Tchitalichté

Le Tchitalichté (en bulgare Читалище ; pluriel Читалища - tchitalichta) est une institution publique propre à la Bulgarie qui remplit des fonctions éducatives, culturelles et artistiques. Le terme signifie, littéralement, « lieu de lecture ».

La chitalishte bulgare (centre culturel communautaire), expérience pratique de préservation de la vitalité du patrimoine culturel immatériel *

Le tchitalichté Zarya à Haskovo.
Pays * Bulgarie
Liste Registre des meilleures activités de sauvegarde
Année d’inscription 2017
* Descriptif officiel UNESCO

Historique

Le tchitalichté est un lieu et institution publics qui apparaît dans les régions bulgarophones de l'Empire ottoman, au début de la troisième période de la Renaissance nationale bulgare. Les premiers tchitalichta font leur apparition en 1856 à Svichtov, Lom et Choumen. Leur activité est surtout axée autour de la renaissance d'une conscience bulgare, la redécouverte de l'histoire nationale, la littérature et le théâtre, la diffusion des idées indépendantistes. Grâce à la volonté et au sentiment national de l'élite aisée et éclairée bulgare, qui était peu nombreuse à l'époque, leur nombre passe rapidement à plus de 130 à la veille de la restauration d'un État bulgare. Ils continuent à se développer après celle-ci (1878) dans une perspective d'appui à la diffusion de la conscience et de la culture nationales, d'éducation et d'accès au savoir.

Dans la première moitié du XXe siècle, leurs activités s'élargissent à d'autres activités liées à la culture et à l'art.

Sous le régime communiste se développent, dans les zones urbaines, des institutions concurrentes - maisons de la culture, maisons des jeunes - d'inspiration soviétique et financées directement par les entreprises d'État et les institutions publiques. Bien qu'elles relèguent les tchitalichta à un rôle secondaire, ceux-ci survivent grâce à leur implantation historique et à l'absence d'institutions concurrentes dans les zones rurales.

Les tchitalichta actuels

Le nombre de tchitalichta bulgares - dans le pays et à l'étranger, était de 3417 en 2009[1]. Ils disposent, habituellement, de :

Dans les grandes villes, ils disposent également d'orchestres symphoniques ou d'instruments à vent, alors que dans les plus petites villes il s'agit plutôt de petits groupes de musique classique.

À compter des années 1990, certains tchitalichta servent aussi de cinémas, de lieux de réunions sociales ou politiques ou pour personnes âgées.

Galerie

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Notes et références

  • Portail de la Bulgarie
  • Portail du patrimoine culturel immatériel
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.