Véronique Colucci

Véronique Colucci, née Véronique Kantor le à Saint-Mandé et morte le à Paris[1], est une personnalité française de l'aide humanitaire, présidente d'honneur et administratrice des Restaurants du cœur après la mort de son ex-époux Coluche.

Pour les articles homonymes, voir Colucci.
Véronique Colucci
Fonction
Présidente
Les Restos du Cœur
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 69 ans)
Paris
Nom de naissance
Véronique Flora Madeleine Kantor
Nationalité
Activité
Administratrice
Conjoint
Coluche (de à )
Enfants
Autres informations
Distinction

Biographie

Véronique Kantor est la fille de Stéphane Kantor (mort le 4 décembre 1999), chirurgien, et d’Andrée Catherine Kantor. Elle passe son enfance à Saint-Mandé[2], commune dont elle est originaire[3].

Elle est la nièce du peintre Bernard Cathelin (1919-2004)[4], et petite-nièce d'André Terrail (1877-1947), fondateur de l'hôtel George V et du restaurant la Tour d'Argent.

Véronique est en terminale au Lycée Rodin[5], rue Corvisart à Paris, dans le 13 arrondissement, en Mai 68. Le Lycée Rodin est alors actif dans la réflexion sur la culture, pour introduire la danse dans l’enseignement de la musique, car « l’expression corporelle […] a été jusqu’à présent une discipline totalement inconnue, et qui serait extrêmement bénéfique pour le développement et la personnalité de l’élève »[6]. C'est aussi un des sept lycées qui a voté une grève contre la Réforme Fouchet des universités[7], même si son proviseur s'y oppose.

Véronique va ensuite étudier la psychologie à Censier et devenir dès 1969 journaliste pigiste aux services culture du Figaro et du quotidien Combat. « Dans l'euphorie de Mai 68 » et rencontre à cette occasion Michel Colucci dans le cadre d'un article pour Combat sur le Café de la Gare[8], qui vient d'ouvrir avec Romain Bouteille et Coluche, avant de revenir danser avec lui, et d'être séduite[9].

Petit atelier de réparation de moteurs au départ, le lieu avait été baptisé le Café de la Gare quand il ouvre ses portes en 1969 et que d'autres artistes débutants les y rejoignent : Miou-Miou, qui avait rencontré Coluche l'année précédente lors d'un bal parisien place de la Contrescarpe[10], mais aussi Gérard Depardieu, Patrick Dewaere, ou encore le chanteur Renaud.

Véronique continue par ailleurs à écrire pour Combat, sur des sujets sociaux aussi, comme les immigrants portugais de la banlieue, les 21 et 22 février 1970[11].

Elle épouse Coluche le 16 octobre 1975[12], et le couple a deux fils, Romain Colucci (né en 1972) et Marius Colucci (né en 1976), acteur, dont postérité[13]. En 1980, Maurice Najman a ramené, un soir, à la maison de Coluche et Véronique, rue Gazan[14], le psychologue Félix Guattari, qui va ensuite réunir un groupe d'intellectuels pour une pétition de soutien à l'humoriste, pour sa candidature à l'élection présidentielle française de 1981, parue dans Les Nouvelles littéraires du 13 novembre 1980 puis dans Libération[15].

Elle divorce de Coluche en 1981[16].

Administratrice des Restos du cœur

Après la mort de son ex-mari, le , Véronique Colucci reprend sa suite et devient administratrice des Restos du cœur.

Après la mort de Coluche, elle a entamé, avec ses deux fils, une bataille judiciaire longue de vingt ans à l'encontre de Paul Lederman, l'ancien imprésario de son ex-mari, qu'ils soupçonnent de les avoir spoliés des droits audiovisuels des sketchs de leur père et mari. La cour d'appel de Paris leur a donné raison en , condamnant le producteur à verser à la famille plus de 400 000 euros d'arriérés de redevances pour une série de 12 sketchs[17].

En 1989, elle lance la première tournée des Enfoirés[18] avec Jean-Jacques Goldman.

Elle est par ailleurs membre de section du conseil économique, social et environnemental.

Mort et obsèques

Elle meurt le des suites d'un cancer[19]. Son décès provoque de nombreux hommages[20], soulignant son action et son engagement[21].

Ses obsèques se déroulent le , suivie de l'inhumation au cimetière de Montrouge, aux côtés de son ex-époux Coluche.

De nombreuses personnalités y assistent, notamment Jean-Jacques Goldman, qui lit un discours d'adieu, Eddy Mitchell, Philippe Gildas, Jean-François Piège, Agnès Soral, Maxime Le Forestier, Grégoire, Rama Yade, Bénabar, Amel Bent, Gérard Jugnot, Patrick Bruel et Pascal Obispo.

Décorations

Notes et références

  1. Journal Le Monde, édition no 22783 du 12 avril 2018 - disparitions et carnet, page 21.
  2. « Véronique Colucci : Biographie », sur Gala (consulté le 7 avril 2018)
  3. « La mort de Véronique Colucci, ex-présidente des Restos du cœur », sur Le Monde, (consulté le 7 avril 2018)
  4. https://www.ledauphine.com/.../veronique-colucci-l-ex-femme-de-coluche-est-decede...
  5. "1981, la candidature Coluche lance le vote de crise" par Valentine Pasquesoone dans Slate du 29 mars 2012
  6. "La problématisation de la participation à travers l'histoire de la gouvernementalité", par Pierre Sauvêtre, dans la revue Participations en 2013
  7. "Mai dix-neuf cent soixante-huit", page 100, par Wolfgang Drost, et Ingrid Eichelberg, 1986
  8. « Véronique Colucci, le cœur à l'ouvrage », Paris Match, (consulté le 7 avril 2018)
  9. "Véronique Colucci, c’était la maman des Enfoirés", le 7 avril 2018 dans Le Parisien
  10. "Coluche : qui sont les femmes de sa vie ?" par Olivier Rajchman dans Téléstar du 9 juin 2016
  11. "Portugais à Champigny, le temps des baraques", par Marie-Christine Volovitch-Tavares, 1995, page 49
  12. Philippe Boggio, Coluche, Flammarion, 1991 (ISBN 978-2-0806-6347-4), p. 92.
  13. Le Monde, édition du 12 avril 2018, précité.
  14. "Coluche" par Philippe Boggio - 1992
  15. Grégory Bozonnet, La candidature de Coluche dans la presse, quand les mots dessinent l’identité des journaux. (mémoire de fin d'études), IEP de LyonUniversité Lumière Lyon-2, (lire en ligne)
  16. « Véronique Colucci et Coluche, un couple au coeur des Restos », Paris Match, (consulté le 7 avril 2018)
  17. « Paul Lederman: Les fils de Coluche remportent leur bataille judiciaire contre le producteur », sur www.20minutes.fr (consulté le 9 avril 2018)
  18. Valentine Arama, « Véronique Colucci, l'ex-femme de Coluche, est décédée », sur Le Figaro, (consulté le 6 avril 2018)
  19. « Véronique Colucci, ex-présidente des Restos du cœur, est morte », sur Le Monde.fr (consulté le 9 avril 2018)
  20. « Véronique Colucci, ex-présidente des Restos du cœur, est morte », sur Le Monde, (consulté le 6 avril 2018)
  21. « Véronique Colucci, ex-femme de Coluche et figure des Restos du cœur, est décédée », sur Ouest-France, (consulté le 6 avril 2018)
  22. « Légion d’honneur : Véronique Colucci et Tomi Ungerer distingués », Le Monde/AFP, (consulté le 6 avril 2018)
  • Portail de l’humanitaire
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.