Trichomya hirsuta

Trichomya hirsuta est une espèce de mollusques bivalves endémique du sud et de l'est de l'Australie. Il s'agit de l'unique représentant du genre Trychomya dans la famille des Mytilidae.

Description

Trichomya hirsuta peut atteindre une taille d'environ 55 mm. La valve inférieure est couverte d'une dense couche de poils[3].

Distribution et habitat

Trichomya hirsuta vit le long des côtes de Tasmanie du sud et de l'est de l'Australie, au nord jusqu'à Cairns. Il vit sur des récifs exposés et parmi les rochers et les algues dans les zones intertidale et subtidale, s'attachant à des surfaces dures grâce à ses byssus[4]. C'est un important constituant de la faune du fond marin, où ses peuplements denses forment des abris pour d'autres espèces[5].

Recherche

Trichomya hirsuta est un composant important de la mégafaune du lac Macquarie, en Nouvelle-Galles du Sud. Ses peuplements denses peuvent s'incruster aux tuyaux et autres structures submergées. Il peut supporter de bas niveaux d'oxygène dissout dans l'eau.

Les bivalves ont tendance à accumuler dans leurs tissus des polluants des eaux environnantes, et peuvent donc être utilisés comme bioindicateurs. Une étude de neuf espèces différentes de mollusques trouvés dans les eaux marines tropicales a montré que Trichomya hirsuta était la mieux adaptée pour contrôler le niveau de pollution[6]. En effet l'espèce reflète dans ses tissus les niveaux de métaux lourds (Pb, Cd, Cu, Zn, Co, Ni et Ag) de son environnement[6].

Notes et références

  1. World Register of Marine Species, consulté le 10 décembre 2018
  2. Catalogue of Life, consulté le 24 octobre 2013
  3. Hairy mussel: Trichomya hirsuta NSW Government: Fishing and Aquaculture. Consulté le 21 mai 2012.
  4. Mytilidae: Trichomya hirsuta (Lamarck, 1819) ('hairy mussel') Molluscs of Tasmania. Retrieved 2012-05-21.
  5. Wallis, R. L., « Some aspects of the thermal tolerance of Trichomya hirsuta (Mollusca: Bivalvia) of Eastern Australia », Marine Biology, vol. 43, no 3, , p. 217–223 (DOI 10.1007/BF00402314, lire en ligne)
  6. Klumpp, D. W.; Burdon-Jones, C., « Investigations of the potential of bivalve molluscs as indicators of heavy metal levels in tropical marine waters », Australian Journal of Marine and Freshwater Research, vol. 32, no 2, , p. 285–300 (DOI 10.1071/MF9820285, lire en ligne)

Liens externes

  • Portail de la malacologie et des mollusques
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.