Tramways électriques du pays de Charleroi et extensions

La société des Tramways électriques du Pays de Charleroi et extensions (TEPCE) est créée le [1] chez Maitre Van Halteren[2] notaire à Bruxelles, pour construire et exploiter des lignes de tramway électrique à voie métrique dans le Pays de Charleroi dans la province de Hainaut en Belgique

Tramways électriques du pays de Charleroi et extensions

Tramway sur la ligne 5 et autobus Brossel A88 DLH rue du Pont Neuf au carrefour avec le boulevard Tirou à Charleroi.

Création 1904
Disparition 31 décembre 1961
Successeur Société des transports intercommunaux de Charleroi

Cette société est une filiale de la compagnie des Railways économiques de Liège-Seraing et extensions affiliée au groupe Empain. La société disparait le 1er janvier 1962[3], absorbée par la Société des transports intercommunaux de Charleroi.

Histoire

Action au porteur de cent francs de 1929.

Le tramway urbain de la Charleroi est mis en service à la fin du XIXe siècle, la dernière ligne est supprimée en 1974. Il est exploité par les Railways économiques de Liège-Seraing et extensions qui en confie l'exploitation en créant une filiale, la société des Tramways électriques du pays de Charleroi et extensions (TEPCE). Celle-ci cède la place au à la Société des transports intercommunaux de Charleroi (STIC) qui exploite le réseau jusqu'à sa fermeture.

  1. Projet:Cartographie/Lignes de tramway de la province de Hainaut au 01/01/1950

Au , le réseau compte huit lignes :

Lignes

Lignes

  • ligne 1: Charleroi Sud – Sart - Allet
  • ligne 2: Charleroi Sud – Charleroi Nord – Gilly Quatre Bras – Gilly Taillis-Pres - Soleilmont, fermeture le
  • ligne 3: Charleroi sud - Gilly (Quatre-Bras), électrifiée le 4 juillet 1904[4].
  • ligne 4: Charleroi Sud – Charleroi Nord – Quatre Bras – Châtelineau Gare, fermeture le
  • ligne 6: Charleroi Sud - Montignies-Neuville -, fermeture en 1959[5]
  • ligne 7: Charleroi Sud – Charleroi Nord – Gilly (Quatre-Bras) – Gilly Taillis-Pres – Fleurus, fermeture le

5 Charleroi - Montignies

État au  : 5 Charleroi Sud - Montignies Place et 15 Charleroi Sud Châtelineau Place Wilson.

 : suppression.

6 Charleroi - Montignies

État au  : 6 Charleroi Sud - Montignies Trieu Kaisin.

 : suppression.





, tramway au terminus de Montignies-sur-Sambre Trieu Kaisin.

8 Charleroi - Châtelet

État au  : 8 Charleroi Nord - Châtelet Place de la Victoire.

 : suppression.

9 Jumet - Loverval

État au  : 9 Jumet Place Loriaux - Loverval.

 : suppression.

Matériel roulant

Motrice no 310 et remorque 12 préservées à la station Beaux-Arts du métro léger de Charleroi
Motrices
  • No 300 à 311, livrées par La Metallurgique à Nivelles, en 1930, puissance 2 x 65cv
  • No 401 à 425, livrées par Ateliers d'Ostende à Ostende, en 1942 et 1945, puissance 2 x 75cv
Remorques

Notes et sources

Bibliographie

Monographies

  • (en) Geoffrey Skelsey et Yves Laurent Hansart, Charleroi's trams since 1940 : Coal, steel and cornfields, Wokinham (Royaume-Uni), Light Rail Transit Association, , 112 p. (ISBN 978-0948106453, présentation en ligne)

Références

  1. http://christophe.lachenal.free.fr/francais/infos/gare_belgique/fr_gare_charleroi_sud.htm
  2. http://www.catawiki.fr/catalog/papiers-a-valeur/compagnies-d-emission/tramways-electriques-du-charleroi-et-extensions/1352569-tramways-electriques-du-charleroi-et-extensions-part-sociale
  3. « Le réseau carolorégien. Aperçu historique », sur PTVC - Histoire des "Petits Trams Verts de Charleroi" (consulté le 5 mars 2015)
  4. Michel Carly, Le Pays Noir de Simenon, Liège, Édition du Cefal, (ISBN 2-87130-052-6, lire en ligne), p. 83
  5. « En 1959, », sur PTVC - Histoire des "Petits Trams Verts de Charleroi" (consulté le 5 mars 2015)

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

  • Portail des transports en commun
  • Portail du chemin de fer
  • Portail des entreprises
  • Portail du Hainaut
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.