Soletanche Bachy

Soletanche Bachy, filiale de Soletanche Freyssinet (groupe VINCI), est une entreprise générale de fondations et de technologies du sol. Ses activités couvrent des procédés géotechniques, de fondations spéciales, de travaux souterrains, d'amélioration et de dépollution des sols.

Soletanche Bachy

Logo de Soletanche Bachy.

Création 1997
Dates clés 1997 : Fusion de Bachy et de Soletanche
Fondateurs Henri Giron
Slogan Build On Us
Siège social Rueil-Malmaison
 France
Direction Didier Verrouil
Actionnaires Vinci
Activité Travaux publics
Gros œuvre
Société mère Solétanche Freyssinet (VINCI)
Filiales Balineau
CSM Bessac
Européenne de Géophysique
Inertec
MCCF
Sol Data
Sol environment
Solétanche Bachy Amélioration de Sol
Solétanche Bachy Pieux
Solétanche Bachy Tunnels
Sol-Expert International
Sotem
TEC system
The Vibroflotation Group
Nicholson Construction
Effectif 9 500
Site web www.soletanche-bachy.com

Chiffre d'affaires 1,4 milliard [Quand ?]

Histoire

Soletanche Bachy représente la fusion de deux sociétés : Bachy et Solétanche.

Bachy

Créée le sous la forme d’une association constituée de MM. Bachy, Thimel et Postel sous le nom de « Sondages, forages, injections de ciment ». Cette association est constituée de douze sondeuses et d’une trentaine de salariés qui s'occupaient de travaux de réfection des barrages par injections. Leur premier travaux fut le barrage de l’Ondenon en Loire[1].

Solétanche

Publicité Solétanche en 1947

L’origine de Solétanche remonte à 1931. La société s’appelait alors « Entreprise de Fondations et de Travaux Hydrauliques » et prit le nom de Solétanche en 1948. Deux ingénieurs, Ernest Ischy et Henri Giron[2], en furent les fondateurs et les directeurs pendant près de 40 ans. Henri Giron invente le procédé Solétanche d'étanchement des fondations par injection, qui assure l'expansion commerciale de la société pendant plusieurs décennies.

Soletanche Bachy

Années 1930 – 1940

Soletanche s'étend en France métropolitaine et en Afrique du Nord, avec notamment des agences en Algérie et Maroc.

Les années 1930 – 1940 marquent l’expansion de Bachy hors de la Métropole, avec la prospection et les travaux au Maroc, en Algérie, en Indochine, en Afrique-Occidentale française, Madagascar… Pendant les premières années, l’essentiel de l’activité de Bachy provient des anciennes compagnies d’électricité, avec la construction de barrages. Mais, lorsque la crise touche la France et que les commandes se font moins nombreuses, l’entreprise peut compter sur un immense marché protégé : les colonies. Pendant la guerre une importante partie du matériel de Bachy est détruite, l’approvisionnement devient difficile, la division du pays en deux zones administratives pose de gros problèmes et oblige à créer une agence à Saint-Étienne, en zone libre. Cependant quelques chantiers, comme celui du barrage de Génissiat, assurent la survie de l'entreprise.

Les années 1950 voient apparaître de grands chantiers de galeries et de barrages : au Maroc, Bin El Ouidane, la galerie d’Afourer ; au Liban, la galerie du Litani ; en Irak, le barrage du Dokkan, etc. Les grands barrages tiennent également une place prépondérante dans l’activité de Solétanche durant cette période. Reconnaissances géotechniques (la base du métier), essais spéciaux in situ et en laboratoire, étude et mise en œuvre de techniques spéciales de traitement des fondations constituent l’essentiel de son activité. Les barrages concernés sont situés aussi bien en France qu’à l’étranger et la renommée de Solétanche se bâtit sur des références telles que Cheurfas (Algérie, 1934), Jatilhur (Indonésie, 1950), Bridge River (Canada, 1956).

La maîtrise technologique acquise sur de grands ouvrages français (Castillon[précision nécessaire], Serre-Ponçon pour Solétanche, la galerie du Mont-Cenis pour Bachy) permet à ces deux entreprises de disposer d’équipes de spécialistes, d’outillages et de techniques spéciales prêtes à être proposées aux maîtres d’ouvrages du monde entier. [non neutre]

Solétanche s'installe en 1957 sur le barrage de Shek Pik (en), sur l'île de Lantau, au large de Hong Kong. Cette période voit aussi le développement des fondations lourdes, notamment pour les centrales thermiques.

Solétanche

1960 – 1975

Publicité Soletanche 1960

Jusqu’alors, l’activité de la « Sif » était principalement axée sur les injections, activité dite « classique ». Les années 1960 marquent le début des fondations, avec un marché de 10 000 m2 de paroi pour un chantier à Genève.

Foreuse Soilmec SR-70 utilisée sur un chantier

Bachy poursuit son internationalisation, avec l’implantation aux Antilles, en Iran, au Venezuela, au Chili. Bachy s'implante à Hong Kong en 1965 pour les injections du barrage de Plover Cove dans les nouveaux territoires. Solétanche vit durant cette période le développement des grandes villes européennes.

C’est « l’urbanisation accélérée », avec ses besoins considérables d’équipements en matière de logements, bureaux, parcs de stationnement et surtout voies de communication en surface et en souterrain. Les techniques se renouvellent rapidement, des nouveaux procédés apparaissent qui permettent de résoudre des problèmes jusqu’alors insolubles. Ces procédés (tels la paroi moulée, les injections chimiques, les tirants précontraints) créent un nouveau marché : les grandes excavations en site urbain.

Les projets se multiplient, notamment pour les métros. Les chantiers se déplacent de la montagne vers les villes. Quelques années de recul permettent d’apprécier l’ampleur de l’effort de renouvellement accompli durant cette période et le succès de ces technologies devenues aujourd’hui des moyens de construction classiques.

À l’étranger, où le développement se poursuit à un rythme régulier, l’activité de Solétanche repose désormais sur deux pôles majeurs : encore et toujours les barrages et, de plus en plus, les métros (Bruxelles, Francfort, Vienne, Mexico, Caracas, Prague, etc.).

Bachy et Solétanche regroupent leurs forces à Hong Kong en 1967, avec la création de BSG (Bachy-Solétanche Group) pour traiter - en contrat d’association en participation - les reconnaissances de sols du métro attribué par le Mass Transit Railway Corporation.

1975 – 1990

Cette période « moderne » débute avec les grands bouleversements de l’économie mondiale, notamment en matière d’énergie. Le choc pétrolier et la révolution iranienne font perdre à Bachy un de ses piliers et elle est contrainte de perdre son statut d’entreprise familiale : En 1979, la "Sif" est reprise par le groupe Entrepose qui fusionne avec GTM en 1981. Bachy devient alors filiale du groupe GTM Entrepose. La période est marquée par la construction en France de nombreuses centrales nucléaires auxquelles Solétanche a amplement participé (Gravelines, Penly, Paluel, Nogent, Flamanville, Saint Laurent, Le Blayais, Bugey, etc.).

Solétanche et Bachy doivent s'adapter à plusieurs évolutions :

  • accentuation de la volonté d’accroître la part d’activité à l’international. Ainsi à la suite de la perte de l'Iran, où en revanche Solétanche parvient à se maintenir, Bachy entreprend une restructuration et un redéploiement sur des zones géographiques plus rentables, en particulier l’Europe et l’Asie du Sud-Est. En 1986, Bachy UK est créée pour constituer une tête de pont pour la conquête de marchés dans les pays anglo-saxons.
  • au plan contractuel, volonté d‘évoluer vers un rôle "d’entreprise générale spécialisée", capable de traiter directement des marchés de génie civil en souterrain (tunnels, tranchées couvertes, parcs de stationnement, stations de métro, ouvrages portuaires, etc.).
  • au plan technologique, recours de plus en plus important à l’électronique et à l’informatique.

Concurrents sur de nombreux marchés ces deux entreprises collaborent ailleurs, en particulier dans le Sud Est Asiatique et en Égypte (métro du Caire par exemple).

Après 1990

Les sociétés Bachy et Solétanche fusionnent en pour donner Soletanche Bachy. Le magazine initialement nommé Ancrages devient Ancrage Magazine.

Le nom de Bachy Soletanche[3] a été gardé pour les marchés historiques de Bachy, dans les pays asiatiques[4] notamment.

Logos

Implantation

Soletanche Bachy est implanté dans plus de 50 pays et intervient dans plus de 110 pays, sur tous les continents[5].

Filiales

  • Soletanche Bachy Entreprise filiale de VINCI
    • Balineau
    • CSM Bessac
    • Européenne de Géophysique (EDG)
    • Inertec
    • SOLDATA
    • Sol Environment
    • Soletanche Bachy Amélioration de Sol
    • Soletanche Bachy Fondations Spéciales (fusion de Soletanche Bachy Pieux et MCCF)
    • Soletanche Bachy Tunnels
    • Sol-Expert International
    • Sotem
    • TEC system
    • The Vibroflotation Group

Ouvrages

Soletanche Bachy travaille sur différents types d’ouvrages :

Magazine

Anciennement, un magazine nommé Ancrage Magazine était publié par la société présentant tous les travaux en cours ou à venir. Depuis le rapprochement avec Freyssinet (également groupe VINCI), il devint commun aux deux entreprises, sous le nom de Resonance.

Notes et références

  1. (fr) Magazine Ancrages - No 1
  2. Henri Giron, ingénieur Centrale Lille - IDN, promotion 1927
  3. (en) Site au Royaume-Uni
  4. (en) Site en Asie du Sud-Est (Singapour, Indonésie, Malaisie)
  5. (fr) Implantations géographiques

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail du bâtiment et des travaux publics
  • Portail des entreprises
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.