Subdivisions de la Serbie

L'organisation territoriale de la République de Serbie (en serbe cyrillique : Територијална организација Републике Србије ; en serbe latin : Teritorijalna organizacija Republike Srbije) est régie par la « loi sur l'organisation territoriale »[1] adoptée par l'Assemblée nationale le [2], loi qui, par la suite, a connu un certain nombre d'amendements. En 2011, la Serbie est constituée de provinces (pokrajine), de régions (regioni), de districts administratifs (upravni oblasti), de la Ville de Belgrade (Grad Beograd), de villes (gradovi) et de municipalités (opštine)[3].

Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Provinces autonomes

La Serbie compte deux provinces autonomes : la Voïvodine (en serbe : Аутономна Покрајина Војводина et Autonomna Pokrajina Vojvodina) au nord, avec 39 municipalités et 6 villes et le Kosovo et Métochie[1] (en serbe : Косово и Метохија et Kosovo i Metohija) au sud, avec 28 municipalités et une ville.

La province de Voïvodine dispose d'une grande autonomie dans des domaines comme les infrastructures, la science, l'éducation et la culture[4]. Elle dispose d'une Assemblée[5] et d'un gouvernement[6]. En 2011, le président de l'Assemblée provinciale était Sándor Egeresi, membre de l'Alliance des Magyars de Voïvodine[7].

Du point de vue du gouvernement serbe et de la constitution[8], le Kosovo constitue une province autonome au sein de la République de Serbie. Administré par la MINUK depuis juin 1999, le Kosovo a déclaré unilatéralement son indépendance le . Cette indépendance n'a pas été reconnue par Belgrade[9], la communauté internationale, quant à elle, est encore divisée sur la question[9]. Le Kosovo dispose d'un Parlement et d'un gouvernement.

Avant 2009, la zone comprise entre la Voïvodine et le Kosovo était connue sous le nom de Serbie centrale (en serbe : Централна Србија et Centralna Srbija) et ne disposait d'aucun statut officiel. En 2009-2010, son territoire a été divisé en trois régions statistiques.

Régions statistiques

En 2009, l'Assemblée nationale a adopté la « loi sur le développement régional » qui prévoyait la formation de sept régions statistiques[10]. La loi a été modifiée le et le nombre de régions réduit à cinq[11].

Les cinq régions statistiques sont les suivantes :

Districts et Ville de Belgrade

La Serbie est également divisée en 24 districts (en serbe cyrillique : области ; en serbe latin : oblasti)[3], dont 17 en Serbie centrale et 7 en Voïvodine. Ces districts ne sont pas définis par la loi sur l'organisation territoriale mais un décret promulgué le ; dans ce décret, le gouvernement de la Serbie les définit comme « des centres régionaux de l'autorité de l'État »[12]. Ils sont administrés par des préfets (načelnik okruga/načelnica okruga) et ne disposent d'aucune assemblée élue. Divisions purement administratives, ils accueillent diverses institutions nationales, notamment sur le plan des fiances et de la justice.

La Ville de Belgrade (Grad Beograd) a la particularité de ne faire partie d'aucun district ; dotée d'un statut à part, elle fonctionne un peu à l'instar des districts du pays.

Les districts et la Ville de Belgrade sont eux-mêmes subdivisés en villes ou en municipalités.


Villes et municipalités

La Serbie est divisée en 23 villes et 150 municipalités[1],[3], qui constituent les unités fondamentales de l'autonomie locale.

Dans l'immense majorité des cas, la ville ou la municipalité englobe un nombre plus ou moins élevé de « localités ». En revanche, certaines villes importantes comme Belgrade, Novi Sad, Kragujevac et Niš ou encore Požarevac et Vranje sont elles-mêmes divisées en plusieurs municipalités[13]. Par exemple, la ville de Belgrade intra muros est constituée de 10 municipalités urbaines[14], parmi lesquelles on peut citer celles de Stari grad (la « vieille ville ») et de Vračar, qui figurent parmi les plus anciennes de la capitale serbe. Zemun, qui fut une ville autrichienne jusqu'aux lendemains de la Première Guerre mondiale, est aujourd'hui une municipalité urbaine de Belgrade. En 2011, la Serbie comptait ainsi 28 municipalités urbaines (gradske opštine)[3].

Villes

Les 23 villes (au singulier : Град / Grad ; au pluriel : Градови / Gradovi), nombre qui s'élève à 24 si on y inclut la ville Belgrade, jouissent d'un statut particulier : elles disposent de leur propre assemblée (Скупштина града et Skupština grada) et d'un maire (Градоначелник et Gradonačelnik) élu au suffrage universel.

Liste des villes (avec Belgrade)

Emblème Ville Population intra muros
en 2002[15]
Population intra muros
en 2011[13]
District
Belgrade1 281 8011 135 502Ville de Belgrade
Valjevo61 03558 184Kolubara
Vranje55 05254 456Pčinja
Zaječar39 49136 830Zaječar
Zrenjanin[16]79 54575 743Banat central
Jagodina35 58936 092Pomoravlje
Kragujevac146 373147 281Šumadija
Kraljevo57 41163 030Raška
Kruševac57 34757 627Rasina
Leskovac63 18559 610Jablanica
Loznica19 86318 714Mačva
Niš173 724177 972Nišava
Novi Pazar54 60460 638Raška
Novi Sad191 405221 854Bačka méridionale
Pančevo[17]77 08773 992Banat méridional
Požarevac[18]41 73642 963Braničevo
Pristina??Kosovo
Smederevo62 80563 028Podunavlje
Sombor[19]51 47147 485Bačka occidentale
Sremska Mitrovica39 08437 586Syrmie (Srem)
Subotica[20]99 98196 483Bačka septentrionale
Užice54 71752 199Zlatibor
Čačak73 21772 148Moravica
Šabac55 16352 822Mačva
Localisation des villes de Serbie

Municipalités

La municipalité (au singulier : општина et opština, au pluriel : општине et opštine[21]) porte généralement le nom de la plus grande ville ou de la plus grande localité du secteur. Le centre administratif d'une municipalité n'est pas toujours une « ville » ou une « localité urbaine » (gradsko naselje) mais parfois une « localité rurale » (village). On peut citer l'exemple des municipalités de Malo Crniće, de Žabari et de Žagubica, toutes trois situées dans le district de Braničevo, qui ont comme chef-lieu des « villages » serbes. La municipalité dispose d’une assemblée (en serbe : скупштина општине et skupština opštine), élue pour quatre ans lors des élections locales, ainsi que d’un président (en serbe : председник општине et predsednik opštine), lui aussi élu pour quatre ans par l'assemblée municipale.

Communautés locales et localités

La communauté locale (en serbe : Месна заједница et Mesna zajednica) est la plus petite unité administrative de la Serbie. Le plus souvent, ces communautés coïncident avec une « localité » dont elles portent le nom. Dans les zones rurales, certains villages faiblement peuplés peuvent être regroupés au sein d'une même communauté locale. Ces communautés sont gouvernées par des « conseils » (en serbe : савети et saveti) élus aux élections locales.

En 2011, la Serbie, dans son ensemble, compte officiellement 6 158 « localités » (en serbe : насеље et naselje, au pluriel : насеља et naselja) qui, pour la plupart, correspondent à des « villages » (en serbe : село et selo, au pluriel : села et sela). En outre, 195 localités sont officiellement définies comme des « localités urbaines » (en serbe : Градска насеља et Gradska naselja), communément appelées « villes »[3].

Le statut de localité urbaine (ville) n'est pas lié au nombre des habitants ; il a été officiellement obtenu au cours de l'histoire du pays et, plus récemment, par décision administrative. Par exemple, au recensement de 2011, la « ville » de Kuršumlijska Banja, dans le district de Toplica comptait 103 habitants[13]. Inversement, certaines « localités rurales » (ou villages) disposent d'une population importante, comme Kaluđerica, près de Belgrade, qui, en 2011, comptait officiellement 26 549 habitants[13].

Notes et références

  1. (sr)[PDF] « Zakon o teritorijalnoj organizaciji Srbije », sur http://www.decentralizacijasrbije.net (consulté le 8 décembre 2011)
  2. (sr) « Lokalni i pokrajinski izbori u maju », sur http://www.b92.net, B92, (consulté le 8 décembre 2011)
  3. (sr) « Teritorijalna organizacija », sur http://www.srbija.gov.rs, Site officiel du Gouvernement serbe (consulté le 8 décembre 2011)
  4. (sr)[PDF] « Zakon o utvrđivanju nadležnosti Autonomne pokrajine Vojvodine », sur http://www.arhiurb.vojvodina.gov.rs (consulté le 8 décembre 2011)
  5. (sr)(hu)(sl)(ro)(ru)(hr)(en) « Site officiel de l'Assemblée provinciale de Voïvodine » (consulté le 8 décembre 2011)
  6. (sr)(en) « Site officiel du Gouvernement de la Voïvodine » (consulté le 8 décembre 2011)
  7. (en) « President of the Assembly », sur http://www.skupstinavojvodine.gov.rs, Site officiel de l'Assemblée de la province autonome de Voïvodine (consulté le 8 décembre 2011)
  8. (en)[PDF] « Constitution of the Republic of Serbia », sur http://www.mfa.gov.rs, Site officiel du Ministère serbe des Affaires étrangères, (consulté le 8 décembre 2011)
  9. (fr) Gabrielle Naudé, « La communauté internationale divisée sur la reconnaissance du Kosovo », sur http://balkans.courriers.info, Le Courrier des Balkans, (consulté le 23 février 2008)
  10. (sr) « Sedam regiona za ravnomerniji razvoj », sur http://www.politika.rs, Politika, (consulté le 8 décembre 2011)
  11. (sr) « Predlaže se smanjenje statističkih regiona sa sedam na pet », sur http://www.emg.rs, (consulté le 8 décembre 2011)
  12. (sr) « Districts In Serbia », sur http://www.arhiva.serbia.gov.rs, Site officiel du Gouvernement de la Serbie (consulté le 8 décembre 2011)
  13. (sr + en) « Livre 20 : Vue d'ensemble comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991, 2002 et 2011, données par localités) » [PDF], Pages du recensement de 2011 en Serbie - Institut de statistique de la République de Serbie, (consulté le 23 septembre 2015)
  14. (en) « Urban Municipalities », sur http://www.beograd.rs, Site officiel de la Ville de Belgrade (consulté le 9 avril 2008)
  15. (sr) Population, analyse comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991 et 2002, données par localités (Livre 9), Belgrade, Institut de statistique de la République de Serbie, (ISBN 86-84433-14-9)
  16. En hongrois Nagybecskerek, en allemand Großbetschkerek, en roumain Becicherecul Mare ou Zrenianin et en slovène Zreňanin
  17. En hongrois Pancsova, en turc Pançova et en allemand Pantschowa
  18. En allemand Passarowitz
  19. En hongrois Zombor, en allemand Zombor et en ruthène pannonien Зомбор
  20. En hongrois Szabadka
  21. Le terme serbe opština est parfois traduit par le terme « commune »

Articles connexes

  • Portail de la Serbie et du peuple serbe
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.