Transports publics fribourgeois

Les Transports publics fribourgeois (TPF, stylisé « tpf ») desservent le canton de Fribourg, de Vaud, de Berne et de Neuchâtel par un réseau ferroviaire, un réseau d'autobus et un réseau de bus urbain (dans les villes de Fribourg et Bulle). Une ligne de chemin de fer va même jusqu'à Neuchâtel via Morat et Ins.

Transports publics fribourgeois

Logo de Transports publics fribourgeois

Création 12 juillet 2000
Forme juridique SA
Slogan J'y vais en tpf !
Siège social Givisiez
 Suisse
Direction Vincent Ducrot
Actionnaires Canton de Fribourg (75 %)
Ville de Fribourg (16 %)
CFF (5 %)
Autres (4 %)
Activité Transport de voyageurs
exploitation ferroviaire
gestion d'infrastructure
Produits Trains régionaux
autobus interurbains
autobus et trolleybus urbains
Filiales TPF Infra (33,5 % TPF, 66,5 % Confédération)
TPF Trafic (100 %)
TPF Immobilier (100 %)
Effectif 847 collaborateurs
Site web tpf.ch

Historique

Les TPF sont le résultat d'une fusion entre les entreprises de transport fribourgeois et le GFM (Gruyère-Fribourg-Morat), en 2000.

En 2008, les TPF ont un chiffre d'affaires de 109 millions de francs suisses, avec un excédent de recette de 1 million et un peu plus de 600 collaborateurs. Le Canton de Fribourg possède 56,54 % des actions[1].

En 2013, les Transports Publics Fribourgeois ont transporté 28,4 millions de voyageurs pour un chiffres d'affaires total de 135 millions de francs.

L'entreprise employait environ 700 collaborateurs en 2015.

L'entreprise emploie 847 collaborateurs en 2017[2].

GFM

La compagnie GFM est née le 1er janvier 1942 de la fusion des anciennes compagnies de chemin de fer:

  • le chemin de fer Fribourg - Morat - Anet (FMA) le 1er mai 1903, voie normale électrifiée, formé de la compagnie Fribourg-Morat, mise en exploitation de la ligne le 23 août 1898, en traction à vapeur.
  • les chemins de fer électriques de la Gruyère (CEG), formés du Châtel-Palézieux, ouvert le 9 avril 1901 et Chatel - Bulle - Montbovon ouvert le 14 juillet 1904 entre Vuadens et Bulle et vers Montbovon le 21 septembre 1904
  • le chemin de fer Bulle-Romont (BR), mise en exploitation de la ligne le 1er juillet 1868, voie normale, d'abord en traction à vapeur puis électrique dès 1946.

Le réseau à voie métrique des GFM était relié :

Les GFM possédaient[Quand ?] l'un des plus importants réseaux d'autobus concessionnaires de Suisse[3].

Structure de l'entreprise

Les TPF sont organisés en une holding chapeautant trois filiales[4] :

  • Transports publics fribourgeois Infrastructure (TPF Infra), co-détenue avec la Confédération ;
  • Transports publics fribourgeois Trafic (TPF Trafic) ;
  • Transports publics fribourgeois Immobilier (TPF Immobilier).

Réseau

En 2018, le réseau des Transports publics fribourgeois mesure 1 303,6 km dont 176,3 km de chemin de fer et 1 044 km de bus régionaux (le solde étant réparti entre bus urbains et funiculaire)[5].

Lignes de chemins de fer

Automotrice BDe 4/4 pour la voie métrique

Quatre lignes de chemins de fer desservent les communes du canton. Les lignes MontbovonGruyèresBulleChâtel-Saint-DenisPalézieux et BulleBroc ont un écartement des voies métrique alors que les lignes BulleRomont – Fribourg (– Berne) et Fribourg – MurtenInsNeuchâtel / MurtenKerzers sont à voie normale.

Lignes de bus

Les lignes de bus TPF couvrent l'ensemble du canton de Fribourg. Au départ de la capitale cantonale, elles se dirigent notamment au nord vers Domdidier, le Lac Noir, Tavel, Planfayon, Schwarzenburg et Berne, au sud vers Bonnefontaine, Treyvaux et Bulle ou au centre vers Lentigny et Nierlet-les-Bois. Elles desservent Fribourg, Boltigen, Corbières, Moléson-sur-Gruyères, Grandvillard, Morlon, Jaun au départ de Bulle et Villarimboud, Farvagny, Bulle, Palézieux, Moudon, Prez-vers-Siviriez au départ de Romont. Diverses autres lignes lient deux communes, comme Gurmels - Murten, Domdidier - Portalban ou Estavayer-le-Lac - Châbles.

La ligne Vevey - Bossonnens / Châtel-St-Denis est exploitée en commun avec les Vevey-Montreux-Chillon-Villeneuve.

Réseaux urbains

Le réseau urbain se compose du réseau Agglo desservant l'agglomération de Fribourg et du réseau Mobul desservant l'agglomération de Bulle.

Réseau Agglo Fribourg

  • 1 Granges-Paccot, Portes-de-Fribourg - Marly, Gérine (trolleybus ou bus articulé)
  • 2 Fribourg, Schoenberg Dunant - Villars-sur-Glâne, Les Dailles (trolleybus)
  • 3 Givisiez, Jura Mon carmel - Fribourg, Pérolles Charmettes (trolleybus)
  • 4 Gare de Fribourg - Fribourg, Auge Sous-Pont (autobus)
  • 5 Fribourg, Torry Bonnefontaine - Nuitonie / Villars-sur-Glâne, Gare (autobus)
  • 6 Fribourg, Guintzet - Fribourg, Windig / Fribourg, Musy 4 (autobus)
  • 7 Gare de Fribourg - Fribourg, Cliniques Villa-Beau-Site (autobus)
  • 8 Gare de Fribourg - Chésopelloz, Champ-Montant (autobus)
  • 9 Fribourg, Pérolles Charmettes - Givisiez, La Faye (autobus)
  • 11 Gare de Fribourg - Rosé, Gare (autobus)
  • 12 (Circulaire) Guin (Düdingen) Bahnhof (autobus)
  • 100 Marly, Epinettes - Marly Innovation Center (MIC) (navette autonome)
  • F Pertuis - St-Pierre (funiculaire)

Réseau Mobul (Bulle)

201 La Tour-de-Trême - Riaz
202 Vuadens - Morlon
203 Gare - Planchy

Anciens tramways

De 1897 à 1965, les transports urbains étaient assurés en bonne partie par des tramways.

Projet

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les tpf développent en décembre 2014, la 2e étape du RER Fribourg/Freiburg entre Yverdon-Les-Bains - Estavayer-Le-Lac - Payerne - Grolley - Fribourg et entre Fribourg et Romont (cadence de toutes les 30 minutes sur ces 2 lignes)

En parallèle, le réseau de bus régional dans la région de la Broye Fribourgeoise (Estavayer-le-Lac) sera totalement remanié afin d'améliorer l'offre en transports publics avec l'arrivée du RER Fribourg|Freiburg.

En 2015-2018, plusieurs nouveautés devraient avoir lieu, notamment :

  • un nouveau centre de maintenance et d'exploitation sur la commune de Givisiez qui regrouperait l'administration, la maintenance des véhicules routiers des tpf (bus du réseau urbains Agglo et régionaux) et des trains à voie normale ;
  • le renouvellement de la flotte des véhicules à moteurs thermiques urbains de Fribourg, les Mercedes-Benz Citaro O530 (N° 383 à 387) et O530G (N° 582 à 589), qui est actuellement en cours ;
  • l'arrivée de nouvelles rames à trois éléments pour le réseau ferroviaire à voie métrique, construites par Stadler Rail SA, qui seront mises en service au changement d'horaire de décembre 2015.

Notes et références

  1. Le Temps, le 24 juin 2009
  2. « Présentation - TPF », sur www.tpf.ch (consulté le 29 septembre 2017)
  3. Les Chemins de fer privés suisses, Dr. Fritz Bandi, Éditions Avanti, 1978
  4. « Structure de l'entreprise », sur http://www.tpf.ch (consulté le 21 décembre 2017)
  5. « Réseaux - TPF », sur www.tpf.ch (consulté le 20 avril 2018)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Odile Lachenal « Vapeur en Gruyère » d'Odile LACHENAL, dans Voies Ferrées, n° 5, mai-juin 1981.
  • René Courant et Pascal BejuiLes, Trolleybus français , Presses et éditions ferroviaires, 1985.
    (pages sur la Suisse avec Fribourg)
  • Sébastien Jacobi, Fribourg en tram, à compte d'auteur, 1985.
  • Sylvain Meillasson, « Suisse - Spectaculaire conversion en vue de la ligne Bulle - Broc : Les TPF ont annoncé, le 3 mai 2014, la transformation complète de la ligne Bulle - Broc Fabrique. Aujourd'hui à voie métrique, cette infrastructure de 5,44 km passera à l'écartement standard européen d'ici 2020. L'alimentation (actuellement 900 V continu) sera, pour sa part, porté à 15 kV 2/3 hz. À l'avenir, le RER en provenance de Berne et de Fribourg n'auront plus comme terminus Bulle, mais une petite localité voisine, réputée pour sa production de chocolat », Rail Passion, no 201, , p. 48-49 (ISSN 2264-5411).
  • Portail des entreprises
  • Portail des transports en commun
  • Portail du chemin de fer en Suisse
  • Portail du canton de Fribourg
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.