Tiers parti (Second Empire)

Le Tiers Parti (terme utilisé dès 1864, et devenu très courant l’année suivante), ou le groupe « des conservateurs libéraux », est le parti républicain qui émerge vers 1863 et qui devient le plus important du Second Empire à la fin de la décennie.

Pour les articles homonymes, voir Tiers parti.

Il refuse l’opposition systématique des républicains et il accepte la dynastie mais rejette l’Empire autoritaire. On y trouve un noyau d’une quarantaine de députés que l’on peut diviser en quatre groupes :

  • des candidats officiels libéraux tels que Jules Brame, Eugène Chevandier de Valdrome.
  • des candidats qui gardent l’appui gouvernemental mais avec des idées cléricales et protectionnistes comme Kolb-Bernard, Plichon.
  • des indépendants de tendances orléanistes comme Buffet.
  • des indépendants de tendances républicaines comme Émile Ollivier.

Thiers reste en marge du tiers parti mais exerce une grande influence notamment grâce à ses amis qui en font partie, de plus la population française et le gouvernement n’est pas dupe du jeu de mot Thiers-tiers. Ce parti souhaite un régime d’ordre, l’Empereur les satisfait donc sur ce point puisque l’ordre n’est pas à ce moment menacé, mais il réclame aussi les libertés fondamentales. Dans la phase de l'Empire libéral, ce parti s'organise et progresse à chaque élection. Les législatives de 1869 les portent finalement au pouvoir, et Napoléon III désigne Émile Ollivier - membre du Tiers Parti rallié au compromis d'un Empire libéral - comme chef de son gouvernement, ce qui marque le triomphe du tiers parti.

  • Portail de la politique française
  • Portail du Second Empire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.