Traité de Bâle (5 avril 1795)

Le traité de Bâle, signé le , est un traité de paix entre la Première République française et le royaume de Prusse.

Pour les articles homonymes, voir Traité de Bâle.

Plus intéressé par le partage de la Pologne, porteur de promesses de butin, Frédéric-Guillaume II de Prusse décide de se retirer de la coalition anti-révolutionnaire menée par Léopold II, archiduc d'Autriche. La Prusse signe alors le traité de Bâle, par lequel elle abandonne à la France ses possessions à l'ouest du Rhin, c'est-à-dire le duché de Gueldre et l'ouest du duché de Clèves. En contrepartie, la France rend à la Prusse les territoires qu'elle a conquis à l'est du Rhin.

La France était représentée par son plénipotentiaire François Barthélemy, tandis que l'ambassadeur prussien était Karl August von Hardenberg.

Articles connexes

  • Portail du droit
  • Portail du XVIIIe siècle
  • Portail du Saint-Empire romain germanique
  • Portail de la France
  • Portail des relations internationales
  • Portail sur la paix
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.