Toni Turek

Anton Turek, surnommé Toni Turek, né le à Duisbourg et mort le à Neuss, est un footballeur allemand.

Pour les articles homonymes, voir Turek.

Toni Turek

Statue de Turek à Düsseldorf.
Biographie
Nom Anton Turek
Nationalité Allemand
Naissance
Lieu Duisbourg
Décès
Lieu Neuss
Taille 1,81 m (5 11)
Poste Gardien de but
Parcours junior
Années Club
1929-1936 Duisburg SV
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1936-1941 TuS Duisburg 48/99
1941-1943 TSG Ulm 1846
1943-1946 TuS Duisburg 48/99
1946-1947 Eintracht Francfort 022 (0)
1947-1950 TSG Ulm 1846 065 (0)
1950-1955 Fortuna Düsseldorf133 (0)
1955-1956 Borussia M'gladbach004 (0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1950-1954 Allemagne de l’Ouest020 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Titulaire en équipe nationale au poste de gardien de but, il tient un rôle décisif lors de la première Coupe du monde remportée par son pays en 1954.

Biographie

Né à Duisbourg, Anton Turek découvre le football au Duisburg SV 1900 (de). Il y est repéré par le TuS Duisburg 48/99, un club important dans l'Allemagne d'alors, qui le fait venir en 1936, à 17 ans. Le club évolue en Gauliga Niederrhein, le championnat du Bas-Rhin. Il y reste jusqu'en 1946, à l'exception des saisons 1941-1942 et 1942-1943 où il porte les couleurs du TSG Ulm 1846, en Gauliga Württemberg. En 1946-1947 il évolue une saison à l'Eintracht Francfort (où il termine 3e de l'Oberliga Sud, une de ses meilleures performances en club[1]), puis retourne au TSG Ulm.

En 1950 il signe au Fortuna Düsseldorf, où il va rester cinq saisons, et fait en novembre de la même année ses débuts en sélection, à 31 ans, huit ans après le dernier match disputé par une équipe nationale allemande[2]. Un temps mis en concurrence avec Karl Adam (en), il reste finalement titulaire et attaque la Coupe du monde de football de 1954 comme n°1, alors qu'il est le joueur le plus âgé du tournoi. Il participe aux deux victoires contre la Turquie au premier tour mais n'est pas de la cinglante défaite face au fameux « Onze d'or hongrois » (3-8). Il tient bien sa place face à la Yougoslavie et l'Autriche, en quart et demi-finale, et se trouve logiquement titulaire lors de la finale où les Allemands retrouvent la Hongrie, invaincue depuis quatre ans[3]. Auteur de plusieurs arrêts de classe, notamment face à Nándor Hidegkuti, Turek est encensé par le commentateur radio allemand Herbert Zimmermann (en) qui s'exclame « Turek, du bist ein Fußballgott! » (en français : « Turek, tu es un Dieu du football ! »)[4],[5]. L'Allemagne l'emporte trois buts à deux, à la grande surprise des observateurs. Cet épisode est remémoré comme « Le Miracle de Berne »[6].

Turek devient une véritable légende du football allemand[réf. nécessaire]. Il honore sa 20e et dernière sélection en équipe nationale en octobre 1954 face à la France[2]. En 1955-1956, il réalise une dernière saison au Borussia Mönchengladbach avant de prendre sa retraite sportive.

Il quitte alors le monde du football et travaille pour la Rheinbahn à Düsseldorf. En 1973, il est victime d'un sévère problème de santé, qui le laisse paralysé des jambes. Il meurt en 1984, à 65 ans. En 2004, une place de Düsseldorf est nommée en son honneur[7]. En 2014, une statue de lui est dévoilée à proximité du nouveau stade de Düsseldorf, l'Esprit arena.

Palmarès

Statistiques

Statistiques individuelles de Toni Turek[1]
SaisonClubMatchsButs
1936-1941 TuS Duisburg 48/99??
1941-1943 TSG Ulm 1846??
1943-1946 TuS Duisburg 48/99??
1946-1947 Eintracht Francfort220
1947-1948 TSG Ulm 1846370
1948-1949 TSG Ulm 1846280
1949-1950 TSG Ulm 1846??
1950-1951 Fortuna Düsseldorf280
1951-1952 Fortuna Düsseldorf300
1952-1953 Fortuna Düsseldorf300
1953-1954 Fortuna Düsseldorf300
1954-1955 Fortuna Düsseldorf150
1955-1956 Borussia Mönchengladbach40

Biographies

  • Werner Raupp: Toni Turek - "Fußballgott". Eine Biographie, Hildesheim: Arete Verlag 2019 (1., durchgesehene Auflage).

Notes et références

  1. (en) « Fiche de Toni Turek », sur national-football-teams.com
  2. (en) « Fiche de Toni Turek », sur eu-football.info
  3. (en) « Fiche de Toni Turek », sur FIFA.com
  4. (de) « Viel Glück habe ich nicht gehabt », web.ard.de (consulté le 30 juin 2009)
  5. « Le Fortuna honore Toni Turek », So Foot.com,
  6. « Le miracle de Berne », Les Cahiers du football,
  7. (de) « Stadt wird nicht an Toni Turek erinnern », Rheinische Post, (consulté le 23 septembre 2014)

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de l’Allemagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.