Unami

L'unami (ou lenape, lenni-lenape) est une langue algonquienne éteinte, appartenant aux langues delaware au même titre que le munsee. Elle fut parlée par le peuple amérindien lenapes dans les régions aujourd'hui appelées New Jersey, Pennsylvanie et – plus tard – Oklahoma. Ses locuteurs ont par la suite adopté l'anglais. Néanmoins, en 2000, il y a 310 personnes qui la parlent plus ou moins couramment comme langue secondaire chez elles[1].

Pour les articles homonymes, voir Lenape.

Unami
Pays États-Unis
Région New Jersey, Pennsylvanie, Oklahoma
Nombre de locuteurs langue secondaire : 310 (2000)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 unm
Étendue langue individuelle
Type langue éteinte
IETF unm
Carte

Carte montrant les frontières aborigènes des territoires du Delaware.
Le territoire munsee est la zone plus claire au Nord, le territoire unami au Sud.

Étymologie

Lenape vient de /lənaːpːe/, un mot du dialecte lenape dont une traduction littérale serait : « la vraie personne »[2],[3]. Les noms donnés par les Lenape à la région qu'ils habitent étaient Scheyichbi, ce qui signifie « le lieu au bord de l'océan », et Lenapehoking, traduisible par « le lieu où les gens vivent ». Ce dernier mot n'est pas universellement reconnu comme historiquement exact[4].

Conservation de la langue

L'Ordre de la flèche, un groupe affilié aux Boy Scouts of America, tente de protéger des légendes et certains éléments de langage de la tribu lenape. De nombreuses divisions locales ont cependant choisi de ne pas imiter les coutumes lenapes seules, et les mêlent à celles de tribus très différentes, telles que les Cherokee.

Une version moderne du dialecte unami du sud, appelée delaware de l'ouest, est enseignée à la tribu delaware des indiens d'Oklahoma. Des cassettes audio de locuteurs natifs ainsi que des leçons écrites sont disponibles à la vente pour tenter de préserver la langue.

La langue telle qu'elle était parlée en Pennsylvanie au XVIIIe siècle a été décrite par le missionnaire John Heckewelder[5].

Prononciation

Les langues delaware ont des consonnes occlusives longues et courtes contrastées ainsi que des consonnes fricatives. La phonétique des consonnes unami est complexe. Plusieurs analyses ont été proposées, aucune d'entre elles ne couvrant de manière complète le statut des consonnes longues. Dans certains contextes, des règles prévoient le rallongement des consonnes. Les consonnes longues permettent, par contraste avec les courtes, de différencier certaines paires de mots[6].

Le tiret haut /·/ indique la longueur de la consonne ou voyelle précédente.

Consonnes et voyelles

Consonnes
Bilabiales Dentales Post-alvéolaires Vélaires Glottales
Occlusives p t č k
Occlusives longues č·
Fricatives s š x h
Fricatives longues š·
Nasales m n
Latérales l
Semi-voyelles w y

Les voyelles unami sont organisées, dans ce tableau, en paires contrastées courtes/longues[6]. Une asymétrie est due au couplage du /u/ court avec le /o·/ long.

Voyelles
Antérieures Centrales Postérieures
Fermées i u
Fermées longues
Moyennes e ə ɔ
Moyennes longues ə· ɔ·
Ouvertes a
Ouvertes longues

Notes et références

  1. Ethnologue [unm].
  2. Mot composé de /lən/-, « original, vrai, ordinaire » + /-aːpːe/, « personne »
  3. Bright 2004, p. 251.
  4. Lenape Lifeways.
  5. Heckewelder 2009.
  6. Goddard 1979.

Voir aussi

Article connexe

Bibliographie

  • (en) William Bright, Native American Placenames of the United States, University of Oklahoma Press, , 600 p. (ISBN 0806135980 et 9780806135984, présentation en ligne, lire en ligne).
  • (en) John Heckewelder, History, Manners and Customs of the Indian Nations : Who Once Inhabited Pennsylvania and the Neighbouring States, Heritage Books, , 450 p. (ISBN 1556134118 et 9781556134111, présentation en ligne).
  • (en) Ives Goddard, Delaware Verbal Morphology : A Descriptive and Comparative Study, Garland, , 200 p. (ISBN 0824096851 et 9780824096854, présentation en ligne).

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail des Nord-Amérindiens
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.