Union démocrate magyare de Roumanie

L’Union démocrate magyare de Roumanie (en roumain Uniunea Democrată Maghiară din România, abrégé en UDMR et en hongrois Romániai Magyar Demokrata Szövetség, abrégé en RMDSz) est un parti politique ethnique représentant, comme son nom l'indique, les Hongrois de Roumanie. L'UDMR est membre du Parti populaire européen depuis mars 1998[2].

Union démocrate magyare de Roumanie
(ro) Uniunea Democrată Maghiară din România
(hu) Romániai Magyar Demokrata Szövetség

Logotype officiel.
Présentation
Président Hunor Kelemen
Fondation
Siège Strada Republicii nr. 60
Cluj-Napoca
Strada Alexandru Pușkin nr. 5
Bucarest
Positionnement Centre droit
Idéologie Défense des droits des Hongrois de Roumanie[1]
Libéral-conservatisme
Régionalisme
Europhilie
Affiliation européenne Parti populaire européen
Affiliation internationale Internationale démocrate centriste
Couleurs Rouge, blanc et vert
Site web http://www.rmdsz.ro/
Présidents de groupe
Chambre des députés András-Levente Máté
Sénat Béla Markó
Parlement européen Manfred Weber (PPE)
Représentation
Députés
21 / 329
Sénateurs
9 / 136
Députés européens
2 / 32

Histoire

L'Union démocrate magyare de Roumanie a été fondée le 25 décembre 1989, au moment de la chute du régime communiste de Nicolae Ceaușescu. Depuis les premières élections démocratiques en 1990, elle a obtenu à chaque scrutin une vingtaine de sièges à la Chambre des députés et une dizaine au Sénat.

À l'instar de son homologue le Mouvement des droits et des libertés de la minorité turque de Bulgarie, l'UDMR est considérée comme l'ennemi numéro un par l'extrême droite nationaliste roumaine (Parti de l'unité nationale roumaine, Parti de la Grande Roumanie, Parti Roumanie unie) qui l'accuse notamment d'attitude revancharde quant aux conséquences du traité de Trianon, voire d'irrédentisme pan-hungariste, autrement dit de vouloir rattacher à la Hongrie des territoires roumains peuplés en majorité de Hongrois (102 000 km2). L'irrédentisme ne fait pourtant pas partie du projet politique de l'UDMR, davantage orientée vers la reconnaissance des droits civiques et linguistiques et l'autonomie culturelle du Pays sicule, telle qu'elle existait avant l'arrivée au pouvoir de Nicolae Ceaușescu[réf. nécessaire].

Parti défendant les intérêts d'une minorité ethnique et ayant donc vocation à participer au pouvoir dans cette perspective, l'UDMR a à de nombreuses reprises intégré des gouvernements, de droite comme de gauche.

Doctrine

Le parti est considéré comme le représentant de la communauté hongroise de Roumanie, car il est la plus grande force politique des Hongrois en Roumanie. Il se déclare représentant des intérêts des Sicules.

L'UDMR soutient l'utilisation de la langue maternelle dans la vie politique, le développement d'un système scolaire hongrois et l'autonomie locale sur une base ethnique. L’autonomie culturelle est fortement soutenue par les chefs successifs du parti, de même que l’autonomie du pays sicule.

Dans les points principaux du programme du parti figure aussi la nécessité d'intégrer la Roumanie dans la construction européenne et de consolider l'économie de marché.

Dirigeants

Présidents

Nom Mandat Remarque
Géza Domokos
(1928-2007)
-
Béla Markó
(1951- )
- Vice-Premier ministre
-
Hunor Kelemen
(1967- )
- Ministre de la Culture
-

Résultats électoraux

Élections parlementaires

Année Chambre des députés Sénat Gouvernement
Voix % Mandats % Mandats
1990 991 601 7,2
29 / 396
7,2
11 / 119
Opposition
1992 811 290
7,5
27 / 341
7,6
11 / 143
Opposition
1996 812 628 6,6
25 / 343
6,8
11 / 143
Ciorbea (1996-1998), Vasile (1998-1999), Isărescu (1999-2000)
2000 736 863 6,8
26 / 345
6,9
12 / 140
Soutient externe
2004 628 125 6,2
22 / 332
6,2
10 / 137
Popescu-Tăriceanu
2008 425 008 6,2
22 / 334
6,4
10 / 147
Opposition (2008-2009), Boc II (2009-2012), Ungureanu (2012), opposition (2012)
2012 380 656 5,2
18 / 412
5,3
9 / 176
Opposition (2012-2014), Ponta III (2014), opposition (2014-2015), soutien externe (2015-2017)
2016 435 969 6,2
21 / 329
6,2
9 / 136
Soutien externe (2017-2019), opposition (2019), soutien externe (depuis 2019)

Élections présidentielles

Année Candidat 1er tour
Voix %
1996 György Frunda 761 411 6,0 %
2000 György Frunda 696 989
6,2 %
2004 Béla Markó 533 446 5,1 %
2009 Hunor Kelemen 372 761 3,8 %
2014 Hunor Kelemen 329 727 3,5 %
2019 Hunor Kelemen 357 014 3,9 %

Élections européennes

Année Voix Mandats Rang Tête de liste Groupe
2007 5,5 %
2 / 35
5eGyörgy FrundaPPE
2009 8,9 %
3 / 33
4eLászló TőkésPPE
2014 6,3 %
2 / 32
5eIuliu WinklerPPE
2019 5,4 %
2 / 32
6eIuliu WinklerPPE

Élections dans les județe

Année Voix % Conseillers Présidents
1996 602 561 7,05
133 / 1 642
2000 512 413 6,27
91 / 1 718
2004 513 165 5,67
112 / 1 436
5 / 41
2008 429 329 5,13
89 / 1 393
4 / 41
2012 491 864 5,07
88 / 1 393
2 / 41
2016 390 321 4,66
95 / 1 436
4 / 41

Élections municipales

Lors des élections municipales de 1996, elle a fait élire 121 maires, 133 conseillers de districts et 2 409 conseillers municipaux. En juin 2004, l'UDMR a remporté 38 mairies sur 1828 et a totalisé 126 769 voix. En perte de vitesse, l'UDMR subit depuis 2008 la concurrence du Parti civique magyar dans la représentation des minorités magyares de Roumanie.

Notes et références

  1. (en) Wolfram Nordsieck, « Romania », sur parties-and-elections.eu (consulté le 8 octobre 2015).
  2. (en) « EPP Romania - Democratic Union of Hungarians in Romania », sur Site du PPE (consulté le 10 février 2015)

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Lien externe

  • Portail de la politique
  • Portail de la Roumanie
  • Portail de la Hongrie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.