Verre feuilleté

Le verre feuilleté (de son nom technique), ou verre laminé (de son nom usuel), est constitué d'au moins deux feuilles de verre séparées par des films intercalaires généralement de nature plastique. Il est notamment utilisé pour les pare-brises des voitures. Il fait partie des verres de sécurité. Le verre feuilleté pour bâtiment fait l'objet de la série de norme NF EN ISO 12543[1].

Même cassé, le verre feuilleté ne se désagrège pas, ce qui justifie son utilisation pour les pare-brises automobiles.

Histoire

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le verre feuilleté a été inventé par Édouard Bénédictus en 1903 à la suite d'un concours de circonstances qui veut qu'il fit tomber accidentellement un bécher qui avait été rempli d'une solution liquide de matière plastique, qui, au lieu de se briser à l'impact, se fendit. Il réalisa alors que c'est la matière plastique sur laquelle il travaillait qui avait laissé un film quasi transparent sur les parois du bocal, conférant ainsi de nouvelles propriétés de résistance au verre.

Les circonstances de cette découverte constituent un bon exemple de sérendipité.

Il perfectionna le procédé et déposa le nom de « triplex » en 1910. Le triplex équipa progressivement l’automobile, où le verre recuit (verre ordinaire) utilisé jusqu’alors causait de graves blessures lors d’accidents.

Le triplex a sauvé la vie de Georges Clemenceau lors de l’attentat manqué de 1919, en démontrant l’utilité de ce verre qui n’éclatait pas en morceaux dangereux, mais s’étoilait sous l’impact sans chuter ou projeter d’éclats vulnérants. Cet attentat fit la publicité et la popularité de ce produit alors révolutionnaire.[réf. nécessaire]

L’utilisation du verre feuilleté dans le bâtiment fut plus tardive. La première grande réalisation en verre feuilleté en France est la Pyramide du Louvre à Paris.

Composition

Le verre feuilleté est un assemblage de feuilles de verre et d'intercalaires de nature plastique. Les intercalaires peuvent se présenter sous forme de film, généralement poly(butyral vinylique) ou éthylène-acétate de vinyle (EVA), ou bien sous forme liquide, coulée entre deux verres (résine).

Verre de sécurité feuilleté

Le verre de sécurité feuilleté est un verre qui ne présente pas ou peu de danger de blessure lorsqu'il se casse. Typiquement, il n'est pas traversé lors d'un impact normal, et les morceaux de verre brisé sont maintenus.

Verre feuilleté

Le verre feuilleté est un verre dont l'intercalaire est destiné à retenir les morceaux de verre en cas de casse, et un impact peut le perforer. Toutefois, il peut être utilisé partout où l'on peut utiliser du verre ordinaire.

Verre feuilleté à gel intumescent, à propriété de protection incendie

Le verre feuilleté à gel intumescent est un verre dont l'intercalaire de nature résine a la propriété de s'opacifier et de s'épaissir considérablement lorsqu'il est en contact avec une forte chaleur d'un feu d'incendie. Cette caractéristique permet d'augmenter considérablement l'isolation thermique du vitrage, tout en bloquant les rayonnements de chaleur.

Applications

Selon la nature des intercalaires, le verre feuilleté peut être :

  • un bon isolant acoustique ;
  • résistant au vandalisme, à l'effraction ou aux tirs d'armes à feu, voire aux ouragans ou aux explosions ;
  • utilisé pour protéger les personnes de risques accidentels (pare-brise automobile, protection contre la chute dans le vide en cas de bris du vitrage, etc.) ;
  • utilisé dans des parois pare-flammes ou coupe-feu jusqu'à deux heures (verre feuilleté à intercalaire intumescent) ;
  • décoratif (film intercalaire de couleur, à motif, etc.) ;
  • opacifiant (film intercalaire à cristaux liquides) ;
  • photovoltaïque (intégration de cellules photovoltaïques dans le film intercalaire) ;
  • etc.

Notes et références

Articles connexes

  • Portail des sciences des matériaux
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.