Soninké (langue)

Le soninké (sooninkanxannen en soninké) est une langue mandée. Elle est parlée principalement au Mali avec plus d’un million de locuteurs, au Sénégal avec environ 400 000 locuteurs, en Mauritanie par plus de 180 000 locuteurs, en Gambie par plus de 166 000 locuteurs et aussi en Guinée-Bissau par environ 5 000 locuteurs ; elle est parlée par environ 2 201 000 (estim. 2012) de personnes appartenant à la communauté soninké.

Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Pour les articles homonymes, voir Soninké.

Soninké
sooninkanxannen
Langues filles azer
Pays Mali, Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée
Région Région transfrontalière autour de Kayes (vallée du fleuve Niger, Ouest du Mali et Est du Sénégal)
Nombre de locuteurs environ 2 millions
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 snk
ISO 639-3 snk
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF snk

Autres noms

Le soninké est aussi appelé[1] :

  • « sarakholé », écrit variablement « sarakhollé », « sarakolé », « sarakollé », ou « saraxolle », emprunts du wolof saraxolle en français[2], ou encore « sarawuli », « serahuli » ou « serahule » via l’anglais ;
  • « marka » ou « maraka », emprunt du bambara maraka[2], à ne pas confondre avec le marka, une autre langue mandée parlée au Mali dans la région de Mopti et au Burkina Faso ;
  • « wakkoré » ou « wakore », emprunt du songhaï[2] ;
  • « sebbe » ou « tyeddo », emprunt du fulfudé[2] ;
  • « aswanik » ou « aswanek », emprunt de l’arabe hassaniya[2] ;
  • « toubakai » ;
  • « gadyaga » ;
  • « silabe ».

Population

Sa zone d'expansion comprend les deux-tiers du Mali, le sud de la Mauritanie, une grande partie du Sénégal, le nord-ouest du Burkina Faso, une partie de la Gambie, de la Guinée-Conakry et de la Guinée-Bissau.

Du fait de la tradition d'émigration pratiquée par les Soninkés, on retrouve aussi d'importantes communautés soninkés hors de l'Afrique de l'Ouest, notamment dans la région parisienne. C'est d'ailleurs la communauté ouest-africaine la plus représentative de la France avec notamment des Maliens, Mauritaniens et surtout Sénégalais.

Écriture

Le soninké possède une littérature parlée, mais peut également s'écrire en utilisant l'alphabet latin ou en caractères arabes, augmenté de quelques lettres supplémentaires pour l'alphabet latin. Au Sénégal, l’orthographe latine est fixée par le décret no 2005-991 de 2005. Au Mali, l’orthographe latine est officielle depuis 1982 suivant l’Alphabets et règles d’orthographe des langues nationales. En Mauritanie, l’orthographe latin est officielle depuis 1981 à la suite du décret no 81-072.

Orthographe

Le soninké est une langue tonale mais les tons ne sont généralement pas notés (sauf dans des ouvrages didactiques).

En outre, il existe des différences de prononciation marquées au sein des zones locutrices, à plus forte raison entre pays (Mali et Sénégal, par exemple). L'alphabet soninké du Mali (officialisé 1982) et du Sénégal comprend les caractères ci-dessous. Les différences de graphies sont signalées, la graphie malienne utilisant le  ɲ  (selon le décret de no 159 de 1982) ou  ny  et  nw .

Depuis le séminaire sous régional sur l’harmonisation de l’orthographe du soninké (27-30 novembre 1995), l’alphabet soninké suit les mêmes règles au Mali, au Sénégal et en Mauritanie. Les lettres  ñ  et  ŋ  sont recommandées mais leurs substituts  ny  et  nw  sont acceptés[3].

Graphème Valeur (API)
MaliSénégal
aa
bb
ct͡ʃɕ
dd
ee
ff
gg
hh
ii
jd͡ʒʑ
kk
ll
mm
ñ (ɲ, ny)ɲ
ŋ (nw)ŋ
oo
pp
qʔq
rr
ss
tt
uu
ww
xχ
yj
ʼ [4]inutiliséʔ

Les consonnes prénasalisées sont écrites au moyen de digrammes débutant par un n : nb [mb], nd [nb], etc. La gémination, selon les zones, est pertinente. Au Sénégal par exemple : pp [], mm [], etc. Les oppositions de quantité vocalique sont pertinentes ; les voyelles longues sont marquées par la gémination du graphème : aa [], etc.

Prononciation

Voyelles

Voyelles
Antérieure Postérieure
Fermée i u
Mi-fermée e o
Ouverte a

Consonnes

Bilabial Labio-
dental
Alvéolaire Palatal Vélaire Labio-
vélaire
Uvulaire Glottale
Occlusif pb td k(ɡ) (q)
Affriquée t͡ʃd͡ʒ
Nasal m n ɲ ŋ
Fricatif f s (x) h
Spirant l j w

Syntaxe

La structure de la phrase est en général SOV et le nom précède l'épithète. Il n'existe pas à proprement parler de conjugaison. Le temps est indiqué par des particules.

Lexique

Il se compose essentiellement de racines mandées, mais également d'emprunts au bambara, à l'arabe et au français. la langue est ancienne et pourrait être comparée à la langue égyptienne ancienne. Des mots arabes seraient d'origines soninké.

MotTraductionPrononciation standard
terreñiiñegniiñé
cielkan-qottekan-qotté (lire q gutural)
eaujidji
feuyinbeyinbé
hommeyugoyougo
femmeyaxareyaķaré (lire yaraŕé > 2e r roulant)
mangeyigeigué
boireminiminné
grandgilleguilloé
petitdepeboutchiné ou ho dépé ou dohoé
nuitwuroourau
bonjourWuyijamu a nwou jom > traduit "ta nuit a-t-elle été belle / sans danger?"
soleilkiyekiyé
matinsuxubasoukhouba > sourouba
journéekiyeidem que soleil > jour >> koota
  • femme : yaxare
  • homme : yugo
  • tomate : menteñe
  • rue : kille / chemin traduction exacte
  • savon : le mot savon dit avec l'accent sabouné
  • pain : Buuru
  • habit : yiraame ou "doroké"
  • pagne : Yiraame/ Fendeli
  • nourriture : yigandé
  • fatigue : tanpiyé
  • main : kitte
  • enfant : léminé
  • imbécile : waxante/ Muritinte
  • assieds-toi : taaxu
  • viens ici : li yere
  • Chef de village : debugume
  • viande : Tiye
  • pied : ta
  • belle mère : kallu yaxaré
  • co-épouse du père ou tante > sœur du père : ma tugunné
  • père/papa : baba
  • mère/maman : Nma/ Saaqe
  • pourquoi : Manne
  • ça va : an moxo
  • t'es belle : an gemu> tu es bien vêtue
  • oui : yo
  • non : ayi
  • peut être : A laawa ñaana
  • je ne sais pas : nta tu
  • va : daga
  • dégage : giri no ou ndono
  • argent : Xaalissi
  • pauvre : korinte
  • riche : banna
  • école : xaranla
  • t'es fou : an tuuri
  • danse : Rege
  • je t'aime : N ŋa an mulla
  • acheter : xobe
  • vendre : gagande
  • jette : a sedi
  • Fer: Mexé
  • en haut: Kanmu
  • en bas: wureedu
  • Centre : Naxaané
  • Vache: Na
  • Cheval : si
  • Chien : wule
  • Chat : Musiiné
  • Utilié: Nafa
  • Champ:
  • arachide: tiga
  • Mais : makka
  • mil: yille
  • laisser : awara
  • regretter : nimsiyé
  • lit : baré

Voir aussi

Notes et références

  1. Revert Sanz et Gallardo Paúls 2001, p. 177.
  2. Galtier 2010.
  3. Centre d’échanges et de formation pratique 1995.
  4. Comme lettre, on utilise de préférence U+02BC ʼ lettre modificative apostrophe , qui évite que les algorithmes brisent les mots au niveau de l’apostrophe alors qu’il ne s’agit pas d’une ponctuation.

Bibliographie

  • Centre d’échanges et de formation pratique, Séminaire sous-régional sur l’harmonisation de l’orthographe du Soninké, du 27 au 30 novembre 1995, Bakel, Bakel, (lire en ligne)
  • Direction de la promotion des langues nationales du Sénégal, Livret d’auto-formation en Soninké, éditions Kalaama-Edicef,
  • Louis Léon César Faidherbe, Vocabulaire d’environ 1,500 mots français avec leurs correspondants en ouolof de Saint-Louis, en poular (toucouleur) du Fouta, en soninké (sarakhollé) de Bakel, Saint-Louis, Imprimerie du Gouvernement, , 70 p.
  • Louis Léon César Faidherbe, Langues sénégalaises : wolof, arabe-hassania, soninké, sérère, notions grammaticales, vocabulaires et phrases, E. Leroux, , 267 p.
  • Gérard Galtier, « Le soninké », sur Sorosoro.org,
  • Gérard Galtier, « Les nouveaux sites Internet de la communauté soninké et la standardisation de la langue », Mandenkan, no 50, , p. 39–60 (lire en ligne)
  • (ca) Generalitat de Catalunya, Departament de Benestar i Família, El soninké i el mandinga: Estudi comparatiu entre les gramàtiques del soninké i el mandinga i la del català, Barcelona, coll. « Llengua, immigració i ensenyament del català », , 2e éd. (lire en ligne)
  • Christian Girier, Parlons soninké, Paris, l’Harmattan, (ISBN 2-7384-3769-9)
  • Gouvernement du Sénégal, Décret no 2005-991 du 21 octobre 2005 relatif à l’orthographe et à la séparation des mots en sooninké (lire en ligne)
  • Rhonda L. Hartell, Alphabets de langues africaines, Dakar, Unesco et Summer Institute of Linguistics,
  • (es) Vicente Revert Sanz et Beatriz Gallardo Paúls, Glotonimia, Universitat de Valencia, (ISBN 8437047218)

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail de la Côte d’Ivoire
  • Portail de la Gambie
  • Portail du Mali
  • Portail de la Mauritanie
  • Portail du Sénégal
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.