Turkmène

Le turkmène est une langue appartenant au groupe des langues turques parlée par plus de six millions de personnes en Asie centrale, principalement au Turkménistan, où il est la langue nationale, et dans les pays voisins (Iran, Afghanistan…).

Cet article concerne la langue turkmène. Pour le peuple turkmène, voir Turkmènes.

Turkmène
Türkmen dili
Pays Turkménistan, Afghanistan, Turquie, Iran, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kazakhstan, Irak, Syrie
Nombre de locuteurs 6 500 000 (1995)
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Turkménistan
Codes de langue
ISO 639-1 tk
ISO 639-2 tuk
ISO 639-3 tuk
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF tk
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme (voir le texte en français)
Hemme adamlar öz mertebesi we hukuklary boýunça deň ýagdaýda dünýä inyärler. Olara aň hem wyždan berlendir we olar bir-birleri bilen doganlyk ruhundaky garaýyşda bolmalydyrlar.

Prononciation et écriture

Alphabet

Le turkmène a été écrit avec un alphabet arabe adapté, puis avec un alphabet latin jusqu’en 1940. L’État soviétique force alors l’adoption d’une variante de l’alphabet cyrillique pour l’écriture du turkmène. Depuis le 1er janvier 1997, l’alphabet officiel est une variante de l’alphabet latin avec quelques diacritiques[1], proche de celui du turc.

Alphabet turkème
Lettres latines Lettre cyrillique Prononciation
A a А а [a(ː)]
B b Б б [b]
Ç ç Ч ч [t͡ʃ]
D d Д д [d]
E e Е е [(j)e]
Ä ä Ә ә [æ(ː)]
F f Ф ф [ɸ]
G g Г г [ɡ], [ʁ]
H h Х х [h], [x]
I i И и [i(ː)]
J j Җ җ [d͡ʒ]
Ž ž Ж ж [ʒ]
K k К к [k], [q]
L l Л л [l]
M m М м [m]
N n Н н [n]
Ň ň Ң ң [ŋ]
O o О о [o(ː)]
Ö ö Ө ө [ø(ː)]
P p П п [p]
R r Р р [r]
S s С с [θ], [s]
Ş ş Ш ш [ʃ]
T t Т т [t]
U u У у [u(ː)]
Ü ü Ү ү [y(ː)]
W w В в [β]
Y y Ы ы [ɯ(ː)]
Ý ý Й й [j]
Z z З з [ð], [z]

L’alphabet cyrillique turkmène utilisait également les lettres Ё, Э, Ю, Я (correspondant à ýo, e, ýu, ýa), ainsi que Ц, Щ, Ъ et Ь dans des mots empruntés au russe.

Harmonie vocalique

L’harmonie vocalique, commune à la plupart des langues turques, est présente en turkmène[2]. Selon ce principe, les voyelles sont séparées en deux classes : les voyelles claires (ä, e, i, ö, ü) et les voyelles sombres (a, y, o, u). En principe, il ne peut y avoir que des voyelles d’une seule classe au sein d’un même mot ; pour cette raison, les suffixes ont généralement au moins deux formes. Ainsi, le suffixe du pluriel peut être -lar ou -ler : guş (« oiseau ») donne guşlar et gün (« jour ») donne günler.

Certains suffixes peuvent avoir quatre voyelles différentes : c’est par exemple le cas du suffixe possessif de la première personne du singulier qui a les formes suivantes (s’il est ajouté à un mot qui se termine par une consonne)[3] :

  • -ym après a ou y,
  • -im après ä, e ou i,
  • -üm après ö ou ü,
  • -um après o ou u.

L’harmonie vocalique souffre de nombreuses exceptions, en raison des nombreux mots empruntés au persan, à l’arabe et au russe (par exemple kitap, « livre », issu de l’arabe, comporte une voyelle claire et une sombre). Dans ce cas, c’est la dernière voyelle qui est prise en compte pour le choix des suffixes (kitaplar).

Assimilation

Les consonnes voisées s’assourdissent en fin de mot ou de syllabe : -b devient -p, -d devient -t, etc. En revanche, les consonnes -p, -t, -k et se voisent devant un suffixe commençant par une voyelle longue (dans les mots mono- et dissyllabique) : at (« nom ») donne adym (« mon nom »)[4].

Les suites de lettres zd et nd (qui peuvent apparaître lors de l’ajout d’un suffixe) se prononcent respectivement zz et nn[5].

Grammaire

Le turkmène, comme les autres langues turques, est une langue agglutinante qui utilise de nombreux suffixes. Il n’a pas de genre grammatical mais il distingue le singulier et le pluriel. Il possède six cas : nominatif, accusatif, datif, génitif, locatif, ablatif.

Noms

Comme dit précédemment, les suffixes du pluriel sont -lar ou bien -ler. Dans les mots se terminant par -i ou -y, la dernière voyelle devient ou -u : süri (« troupeau ») devient sürüler[6].

Suffixes possessifs

En turkmène, la possession est indiquée par un suffixe qui s’ajoute à l’objet possédé[3],[7]. Ces suffixes ont plusieurs formes : quand le mot se termine par une consonne, le suffixe commence par une voyelle et inversement.

Suffixes possessifs en turkmène
PersonneSingulierPluriel
1re -m
-im/-ym/-um/-üm
-miz/-myz
-imiz/-ymyz/-umyz/-ümiz
2e
-iň/-yň/-uň/-üň
-ňiz/-ňyz
-iňiz/-yňyz/-uňyz/-üňiz
3e -si/-sy
-i/-y

Le suffixe possessif se place après le suffixe du pluriel, le cas échéant. Dans un mot qui se termine par -e, cette voyelle est remplacée par -ä- aux première et deuxième personnes. Quelques exemples :

  • öý : « maison » → öýüň : « ta maison » ;
  • gül : « fleur » → gülleri : « ses fleurs » ou « leurs fleurs » ;
  • köçe : « rue » → köçämiz : « notre rue » ;
  • dost : « ami » → dostum : « mon ami ».

Suffixes de cas

Les cas sont indiqués par des suffixes attachés aux noms. Ces suffixes ont eux aussi plusieurs formes, selon l’harmonie vocalique et la dernière lettre du mot[8].

Suffixes de cas en turkmène
CasSuffixe
Nominatif
Accusatif -i/-y
-ni/-ny
Datif -a/-ä/-e
Génitif -iň/-yň/-uň/-üň
-niň/-nyň/-nuň/-nüň
Locatif -da/-de
Ablatif -dan/-den

Certains cas provoquent des changements dans le radical :

  • un -e en fin de mot devient -ä- devant les terminaisons de l’accusatif et du génitif ;
  • dans les mots dissyllabiques, -i et -y deviennent -ü- et -u- devant le suffixe de l’ablatif ;
  • au datif, si le mot se termine par -e, ou -i, la terminaison est ; -y devient -a et les autres voyelles sont inchangées.
Exemples de mots déclinés
Sens« main »« veau »« montagne »
NombreSingulierPlurielSingulierPlurielSingulierPluriel
Nominatif elellergölegölelerdagdaglar
Accusatif eliellerigölänigöleleridagydaglary
Datif eleelleregölägöleleredagadaglara
Génitif eliňelleriňgöläniňgöleleriňdagyňdaglaryň
Locatif eldeellerdegöledegölelerdedagdadaglarda
Ablatif eldenellerdengöledengölelerdendagdandaglardan

Vocabulaire

Pronoms personnels

Le turkmène a six pronoms personnels. Le pronom siz est équivalent au « vous » français : il permet de s’adresser à plusieurs personnes et de vouvoyer[9].

Pronoms personnels turkmènes
NombreSingulierPluriel
Personne1re2e3e1re2e3e
Nominatif mensenolbizsizolar
Accusatif menisenionybizisiziolary
Datif maňasaňaoňabizesizeolara
Génitif meniňseniňonuňbiziňsiziňolaryň
Locatif mendesendeondabizdesizdeolarda
Ablatif mendensendenondanbizdensizdenolardan

Numéraux

Numéraux cardinaux en turkmène
1bir10on100bir ýüz
2iki20ýigrimi200iki ýüz
3üç30otuz1 000bir müň
4dört40kyrk1 000 000million
5bäş50elli1 000 000 000milliard
6alty60altmyş0nol
7ýedi70ýetmiş
8sekiz80segsen
9dokuz90togsan

Les nombres se forment en juxtaposant ces numéraux : on bir (11), otuz üç (33), ýetmiş dört (74), etc[10].

Couleurs

FrançaisTurkmène
noirgara
bleugök
marrongoňur, mele
grisçal
vertýaşyl
orangenarynç, mämişi
rosegülgün
violetbenewşe, melewşe
rougegyzyl
blancak
jaunesary

Expressions courantes

FrançaisTurkmène
ouihawa
nonýok
au revoirsag boluň, hoş
bonjourertiriňiz haýyrly bolsun
bonsoiragşamyňyz haýyrly bolsun
bonne nuitgijäňiz rahat bolsun
s'il vous plaît-aý/-äý [note 1]
mercisag boluň
Parlez-vous anglais ?Siz iňlis dilinde gepleýärsiňizmi ?
Je ne parle pas turkmèneMen türkmen dilinde geplemeýärin
Qu'est-ce que ça veut dire ?Munuň manysy näme ?
  1. -aý/-äý sont des suffixes verbaux, comme on peut le voir dans "Maňa beräý!" (s'il vous plait, donnez-le moi).

Notes et références

  1. Blacher 2002, p. 21
  2. Blacher 2002, p. 24–25
  3. Грунина 2005, p. 36–37
  4. Blacher 2002, p. 25-26
  5. Грунина 2005, p. 35
  6. Blacher 2002, p. 29
  7. Blacher 2002, p. 29–31
  8. Blacher 2002, p. 35–39
  9. Blacher 2002, p. 40–41
  10. Blacher 2002, p. 51–52

Bibliographie

  • Philippe-Schmerka Blacher, Parlons turkmène. Türkmençe gepleýäris, Paris, L’Harmattan, , 232 p. (ISBN 2-7475-2683-6, présentation en ligne)
  • (ru) Б. Чарыяpoв et Назаров О., « Туркменcкий язык », dans Э. Р. Тенишев, Е.А. Поцелуевский, И. В. Кормушин, Языки мира: Тюркские языки, Moscou, (ISBN 5-85759-061-2), pp. 412–426
  • (ru) Э. А. Грунина, Туркменcкий язык, Moscou, Восточная литература, , 288 p. (ISBN 5-02-018455-1)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail du Turkménistan
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.