Tourtière du Lac-Saint-Jean

La tourtière du Lac-Saint-Jean est un met folklorique québécois de la famille des tourtes. Dans le langage commun, surtout à l'extérieur du Saguenay–Lac-Saint-Jean, les termes « tourtière » et « pâté à la viande » sont parfois utilisés en tant que synonymes, car ils sont tous deux des cuissons à base de viande hachée (ex.: bœuf, veau et/ou porc) recouverte de pâte. Toutefois, la tourtière dite du Lac-St-Jean se diffère au moins par sa pâte plus épaisse, la présence de cubes de pomme de terre et de viandes et de bouillon, de même qu'elle prend généralement place dans un contenant bien plus large et profond. Dans ce cas, elle est donc préparée de manière à donner au minimum une dizaine de portions, ce qui la rend propice aux fêtes telles que celles de la fin décembre[1].

Pour les articles homonymes, voir Tourtière.

Tourtière du Québec

Lieu d’origine  Québec
Place dans le service mets principal
Température de service chaude

Cette tourtière se distingue également du cipaille de la Gaspésie par le fait que ce dernier possède plusieurs couches de pâte à l'intérieur du plat[1].

Historique

Contrairement à la croyance populaire, le nom « tourtière » ne vient pas de la tourte voyageuse, une espèce d'oiseau maintenant disparue. Son nom provient plutôt du plat dans lequel on la faisait cuire. La plus ancienne recette connue de tourte, ou tourtière, se trouve dans le Liber de Coquina du XIIIe siècle, la « Torta parmigiana », qui comportait au moins six étages de différents ingrédients. Elle descend en droite ligne[réf. souhaitée] du « Pisam fasilem » d’Apicius, un pâté en terrine où se superposaient grives, saucisses, jambons, pois, etc.

Noms

En Gaspésie et dans le Bas-Saint-Laurent, une variante est appelée cipaille. La tourtière est née du cipaille que les colons de la région de Charlevoix et de la Gaspésie transportaient dans leur besace lorsqu’ils sont venus s’installer dans leur nouveau royaume, le Lac-Saint-Jean, dit Jean-Pierre Lamasson dans son livre L’incroyable odyssée de la tourtière[2].

Variantes régionales

Au Québec, la définition d'une « tourtière » diffère d'une région à une autre, voire d'une personne à une autre. Généralement, dans toute la province, sauf le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la tourtière désigne uniquement la tourte de viande hachée sans pommes de terre. La tourtière du Lac-Saint-Jean étant plus près du cipaille que de la tourtière[3].

La tourtière du Lac-Saint-Jean peut aussi être constituée de viande de gibier lorsque disponible, soit de la perdrix, de l'orignal et/ou du lièvre. Sinon, il est commun de faire cette tourtière avec de la viande de boucherie telle que porc, bœuf et poulet macérée dans des oignons, ainsi que des pommes de terre en cube. Le tout est enrobé de pâte brisée.

Bas-Saint-Laurent et Gaspésie

Voir cipaille. Cette tourtière est souvent cuisinée à partir de trois viandes : le bœuf, le porc et le veau. Le goût est similaire à la tourtière traditionnelle du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Seule la texture est différente, de même que la présence de couches de pâte à l'intérieur du plat.

Galerie

Références

  1. Catherine Lefebvre  , « Tourtière ou pâté à la viande?   », sur La Presse, (consulté le 19 octobre 2018)
  2. L’incroyable odyssée de la tourtière.

Liens externes

  • Alimentation et gastronomie
  • Portail du Saguenay–Lac-Saint-Jean
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.