mutti1997
57 Carlo Mazzone1997
58 Giovanni Galeone1997-1998
59 Vincenzo Montefusco1998
60 Renzo Ulivieri1998-1999
61 Vincenzo Montefusco1999
62 Walter Novellino1999-2000
63 Zdeněk Zeman2000
64 Emiliano Mondonico2000-2001
65 Luigi De Canio2001-2002
66 Franco Colomba2002
67 Sergio Buso2002
68 Francesco Scoglio2002-2003
69 Franco Colomba2003
70 Andrea Agostinelli2003
71 Luigi Simoni2003-2004
72 Giampiero Ventura2004
73 Edoardo Reja2004-2009
74 Roberto Donadoni2009
75 Walter Mazzarri2009-2013
76 Rafael Benítez2013-2015
77 Maurizio Sarri2015-2018
78 Carlo Ancelotti2018-2019
79 Gennaro Gattuso2019-

Joueurs

Records individuels

Meilleurs buteurs[9]
JoueurButs
Dries Mertens 121
Marek Hamšík 121
Diego Maradona 115
Attila Sallustro 107
Edinson Cavani 104
Antonio Vojak 103
José Altafini 97
Careca 96
Gonzalo Higuaín 91
Lorenzo Insigne 86
José Callejón 80
Giuseppe Savoldi 77
Mise à jour : 25/02/2020
Plus grand nombre de matchs
JoueurMatchs
Marek Hamšík 519
Giuseppe Bruscolotti 511
Antonio Juliano 505
Moreno Ferrario 396
José Callejón 336
Lorenzo Insigne 336
Ciro Ferrara 322
Dries Mertens 311
Christian Maggio 304
Paolo Cannavaro 278
Bruno Gramaglia 275
Attila Sallustro 268
Mise à jour : ?

Début 2020, Dries Mertens égale le record de but marqué dans l'histoire du club napolitain de Marek Hamšík (121 buts). Le troisième du classement est Diego Maradona (115 buts)[9], total atteint en 1991.

Transferts les plus chers

Gonzalo Higuaín, l'un des joueurs les plus chers de l'histoire du football.
Arrivées
Rang Joueurs Indemnité[10] Provenance Année
1er Hirving Lozano 42 M€ PSV Eindhoven 2019
2e Gonzalo Higuaín 39 M€ Real Madrid 2013
3e Kóstas Manolás 36 M€ AS Roma 2019
4e Arkadiusz Milik 32 M€ Ajax Amsterdam 2016
5e Fabián Ruiz 30 M€ Real Betis 2018
6e Nikola Maksimović 26 M€ Torino FC 2016
7e Simone Verdi 25 M€ Bologna FC 2018
8e Alex Meret 22 M€ Udinese Calcio 2018
9e Matteo Politano 21,5 M€ Inter Milan 2020
10e Stanislav Lobotka 20 M€ Celta Vigo 2020
Départs
Rang Joueurs Indemnité[10] Destination Année
1er Gonzalo Higuaín 94 M€[11] Juventus FC 2016
2e Edinson Cavani 64 M€ Paris SG 2013
3e Jorginho 57 M€ Chelsea FC 2018
4e Ezequiel Lavezzi 27 M€ Paris SG 2012
5e Roberto Inglese 23 M€ Parme Calcio 2019
6e Simone Verdi 23 M€ Torino FC 2019
7e Amadou Diawara 21 M€ AS Roma 2019
8e Marek Hamsik 20 M€ Dalian Yifang 2019
9e Manolo Gabbiadini 17 M€ Southampton FC 2017
10e Carlos Vinícius 17 M€ Benfica Lisbonne 2019

Effectif professionnel actuel

Effectif professionnel actuel du SSC Naples pour la saison 2019-2020
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 1] Nom Date de naissance Sélection[Note 2] Club précédent Contrat
1 G Meret, AlexAlex Meret 22/03/1997 (23 ans) Italie espoirsUdinese Calcio2018-2023
25 G Ospina, DavidDavid Ospina 31/08/1988 (31 ans) ColombieArsenal FC2019-2022
27 G Karnézis, OréstisOréstis Karnézis 11/07/1985 (34 ans) GrèceUdinese Calcio2018-2021
2 D Malcuit, KévinKévin Malcuit 31/07/1991 (28 ans) LOSC Lille2018-2022
6 D Rui, MárioMário Rui 27/05/1991 (28 ans) PortugalAS Rome2017-2022
13 D Luperto, SebastianoSebastiano Luperto 06/09/1996 (23 ans) Italie espoirsFormé au club2016-2020
19 D Maksimović, NikolaNikola Maksimović 25/11/1991 (28 ans) SerbieTorino FC2015-2020
22 D Di Lorenzo, GiovanniGiovanni Di Lorenzo 04/08/1993 (26 ans) Italie espoirsEmpoli FC2019-2024
23 D Hysaj, ElseidElseid Hysaj 20/02/1994 (26 ans) AlbanieEmpoli FC2015-2021
26 D Koulibaly, KalidouKalidou Koulibaly 20/06/1991 (28 ans) SénégalKRC Genk2014-2023
31 D Ghoulam, FaouziFaouzi Ghoulam 01/02/1991 (29 ans) AlgérieAS Saint-Étienne2018-2023
44 D Manolás, KóstasKóstas Manolás 14/06/1991 (28 ans) GrèceAS Rome2019-2024
4 M Demme, DiegoDiego Demme 21/11/1991 (28 ans) AllemagneRB Leipzig2020-2024
5 M Allan, Allan 08/01/1991 (29 ans) BrésilUdinese Calcio2015-2023
8 M Ruiz, FabiánFabián Ruiz 03/04/1996 (23 ans) EspagneBetis Séville2018-2023
12 M Elmas, EljifEljif Elmas 24/09/1999 (20 ans) MacédoineFenerbahçe SK2019-2024
20 M Zieliński, PiotrPiotr Zieliński 20/05/1994 (25 ans) PologneUdinese Calcio2016-2021
68 M Lobotka, StanislavStanislav Lobotka 25/11/1994 (25 ans) SlovaquieCelta Vigo2020-2025
7 A Callejón, JoséJosé Callejón 11/02/1987 (33 ans) EspagneReal Madrid2013-2020
9 A Llorente, FernandoFernando Llorente 26/02/1985 (35 ans) EspagneTottenham Hotspur2019-2021
11 A Lozano, HirvingHirving Lozano 30/07/1995 (24 ans) MexiquePSV Eindhoven2019-2024
14 A Mertens, DriesDries Mertens 06/05/1987 (32 ans) BelgiquePSV Eindhoven2013-2020
21 A Politano, MatteoMatteo Politano 03/08/1993 (26 ans) ItalieInter Milan2020-2025
24 A Insigne, LorenzoLorenzo Insigne  04/06/1991 (28 ans) ItalieFormé au club2012-2022
34 A Younes, AminAmin Younes 06/08/1993 (26 ans) AllemagneAjax Amsterdam2018-2023
99 A Milik, ArkadiuszArkadiusz Milik 28/02/1994 (26 ans) PologneAjax Amsterdam2016-2021
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Davide Ancelotti
Préparateur(s) physique(s)
  • Francesco Mauri
  • Manuel Morabito
  • Davide Losi
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Raffaele Canonico

Légende

Le tableau suivant liste l'effectif des joueurs en prêts pour la saison 2019-2020.

Joueurs en prêt
P.Nat.NomDate de naissanceClub en prêt
G Nikita Contini Virtus Entella
D Amir Rrahmani Hellas Vérone
D Pio Schiavi Imolese Calcio
D Filippo Costa SSC Bari
D Giuseppe Esposito 16 avril 1999 (20 ans) Fermana FC
D Luigi D'Ignazio Carrarese Calcio
M Michael Folorunsho SSC Bari
M Luca Palmiero Pescara
M Mario Prezioso Cosenza Calcio
M Gianluca Gaetano US Cremonese
M Zinédine Machach Cosenza Calcio
M Francesco Mezzoni US Pontedera
A Gennaro Tutino Empoli FC
Joueurs en prêt
P.Nat.NomDate de naissanceClub en prêt
A Adam Ounas OGC Nice
A Alfredo Bifulco Juve Stabia
A Luigi Liguori Fermana FC
A Alessio Zerbin AC Cesena
A Amato Ciciretti Empoli FC
A Eugenio D'Ursi SSC Bari
A Franco Ferrari Livorno Calcio
A Raffaele Russo FC Rieti
A Andrea Petagna SPAL

Joueurs emblématiques

Structures du club

Stades

Le stade Partenopeo fut la « maison » des azzurri de 1930 à 1942.

Les petites villes des sociétés de football qui précédèrent la fondation du Naples utilisèrent différents terrains de foot. Naples joua depuis 1904 à 1912 à, Rue Campegna à Fuorigrotta, une des dix municipalités de la ville napolitaine, donc il s'établit à l’Agnano, pendant que l’Internapoli jouait à Bagnoli. Le siège d’Agnano fut confirmé en 1922, quand les deux sociétés s'assemblèrent pour donner vie à l'Internaples.

Le stade San Paolo qui accueille les matchs du club depuis 1959.

Le premier terrain de foot utilisé par Naples fut le stade militaire de l'Arenaccia : voulu par Alberico Albricci, il fut inauguré en 1923 et assigné en 1926 au nouveau-né club partenopeo. En 1929 le président Giorgio Ascarelli commissionna la construction d'un nouveau stade situé dans le quartier Luzzatti, dans les alentours de la gare Centrale. Projetée par Amedeo D'Albora, l'installation, initialement dénommée stade Vésuve, pouvait contenir 40 000 spectateurs et fut inaugurée le 23 février 1930 avec le match entre les azzurri et la Juventus, terminé 2-2. Peu de temps après Ascarelli vint manquer et le stade fut intitulé au « furor de peuple », mais par la suite les lois raciales fascistes imposèrent un autre échange de nom en Stade Partenopeo. Renouvelé et agrandi à l'occasion de 1934, l'installation fut complètement rasé au sol des bombardements alliés au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Le club s'établit donc au stade Arturo Collana du Vomero déjà utilisé provisoirement aux temps des travaux de restructuration de l'installation précédente. Renommé pour un bref délai Stade de la Libération dans l'après-guerre, il était cependant inadéquat aux exigences du club: emblématique la situation en laquelle fut jouée Naples - Juventus (4-3 le résultat final) du 20 avril 1958, avec le public rangé sur la limite des lignes de jeu.

Il fut alors projeté une nouvelle installation dans le quartier de Fuorigrotta. Initialement baptisé stade du Soleil, fut baptisé finalement stade San Paolo pour célébrer la tradition selon laquelle saint Paul, en voyage vers Rome, aurait accosté dans cette zone de l'actuel Naples. Le 6 décembre 1959 le nouveau stade fut inauguré, curieusement dans un match contre la Juventus, comme à l'occasion de l'inauguration du stade Vésuve 29 ans auparavant, et qui a fini sur le score de 2-1 pour les partenopei. Le projet initial prévoyait un seul anneau mais par la suite vint en adjoint un second, situé en dessous du niveau routier. Partiellement remodernisé en vue des championnats d'Europe 1980 et des Mondiaux1990 il vint doté de la toiture actuelle et du troisième anneau qui porta le numéro à 76 824 de places assises. Par la suite, des problèmes logistiques ont imposé la fermeture du troisième anneau avec une réduction de la capacité à 60 240 places, qui en font le troisième plus grand stade de l'italie pour capacité après le stade Giuseppe Meazza de Milan et le Stade olympique de Rome. Avec une piste d'athlétisme légère de 8 couloirs, des gymnases pour la boxe, le fitness la lutte libre, le Stade San Paolo représente la principale installation omnisports de la ville.

Supporters

Un club fortement soutenu

Stade San Paolo

Le public napolitain est sans aucun doute l'un des plus passionnés de football sur le vieux continent et l'un de ceux qui font les plus belles ambiances du monde[12], mais il est d'abord le reflet d'une ville (ancienne colonie grecque au même titre que Marseille ou Barcelone) avec une forte identité, au caractère méridional.

À l'image des inégalités entre Nord et Sud de l'Italie, le club a toujours fait avec des moyens bien inférieurs à ceux des clubs du Nord comme le Milan AC ou la Juventus. Mais c'est avec beaucoup de fierté que les Napolitains ont toujours soutenu le club représentant leur ville. C'est pendant la glorieuse ère de Maradona que le public napolitain atteint la reconnaissance italienne et européenne. Même au fond du gouffre, les tifosi sont toujours restés fidèles au club, puisque durant leurs deux saisons en Série C, c'était en moyenne 50 000 supporters qui venaient encourager les bleus et blancs. Ils n'hésitent pas à suivre en nombre leur équipe en déplacement à travers toute l'italie.

Le Napoli est le sujet de conversation privilégié de toute la ville et de toute la région; ce qui d'ailleurs s'est souvent révélé comme un certain handicap, l'attente très importante et l'impatience de retrouver les gloires passées ont souvent ralenti la reconstruction du club avec un projet à long terme[réf. nécessaire].

La tifoseria napolitaine est jumelée avec celle du Genoa et il existe un fort rapport d'amitié avec celles de Catane et de Palerme.

Affluences

Affluences du SSC Naples au stade San Paolo depuis la saison 1962-1963[13]
Stade San Paolo

Rapports avec les autres clubs

Clubs amis
Club rivaux

Les ultras de la Curva A et B de Naples ont longtemps été jumelés avec ceux du Genoa. Mais le jumelage qui remontait à la fin de la saison 1981/82 a été rompu en avril 2019, mettant ainsi un terme à une amitié historique des tribunes italiennes[14].

Les supporteurs Azzurri ont des mauvais rapports surtout avec les équipes du Nord. Les "Grosses" rivalités avec l'Inter Milan, le Milan AC et surtout la Juventus naquirent dans la deuxième moitié des années 1980, avec les partenopei qui défiaient la "Triade" du Nord pour leur disputer le titre de Champion d'Italie.

L'hostilité des ultras avec les supporteurs de la Lazio naît du jumelage qui liait, dans les années 1980, les Napolitains et leurs "cousins" romains, qui fut par la suite brisé après le bras d'honneur de Salvatore Bagni du 25 octobre 1987.

Une rivalité existe également avec les giallorossi de l'AS Rome, leurs rencontres étant considérées comme le Derby du Soleil.

Depuis le 15 juin 1997, la rivalité est vive avec Cagliari suite à un match Piacenza-Cagliari n'impliquant pourtant pas le Napoli ; dans ce match pour le maintien joué au San Paolo, les ultras napolitains prennent fait et cause pour Piacensa et de vifs heurts marquent la rencontre[15]. L'attaquant de Piacenza Pasquale Luiso, natif de Naples, marquera un doublé dans cette rencontre remporté 3-1 face aux Sardes, relégués suite à ce résultat.

De « petites » rivalités existent avec la Sampdoria, le Vérone et la Reggina entre autres.

Derbys

Contrairement à tout ce qui est arrivé aux autres métropoles comme Turin, Milan et Rome, le Napoli est la seule expression du football de haut niveau comme chef-lieu de la Campanie et donc il y n'a pas un derby dans le sens étroit du terme. Malgré cela, les Azzurri sont coprotagonistes de deux derbys spéciaux en Italie :

  • Derby de la Campanie, terme utilisé pour les défis des Partenopei avec les autres équipes de la Campanie, en particulier avec celles d'Avellino, de Salerne et de Bénévent.
  • Derby du Soleil, appelé aussi Derby du Sud, à l'apogée de la popularité dans les années 1970 et 80, qui voit s'affronter les Azzurri et l'AS Roma, les deux premières équipes de l'Italie centre-méridionale à avoir été admis à la Série A, à l'époque dénommée Division Supérieur, dans la saison 1926 -1927.

Notes et références

Liens externes

Bibliographie

  • Elio Tramontano; Gianni Virnicchi, Il Napoli dalle origini ad oggi, Naples, L'arte tipografica, 1965.
  • Giuseppe Pacileo, S.S.C. NAPOLI - una squadra e la sua città, Florence, Edi-Grafica, 1977.
  • Antonio Ghirelli, Intervista sul Calcio Napoli, Rome, Laterza, 1978.
  • Elio Tramontano, Da Sallustro a Maradona: 90 anni di storia del Napoli, Napoli, Edizioni Meridionali, 1984.
  • Roberto Ciuni, Il pallone di Napoli, Brescia, Shakespeare & Company, 1985.
  • Giuseppe Pacileo; Elio Tramontano, La storia del Napoli, Florence, La casa dello sport, 1986.
  • Giuseppe Mariconda, Breve storia del grande Napoli, Rome, Newton, 1995. ISBN 88-7983-914-4
  • Gianfranco Coppola, Napoli, Rome, Gremese Editore, 1998. ISBN 88-7742-291-2
  • Francesco Caremani, Napoli 2000 - l'album azzurro dalle origini a oggi, Gênes, Sagep, 2000. ISBN 88-7058-799-1
  • Antonio Del Piano, Napoli 7 anni nella storia, Editoriale Diemme, 2001. ISBN 88-89370-01-7
  • Giuseppe Pacileo; Pietro Gargano, 80 anni di passione - La storia del Napoli dal 1926 al 2006, Naples, Il Mattino, 2006.
  • Mimmo Carratelli, La grande storia del Napoli, Gianni Marchesini Editore, 2007. ISBN 88-88225-14-5
  • Giuliano Pavone; Giuseppe Caporaso, Na sera 'e maggio, Edizioni Graf, 2007. ISBN 978-88-89433-12-6
  • Piergiorgio Renna, Il football a Napoli, Rome, Multimedia, 2008.
  • Gianfranco Coppola, La storia del Napoli, Rome, L'airone, 2009.
  • Alessandro Lugli, La storia del Napoli dalla fondazione ad oggi, Boopen, 2009.
  • Manuel Parlato, Da Maradona a De Laurentiis. Le due ere del Napoli, Limina, 2009.

Notes

  1. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  2. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Références

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (it)histoire de l'hymne.
  3. (it) « Naples entre dans l'ECA », tuttonapoli.net, (consulté le 3 mai 2014)
  4. (it) « Célèbre phrase de Maradona. », corrieredellosport.it
  5. « Ligue des champions : Naples arrache la victoire contre Liverpool grâce à Lorenzo Insigne (1-0) », Eurosport, (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2018)
  6. « Mutinerie des joueurs, altercation dans le vestiaire, avocats contactés : c'est le chaos au Napoli », sur Eurosport, (consulté le 23 janvier 2020)
  7. « Salaires, droits d'image, mercato : Après leur mutinerie, les joueurs du Napoli risquent gros », sur Eurosport, (consulté le 23 janvier 2020)
  8. « Serie A : Le Napoli en crise, Ancelotti renvoie son équipe en mise au vert », sur Eurosport, (consulté le 23 janvier 2020)
  9. « Dries Mertens devient meilleur buteur ex aequo de l'histoire de Naples avec Marek Hamsik », sur lequipe.fr, (consulté le 24 février 2020)
  10. http://www.footballdatabase.eu
  11. sur transfermarkt.fr
  12. sur les-transferts.com
  13. « Historique des affluences », sur european-football-statistics.co.uk
  14. Yann Dey-Helle, « Ultras: Napoli – Genoa, rupture d’un jumelage historique », sur Dialectik Football, (consulté le 11 juillet 2019)
  15. « CALCIOSTORY: Cagliari-Napoli, une rivalité née lors d'un Cagliari-Piacenza », sur Calciomio, (consulté le 12 juin 2019)
  • Portail du football
  • Portail de l’Italie
  • Portail de la Campanie
  • Portail de Naples
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.