Tenure (féodalité)

La tenure est le mode de concession d'une terre, en vertu duquel une personne n'en possède que la jouissance, à titre précaire. On distingue la tenure noble (ou « terre de noble tenure » car elle impliquait un hommage lors de l'acquisition, synonyme de fief), la tenure roturière, la tenure censitaire et la tenure servile[1].

Pour les articles homonymes, voir Tenure.

La tenure désigne la portion d'une seigneurie occupée et cultivée par un vilain (paysan libre), un colon ou un serf durant le Moyen Âge.

Elle s'oppose à la réserve qui est cultivée par les serfs (paysans non libres appartenant au seigneur) et dont le produit appartient au seigneur.

C'est une terre concédée par le seigneur au « tenancier »[2],[3]. C'est un mode de concession d'une terre.

Voir aussi

Articles connexes

Références

  1. Charles Guyot, Rapport sur l'état de l'agriculture en Lorraine, 1789-1889, Nancy, Impr. Centrale de l'est. Hinzelin et cie, 1889, p. 30.
  2. Le LITTRÉ. Le dictionnaire de références de la langue française en 26 volumes, volume 19 page 289 (ISBN 978-2-907488-81-5)
  3. HISTOIRE UNIVERSELLE. Édition HACHETTE, le Figaro Collections en 25 volumes, volume 10 page 116 (ISBN 2-35091-053-9)
  • Portail du droit
  • Portail du Moyen Âge
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.