Souris (cheval)

Souris est, dans le domaine de l'hippologie, une couleur de robe du cheval, assez rare. Le pelage est dans les tons gris. La crinière, la queue, le contour des oreilles et le bas des membres sont noirs. Ces chevaux présentent généralement des marques primitives, raie de mulet, zébrures sur les membres et crins bicolores. La peau est sombre. Ils portent rarement des marques blanches.

Pour les articles homonymes, voir Souris (homonymie).
Souris

Robe du cheval

Poney de robe souris
Génotype
Notation E_ aa D_
Robe de base Noir (E_ aa)
Dilution Gène dun (D_)
Phénotype
Corps Tons gris, bas des membres noir
Crins Noirs et souvent bicolore
Fréquence
Porteur(s) Races primitives type Konik et Sorraia

La robe souris est génétiquement due au gène dun, agissant sur une robe de base noire, d'où la terminologie génétique de noir dun. Les chevaux souris se trouvent principalement chez des races primitives, telles que le Konik et le Sorraia.

Terminologie

Le mot français « souris » désigne le phénotype de cette couleur de robe chez le cheval, par analogie avec la souris[1],[2]. Ce mot est employé au moins depuis la parution de La Parfaite connaissance des chevaux en 1741[2], avec une mention dans l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert[2]. La dénomination « noir dun » peut aussi être employée en français, en raison de l'implication génétique du gène dun, sur une base noire[2]. Le mot d'origine espagnole « grullo » (féminin : grulla) est parfois utilisé à tort en français, ces termes n'ayant ni ancienneté, ni légitimité dans cette langue[2]. Le dictionnaire des sciences animales du CIRAD définit cette robe sous le nom de « souris », avec pour synonyme « gris souris » ; grullo y est défini comme un terme employé en anglais, avec mouse dun[2].

La nomenclature officielle de l'IFCE emploie uniquement le terme français « souris »[3].

Identification

Poneys sauvages de robe souris

La robe souris est constituée d'un pelage proche du gris, où chaque poil est individuellement de couleur gris cendré. Il ne s'agit pas d'un mélange de poils blancs sur une robe foncée comme dans le cas du rouan, mais elle peut présenter une teinte légèrement marronnée[4]. Les poils sont gris cendré, les extrémités des membres sont noires, les crins sont de gris cendré à noir et fréquemment bicolores (noirs et blancs), la peau est noire et les yeux sont foncés[5].

Le cheval présente fréquemment une raie de mulet, des zébrures sur les membres et un cap de maure, c'est-à-dire une couleur plus sombre au bout du nez. Les chevaux souris ne changent que très peu de couleur au cours de leur vie, contrairement aux chevaux gris, qui naissent de couleur foncée et s'éclaircissent au cours de leur vie.

Confusions

La robe souris est parfois confondue avec l'isabelle et le bai dun.

Sélection

L'apparition de la robe souris parmi les chevaux domestiques a soulevé de nombreuses questions au sujet du Tarpan (Equus ferus ferus), un cheval primitif éteint au XIXe siècle, considéré comme un véritable cheval sauvage dont les ancêtres n'ont jamais connu de domestication, et qui semble avoir porté une robe souris, ou du moins le gène dun. James Cossar Ewart soutient, au début du XXe siècle, que la plupart des chevaux de son époque portat une robe souris et nommés « Tarpans », appartiennent en réalité aux chevaux domestiques ou issus du marronnage, sans constituer une espèce séparée[6]. Plusieurs races de chevaux arborent cette robe en résultante d'une tentative de « recrééer » (breeding back) le Tarpan ou d'une proximité avec lui ; c'est le cas du cheval de Heck et du Konik. L'une de ces premières expériences pour retrouver le Tarpan donne lieu à une publication de James Cossar Ewart en 1906, lequel obtient un cheval proche du tarpan en croisant une jument de race Shetland à un étalon Welsh de robe noire[6].

Le Sorraia est généralement souris. La robe peut également être trouvée chez d'autres chevaux anciens de type primitif, tels que les Islandais.

Génétique

La robe souris est due au gène dun, ou « gène sauvage », qui peut agir sur toutes les robes de bases du cheval, et a pour particularité de les éclaircir.

Gènes modificateurs agissant sur la robe souris

Un cas rarissime de cheval souris porteur du gène silver.
Un cheval islandais souris-pie.

Les chevaux souris peuvent être porteurs du gène silver. Ils présentent alors une crinière et une queue presque blancs. Ils peuvent également présenter toutes les variantes du pie, ainsi que le gène crème et le gène champagne. Du fait de la rareté de la robe souris, ces cas sont extrêmement rares.

Robe souris dans la culture


Notes et références

  1. C. Meyer (ed.), « souris 2 », sur dico-sciences-animales.cirad.fr, Dictionnaire des Sciences Animales, Montpellier (consulté le 29 mars 2020).
  2. Tsaag Valren et Népoux 2019, p. 46.
  3. Margot Sabbagh, Sophie Danvy, Clothilde Dubois et Gérard Guerin, « Génétique des robes diluées », sur Les Haras nationaux (consulté le 28 mars 2020).
  4. « Les robes », Cheval magazine, no 267,
  5. http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/identification/les-robes/familles-de-robes-de-base/la-famille-du-bai.html?type=98
  6. (en) « The Tarpan and its Relationship with Wild and Domestic Horses », Nature, vol. 74, no 1909, , p. 113–115 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/074113a0, lire en ligne, consulté le 29 mars 2020) :
    « [F]or more than a century all the horses living in a wild state in Europe, which happened to be of a mouse-dun color, seem to have been regarded as tarpans. »
    .

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • [Bailey et Bowling 2013] Ernest Bailey et Bowling, Horse genetics, CABI, , 200 p. (ISBN 9781845936754, 1845936752 et 9781780643298, OCLC 824532429, lire en ligne)
  • [Marandet 2018] Laure Marandet, Les robes des chevaux : Approche génétique et scientifique des robes des chevaux, Vigot,
  • [Sponenberg 1983] (en) Dan Phillip Sponenberg (photogr. Bonnie V. G. Beaver), Horse Color, Texas A&M University Press, , 124 p.
  • [Sponenberg et Bellone 2017] (en) Dan Phillip Sponenberg et Rebecca Bellone, Equine Color Genetics, John Wiley & Sons, , 4e éd., 352  p. (ISBN 1-119-13060-3, OCLC 971462711)
  • [Tsaag Valren et Népoux 2019] Amélie Tsaag Valren et Dr. Virginie Népoux, Beauté des chevaux, le mystère de leurs robes, Éditions France Agricole, , 256  p. (ISBN 9791090213982)
  • Portail équestre
  • Portail des couleurs
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.