Stanisława Walasiewicz

Stanisława Walasiewicz (alias Stella Walsh, née le et morte le ) est une athlète polonaise, naturalisée américaine en 1947. Elle a établi 100 records mondiaux et/ou nationaux, dont 51 records en Pologne, 18 records mondiaux, 8 records européens. Courant pour la Pologne, elle remporte la médaille d'or aux 100 mètres des JO de 1932 à Los Angeles, égalant le record du monde alors établi à 11 s 9 secondes, et celle d'argent en 1936 à Berlin.

Stanisława Walasiewicz
Stanisława Walasiewicz
Biographie
Naissance
ou
Wierzchownia, Kuyavian-Pomeranian Voivodeship (en)
Décès
Sépulture
Cimetière du calvaire de Cleveland (en)
Période d'activité
Nom dans la langue maternelle
Stella Walsh Olson
Nom de naissance
Stanisława Walasiewiczówna
Pseudonyme
Stella Walsh
Nationalités
Américain (depuis ), Polonais
Activités
Autres informations
Membre de
Sokół (en)
Taille
1,74 m
Masse
60 kg
Équipe
Sokół (en)
Distinctions
Ohio Women's Hall of Fame (en)
Croix d'or du Mérite ()

Elle meurt à 69 ans, atteinte par une balle perdue lors d'une fusillade à Cleveland (Ohio). Son autopsie révèle qu'elle était hermaphrodite[1].

Les JO de 1928 et les années 1930

Née dans le Powiat de Brodnica, Stanisława Walasiewicz vécut dès l'âge de 2 ans à Cleveland, Ohio[2]. Sa famille la surnomme Stasia, un diminutif commun en polonais, qui deviendra lors de sa naturalisation le prénom Stella[3].

En 1928, ne pouvant rejoindre l'équipe olympique américaine car ayant la nationalité polonaise (et ne pouvant avoir la nationalité américaine qu'à sa majorité soit 21 ans)[4],[3]. Elle rejoint alors la branche locale de Sokół, une organisation sportive patriotique active auprès de la diaspora polonaise[3].

Dans les semaines qui précèdent les Jeux, Walasiewicz remporte le titre national sur le 100 yards, le 220 yards et le saut en longueur[5]. Après ces titres, on lui offre la nationalité américaine mais juste avant de prêter serment, elle change d'avis et choisit la Pologne pour sa nationalité sportive[3]. Lors des Jeux olympiques de 1932, elle remporte la médaille d'or sur le 100 m en 11 s 9, égalant le record du monde de la distance[6]. Elle participe également au lancer du disque et termine 6e[6].

En 1935, elle établit le record du monde du 200 mètres en 23 s 6, record qui tiendra jusqu'en 1952 devenant le plus long record féminin en athlétisme[2].

Aux Jeux de Berlin en 1936, elle ne réussi pas à conserver son titre olympique et termine sur la deuxième marche du podium derrière l'Américaine Helen Stephens[6] pour 0,2 s[4].

Walasiewicz obtient la nationale américaine en 1947 après son mariage et prend le nom de Stella Walsh Olson[7].

Elle est tuée par arme à feu lors d'une tentative de cambriolage en 1980 à Cleveland[4].

Au cours de sa carrière, elle égale 20 fois son record du monde (10 s 8) mais seulement douze de ces temps sont ratifiés par l'IAAF[2]. Dans les années 1930, elle est la première femme à passer sous la barre de 11 secondes au 100 yards[2].

Les questions à l'autopsie

Après sa mort, une autopsie fut menée et aboutit à la conclusion qu'elle était hermaphrodite, certaines sources affirmant qu'elle avait à la fois des chromosomes XX et XY (en)[3]. Un journal local avait en effet accusé l'ex-sportive d'être un homme, contraignant les autorités locales à pratiquer une autopsie au cours de laquelle ils avaient conclu qu'elle possédait des organes génitaux masculins, sans se prononcer sur les chromosomes[8].

Notes et références

  1. (en) « Ex-Olypian Stella Walsh legally a woman », Sarasota Journal, (lire en ligne)
  2. (en) « Stanisława Walasiewicz | American athlete », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 14 mars 2020)
  3. (pl) Klaudia Snochowska-Gonzales, « Walasiewicz była kobietą » [« Walasiewicz était une femme »], Gazeta Wyborcza, vol. 190, , p. 8 (lire en ligne)
  4. (en) « Stanisława Walasiewicz: The Curious Story of Stella Walsh », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 14 mars 2020)
  5. (en) « USA Track & Field – USA Outdoor Track & Field Champions »
  6. (en) « Stanisława Walasiewicz Bio, Stats, and Results », sur Olympics at Sports-Reference.com (consulté le 14 mars 2020)
  7. Marc Ventouillac, « le secret d'une étoile », L'Equipe, , p. 30-31.
  8. (en) « Report Says Stella Walsh; Had Male Sex Organs », The New York Times, (lire en ligne)

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de l’athlétisme
  • Portail de la Pologne
  • Portail LGBT
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.