Supercolonie

Une supercolonie est une colonie animale caractérisée par un nombre d'individus, ou d'ensembles d'individus, plus grand qu'à l'accoutumée et répartis sur une large surface. Ils sont reliés entre eux par des relations sociales complexes. Chez les insectes sociaux, une supercolonie se distingue par une quantité importante de reines, l'absence d'agressivité entre individus, localement ou généralisée à l'ensemble de l'espèce et une reproduction par « bourgeonnement »[1].

  • Certaines espèces de termites peuvent créer des supercolonies. Par exemple, Reticulitermes urbis forme une supercolonie couvrant 7 ha de la ville de Domène en Isère (France)[3]. Une autre espèce, Reticulitermes flavipes, constitue une supercolonie dans la ville de Toronto au Canada. Cette population, diffuse, génétiquement homogène et sans agressivité intraspécifique, forme de multiples zones de reproduction réparties sur des quartiers entiers[4]. Au Brésil, dans la caatinga, se trouve un ensemble de termitières interconnectées de l'espèce Syntermes dirus, régulièrement agencées sur une surface équivalente à la Grande-Bretagne[5].
  • Certaines espèces de fourmis peuvent créer des supercolonies. Par exemple, Formica yessensis forme une supercolonie sur l'île d'Hokkaidō au Japon. Cet ensemble a été estimé à 45000 fourmilières vivant sur une zone de 2,7 km²[6].
Syntermes dirus, un exemple de réseau de supercolonies de termites au Brésil.

Référence

  1. (en) Florian M. Steiner, Birgit C. Schlick-Steiner, Karl Moder, Christian Stauffer, Wolfgang Arthofer, Alfred Buschinger, Xavier Espadaler, Erhard Christian, Katrin Einfinger, Eberhard Lorbeer, Christa Schafellner, Manfred Ayasse et Ross H. Crozier, « Abandoning Aggression but Maintaining Self-Nonself Discrimination as a First Stage in Ant Supercolony Formation », Current Biology, Elsevier BV, vol. 17, no 21, , p. 1903-1907 (ISSN 0960-9822, DOI 10.1016/j.cub.2007.09.061, lire en ligne).
  2. (en) Alex Borowicz, Philip McDowall, Casey Youngflesh, Thomas Sayre-McCord, Gemma Clucas, Rachael Herman, Steven Forrest, Melissa Rider, Mathew Schwaller, Tom Hart, Stéphanie Jenouvrier, Michael J. Polito, Hanumant Singh et Heather J. Lynch, « Multi-modal survey of Adélie penguin mega-colonies reveals the Danger Islands as a seabird hotspot », Scientific Reports, Springer Nature, vol. 8, no 1, (ISSN 2045-2322, DOI 10.1038/s41598-018-22313-w, lire en ligne).
  3. (en) L. Leniaud, A. Pichon, P. Uva et A.-G. Bagnères, « Unicoloniality in Reticulitermes urbis: a novel feature in a potentially invasive termite species », Bulletin of Entomological Research, Cambridge University Press (CUP), vol. 99, no 01, , p. 1 (ISSN 0007-4853, DOI 10.1017/s0007485308006032, lire en ligne).
  4. (en) V. Simkovic, G. J. Thompson et J. N. McNeil, « Testing for aggression and nestmate recognition in the Eastern subterranean termite (Reticulitermes flavipes) », Insectes Sociaux, Springer Nature, vol. 65, no 2, , p. 281-288 (ISSN 0020-1812, DOI 10.1007/s00040-018-0608-9, lire en ligne).
  5. (en) Stephen J. Martin, Roy R. Funch, Paul R. Hanson et Eun-Hye Yoo, « A vast 4,000-year-old spatial pattern of termite mounds », Current Biology, Elsevier BV, vol. 28, no 22, , R1292-R1293 (ISSN 0960-9822, DOI 10.1016/j.cub.2018.09.061, lire en ligne).
  6. (en) Higashi, S. et K. Yamauchi, « Influence of a Supercolonial Ant Formica (Formica) yessensis Forel on the Distribution of Other Ants in Ishikari Coast », Japanese Journal of Ecology, vol. 29, , p. 257-264 (résumé)

Article connexe

  • Portail de l’écologie
  • Portail de l'ornithologie
  • Portail de l’entomologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.