Spike Lee

Spike Lee de son vrai nom Shelton Jackson Lee, né le à Atlanta (Géorgie, États-Unis), est un scénariste, réalisateur et producteur américain.

Pour les articles homonymes, voir Lee.
Spike Lee
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de
Nom de naissance
Shelton Jackson Lee
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Fratrie
David Lee (en)
Conjointe
Tonya Lewis Lee (en)
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Films notables

Biographie

Jeunesse et formation

Né à Atlanta[1], Spike Lee grandit à Fort Greene, un quartier de l'arrondissement de Brooklyn à New York. Élevé dans un milieu artistique et intellectuel favorisé, il étudie au prestigieux Morehouse College, université destinée à former les élites noires américaines puis à la Tisch School of the Arts, école de cinéma la plus renommée de la côte Est des États-Unis.

Carrière cinématographique

Ses films se focalisent souvent sur la communauté afro-américaine[2][source insuffisante] et, en général, sur les problèmes sociaux et identitaires des minorités.

Prolifique, son œuvre est souvent polémique avec des films comme Nola Darling n'en fait qu'à sa tête (1986), Mo' Better Blues (1990), ou Malcolm X (1992).

En 2006, il réalise un film documentaire sur La Nouvelle-Orléans touchée par l'ouragan Katrina, Katrina (When the Levees Broke) diffusé sur HBO. Il interviewe plus de cent victimes en parcourant la ville dévastée avec, notamment, Terence Blanchard, trompettiste natif de cette ville, et qui travaille sur la musique de ses films depuis vingt ans. Durant l'été 2009, il tourne son documentaire Kobe Doin' Work sur la préparation de la star NBA Kobe Bryant lors d'un match opposant son équipe des Lakers de Los Angeles à celle des Spurs de San Antonio.

Admiratif de Michael Jackson, il a réalisé son clip They Don't Care About Us ainsi qu'un documentaire, Michael Jackson : Bad 25th anniversary en 2012, pour fêter les 25 ans de l'album Bad. Également ami de longue date de Prince, il a réalisé son clip pour la chanson Money Don't Matter 2 Night (album Diamonds and Pearls), qui aborde le thème de la pauvreté aux États-Unis. Ainsi, à l'annonce de la disparition du « Kid de Minneapolis », Spike Lee avait réuni plusieurs milliers de personnes devant sa propre demeure pour lui rendre hommage et avait organisé quelques semaines plus tard une fête à Brooklyn  dress code violet, bien sûr  pour célébrer l'anniversaire de la star récemment disparue.

Participation à des festivals

En septembre 2004, il fait partie du jury des longs métrages en compétition pour le Lion d'or du 61e festival de Venise, sous la présidence du réalisateur britannique John Boorman. Les comédiennes Scarlett Johansson et Helen Mirren en font également partie.

En janvier 2020, il est désigné président du jury du 73e festival de Cannes. Il est la première personnalité afro-américaine à occuper cette fonction[3]. Il succède au réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu.

Militantisme et centres d'intérêt

Identitaire noir revendiqué, Spike Lee milite pour une discrimination positive plus étendue en faveur des Noirs. Il demande notamment la mise en place de quotas, y compris dans le domaine culturel, par exemple pour les Oscars[4].

C'est un inconditionnel fan des Knicks de New York. Il est ainsi proposé pour créer le scénario du jeu vidéo NBA 2k16, notamment dans le mode My career.

Filmographie

Longs métrages de fiction

Documentaires

Courts métrages

Téléfilms et séries TV

Clips vidéo

Jeux vidéo

Distinctions

Récompenses

Nominations

Collaborateurs réguliers

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2018). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Spike Lee a révélé des acteurs aujourd'hui reconnus comme Denzel Washington, Halle Berry, Samuel L. Jackson ou Wesley Snipes qui ont tourné dans plusieurs de ses films.

Joe's Bed-Stuy Barbershop: We Cut Heads
(1983)
Nola Darling n'en fait qu'à sa tête
(1986)
School Daze
(1988)
Do the Right Thing
(1989)
Mo' Better Blues
(1990)
Jungle Fever
(1991)
Malcolm X
(1992)
Crooklyn
(1994)
Clockers
(1995)
Girl 6
(1996)
Get on the Bus
(1996)
He Got Game
(1998)
Summer of Sam
(1999)
The Very Black Show
(2000)
La 25e Heure
(2002)
She Hate Me
(2004)
Inside Man : L'Homme de l'intérieur
(2006)
Miracle à Santa Anna
(2008)
Red Hook Summer
(2012)
Old Boy
(2013)
Da Sweet Blood of Jesus
(2014)
Chi-Raq
(2015)
BlacKkKlansman : J'ai infiltré le Ku Klux Klan
(2018)
Da 5 Bloods
(2020)
Michael Badalucco
Angela Bassett
Susan Batson
Richard Belzer
Halle Berry
Jim Brown
Robert John Burke
Ossie Davis
Rosario Dawson
Ruby Dee
Kim Director
Doug E. Doug
Chiwetel Ejiofor
Giancarlo Esposito
Jennifer Esposito
Ken Garito
Albert Hall
Hill Harper
Zelda Harris
Paul Walter Hauser
Michael Imperioli
Samuel L. Jackson
David Patrick Kelly
Bill Lee
Cinqué Lee
Joie Lee
John Leguizamo
Harry Lennix
Delroy Lindo
Rami Malek
Debi Mazar
Lonette McKee
muMs da Schemer
Elvis Nolasco
Bill Nunn
Jasper Pääkkönen
Al Palagonia
Felicia Pearson
Wendell Pierce
Christopher Plummer
Dania Ramírez
Theresa Randle
James Ransone
Monty Ross
Miguel Sandoval
John Savage
Joe Seneca
Wesley Snipes
Mira Sorvino
Mike Starr
John Turturro
Nicholas Turturro
Frank Vincent
Denzel Washington
Isaiah Washington
John David Washington
Kerry Washington
Isiah Whitlock Jr

Polémiques

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2017). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Spike Lee a parfois déclenché des controverses, notamment par sa manière « agressive » de défendre la communauté afro-américaine et des critiques adressées à des cinéastes les plus réputés d'Hollywood. C'est avec les réalisateurs Quentin Tarantino et Clint Eastwood qu'il s'est heurté le plus violemment, notamment par média interposés[5],[6].

Quentin Tarantino, qu'il avait dirigé dans Girl 6, en est un bon exemple : Lee lui aurait reproché d'utiliser à outrance les mots « nègre » et « négro » dans ses films Reservoir Dogs, Jackie Brown, Pulp Fiction et Django Unchained. Selon Lee ce ne sont pas les mots en eux-mêmes qui dérangent, mais l'usage excessif que Tarantino en fait.

Samuel L. Jackson défend ce dernier :

« Je ne pense pas que le mot est offensant placé dans le contexte du film. Les artistes noirs pensent qu’ils sont les seuls autorisés à utiliser ce mot. Jackie Brown est un superbe film rendant hommage aux films de la Blaxploitation. C’est un bon film, chose que Spike n’a pas fait depuis quelques années. »

À la sortie du film Django Unchained de Quentin Tarantino, Lee déclare :

« Je ne peux pas en parler, parce que je n'irai pas le voir. Je ne veux pas le voir. […] Je pense que ça serait manquer de respect à mes ancêtres. C'est tout ce que j'ai à dire. Je ne peux pas manquer de respect à mes ancêtres. »
Puis : « L'esclavage américain n'était pas un western spaghetti de Sergio Leone. C'était un holocauste. Mes ancêtres étaient esclaves. Je leur ferai honneur[7]. »

Louis Farrakhan déclare à ce sujet : « Le film a changé la direction des armes[8]. »

Notes et références

  1. (en) « Spike Lee | Biography, Movies, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 24 mars 2020)
  2. Il a retrouvé[réf. nécessaire] l'origine de ses ancêtres esclaves venus d'Afrique, précisément du Cameroun.
  3. Didier Péron, « Spike Lee, premier président noir du jury du Festival de Cannes », sur Libération, .
  4. Voir sur huffingtonpost.fr.
  5. Voir sur 20minutes.fr.
  6. Voir sur rue89.nouvelobs.com.
  7. « Spike Lee boycotte le nouveau Tarantino » sur lci.tf1.fr.
  8. Django, sur finalcall.com.

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes


  • Portail des Afro-Américains
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail du cinéma américain
  • Portail des séries télévisées américaines
  • Portail de la Géorgie
  • Portail d’Atlanta
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.