Tremplin des Jeunes Charrues

Les Jeunes Charrues est un tremplin musical pour jeunes artistes organisé dans le cadre du festival des Vieilles Charrues à Carhaix (Finistère, Bretagne) de 1996 à 2013. Il est remplacé en 2014 par le dispositif Label Charrues qui permet d'accompagner plusieurs artistes.

The Red Goes Black, dernier lauréat du tremplin, sur la scène des Vieilles Charrues 2014.

Présentation

Ce tremplin offre un coup de projecteur sur les talents émergeant et contribue au développement artistique et scénique des projets musicaux en axant sur le cœur de métier du festival, les concerts. Lors de la finale, dans chacun des 10 territoires, quatre formations minimum y participent et la gagnante se produit lors du festival des Vieilles Charrues où le lauréat est désigné. Celui-ci ouvre le festival l'année suivante sur la deuxième plus grande scène baptisée Jack Kerouac[1]. En 2012, ils représentaient depuis le début plus de 450 groupes à avoir pu accéder à la scène de leur région d'origine[2].

Les soirées « Les Jeunes Charrues en concert » sont organisées dans les salles de concerts des différents "pays" (La Carène, L'Antipode MJC, l'Espace Glenmor, La Citrouille, Le Triskell...) avec le soutien d'associations, de structures et des bénévoles. Avant la grande finale, les 10 groupes disposent de partenariats (résidences avec des salles, pressage de CD et affiches, distribution en ligne) et d'un parcours de formation artistique et administrative, permettant le développement de leurs projets (environ quatre jours à Carhaix)[3].

Historique

Une sélection d'artistes bretons

Un essai a lieu en 1995 avec la présence sur scène le vendredi du groupe Soul Cactus. Une vraie sélection s'effectue parmi la scène locale par l'équipe de programmation l'année suivante mais c'est surtout à partir de 1998 que la formule est vraiment expérimentée. Ainsi, les Rostrenois de Khamelean eurent la lourde tâche d'inaugurer la scène Glenmor sur le nouveau site de Kerampuilh, devant plusieurs milliers de personnes à Carhaix. Petit à petit, les Jeunes Charrues sont devenues un véritable dispositif de tremplin, en s'améliorant d'année en année[4]. Le nombre important de candidatures témoigne de la vitalité de la scène musicale bretonne.

Un concours qui s'étend dans l'Ouest

Progressivement, la zone concernée a couvert la Bretagne et s'est étendue en 2001 jusqu'au pays nantais (c'est-à-dire la Bretagne historique), avec un petit débordement sur la Basse-Normandie (les départements de la Manche et du Calvados)[4]. Le territoire a été divisé en 10 zones s'inspirant des pays de Bretagne. Dans chacun de ses « pays », les Vieilles Charrues travaillent avec une structure (MJC, centre culturel, théâtre...) qui est leur interlocuteur et qui organise des éliminatoires en sélectionnant plusieurs groupes, qui s'étaient inscrit via l'envoi d'une cassette ou d'un CD dans les temps impartis. Le festival leur remet pour ce faire une enveloppe financière et prend en charge toute la communication autour de l'événement[5]. Le jury de pré-sélection fixe une date de concours et désigne le vainqueur de ces éliminatoires. Le but était de permettre à de jeunes groupes amateurs de jouer dans de bonnes conditions techniques, sur leur territoire et devant un public nombreux (les soirées devaient être gratuites).

Dix places en finale devant le public du festival

Jusqu'en 2001, les 10 vainqueurs se retrouvent pour une grande finale disputée en mai à Carhaix et le lauréat est programmé sur la scène Kerouac lors du festival, en juillet. En 1999, Loupous System Fonk se produit ainsi devant 12 000 festivaliers : un concert enregistré, mixé en Belgique, puis autoproduit et autodistribué sous forme de CD 4 titres[6]. Deux lauréats sont choisis en mai 2000 pour jouer au festival l'été suivant  : Jeanne Cherhal en tant que « coup de cœur » en plus de Simon Lenoir[1]. À partir de 2002, alors que le nombre de participants atteint les 800, les 10 finalistes s'affrontent devant le public du festival[7]. Ainsi, facilité par l'implantation de la scène Xavier-Grall, les dix groupes sont répartis sur les trois jours pour se produire devant le jury. En 2011, une scène spécialement dédiée aux Jeunes Charrues voit le jour[8].

Le Label Charrues, pour accompagner les artistes de demain

Le tremplin est remplacé en 2014 par le « Label Charrues ». Après sélection en amont des groupes retenus, l'organisation met à disposition des artistes un panel d’outils au service du développement de leur carrière (pré-production scénique coachée, communication, tournée en Bretagne...). Les résidences sont encadrées par des professionnels, avant d'ensuite partir en tournée, organisée dans des lieux partenaires[9].

Palmarès

Liste des lauréats depuis la création des Jeunes Charrues en 1996 :

Année Nom de l'artiste ou du groupe Pays représenté
1996The Guilt et Gwenc'hlanKreizh Breizh
1997pas de tremplin
1998Khaméléan (devenu Calico en 2003)Kreizh Breizh
1999Loupous System FonkBrest
2000Siméon Lenoir & Travel Music
(coup de cœur Jeanne Cherhal - Nantes)
Saint-Brieuc
2001KlaktonclownNantes
2002Hocus PocusNantes
2003New Paulette OrchestraCaen
2004Sheer KBrest
2005FDBDouarnenez
2006LugoRennes
2007Maïon et WennBrest
2008MicronologieNantes[10]
2009I ArkleSaint-Lô
2010The OctopusDouarnenez
2011Jesus Christ Fashion BarbeCaen
2012MermonteRennes
2013The Red Goes BlackCornouaille

Label Charrues

Année Nom des artistes sélectionnés
2014Totorro, Falabella, The Same Old Band
2015Krismenn & AleM, Fragments
2016 Ladylike Lily, Alan Corbel
2017 Colorado, Sônge
2018

Notes et références

  1. Les Vieilles Charrues, 2011, p. 179
  2. Site officiel
  3. Les Vieilles Charrues, 2011, p. 177
  4. Les Vieilles Charrues, 2011, p. 176
  5. Gorgiard 2002, p. 125
  6. Gorgiard 2002, p. 127
  7. Gorgiard 2002, p. 126
  8. Charrues. Du neuf avec des Vieilles, Le Télégramme, 14 juillet 2011
  9. Dominique Morvan, « Vieilles Charrues. Place aux talents de demain », Le Telegramme, (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2017)
  10. Thierry Dilasser, Jeunes Charrues. Un tremplin pour décoller dès samedi soir, Le Télégramme, 23 avril 2009

Voir aussi

Bibliographie

  • Ronan Gorgiard, Festival des Vieilles Charrues : 10 ans de labour, An Here, , 143 p. (ISBN 2-86843-225-5), p. 125-127
  • Collectif et Yves Colin (dir.), Les Vieilles Charrues : An erer kozh, Spézet, Coop Breizh, , 207 p., p. 176-179
  • Dossier de presse 2010

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la musique
  • Portail de la Bretagne
  • Portail du Finistère
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.