Victor-Amédée III

Victor-Amédée III, roi de Sardaigne (en italien Vittorio Amedeo III di Sardegna), né le au palais royal de Turin, et décédé le au château de Moncalieri, est un prince de la Maison de Savoie, roi de Sardaigne, souverain du duché de Savoie, de la principauté du Piémont, et du comté de Nice. Fils du roi Charles-Emmanuel III et de sa deuxième épouse Polyxène de Hesse-Rheinfels-Rotembourg, Victor-Amédée règne de 1773 jusqu’à sa mort survenue en 1796.

Victor-Amédée III
(it) Vittorio Amedeo III

Portrait de Victor-Amédée III, duc de Savoie et roi de Sardaigne.
Titre
Roi de Sardaigne,
prince de Piémont et duc de Savoie

(23 ans, 7 mois et 26 jours)
Prédécesseur Charles-Emmanuel III
Successeur Charles-Emmanuel IV
Biographie
Titre complet Roi de Sardaigne, duc de Savoie, marquis de Saluces, de Montferrat, prince de Piémont, comte d’Aoste, de Nice, et de Maurienne
Prince de Savoie
Dynastie Maison de Savoie
Nom de naissance Vittorio Amedeo Maria di Savoia
Date de naissance
Lieu de naissance Turin (Sardaigne)
Date de décès
Lieu de décès Moncalieri (Sardaigne)
Sépulture Basilique de Superga de Turin
Père Charles-Emmanuel III de Sardaigne
Mère Polyxène de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg
Conjoint Marie-Antoinette d'Espagne
Enfants Charles-Emmanuel IV
Princesse Marie-Joséphine
Princesse Marie-Thérèse
Princesse Marie-Anne
Victor-Emmanuel Ier
Prince Maurice
Princesse Marie-Caroline
Charles-Félix
Prince Joseph
Héritier Charles-Emmanuel de Savoie
(1773-1796)

Rois de Sardaigne

Il est le père des trois derniers rois de Sardaigne issus de la branche aînée de la maison de Savoie (Charles-Emmanuel IV, Victor-Emmanuel Ier et Charles-Félix) ; les Savoie-Carignan leur succèdent en 1831 compte tenu de l’extinction de la lignée dans les mâles[1].

Famille

Le jeune Victor-Amédée, prince de Savoie.

Victor-Amédée III est le deuxième fils du roi Charles-Emmanuel III de Sardaigne (1701-1773) et de sa deuxième épouse la landgravine Polyxène de Hesse-Rheinfels-Rotembourg (1706-1735). En lignée paternelle, il appartient à la maison de Savoie, souveraine dans les vallées alpines depuis le XIe siècle ; Victor-Amédée est ainsi le petit-fils du duc Victor-Amédée II (1666-1732) et de la duchesse de Savoie Anne-Marie d'Orléans (1663-1728), née petite-fille de France. Par sa mère, Victor se rapporte à une famille régnant sur le landgraviat de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg dans le Saint-Empire depuis le milieu du XVIIe siècle. Ses grands-parents maternels sont le landgrave Ernest-Léopold de Hesse-Rheinfels-Rotembourg (1684-1749) et la comtesse Éléonore de Loewenstein-Wertheim (1686-1753).

Le 31 mai 1750, le duc de Savoie épouse l’infante Marie-Antoinette d’Espagne (1729-1785), fille cadette du roi Philippe V d'Espagne (1683-1746) et de sa seconde épouse la reine Élisabeth Farnèse (1692-1766).

Du mariage entre Victor-Amédée et Marie-Antoinette naissent douze enfants (dont trois meurent prématurément) :

Les six fils de Victor-Amédée III constituent la seconde fradlansa de la maison de Savoie, désignée ainsi par un mot piémontais signifiant « fratrie ». Victor-Amédée III procéda à l’un de ces mariages croisés si courant à l’époque, avec la France en mariant deux de ses filles à deux frères, les futurs Louis XVIII et Charles X, en prenant soin que la plus âgée des deux sœurs épouse le plus âgé des deux frères, alors que son fils aîné épouse une sœur de ces deux fils de France (et du roi Louis XVI).

Biographie

Le roi Victor-Amédée III de Sardaigne.

Il combat avec son père à Coni et Bassignana. Il lui succède en 1773 et consacre les premières années de son règne à l’administration intérieure de ses États : il abolit les droits de péage en Savoie, élève les digues de l’Arve et du Rhône, fonde l’Académie des sciences de Turin, sécularise l’administration de plusieurs abbayes et organise son armée sur le modèle de la Prusse.

Adversaire de la Révolution française (les deux frères et une sœur de Louis XVI comptent parmi ses beaux-enfants), il ouvre ses États aux émigrés français, refuse de recevoir l’ambassade de la République française et soutient contre elle la guerre qu’elle lui déclare mais que finalement il perd. Les Français enlèvent le duché de Savoie et le comté de Nice et occupent aussi le Piémont. Victor-Amédée III est contraint de signer avec Bonaparte l'armistice de Cherasco, qui lui enlève plusieurs villes. Il meurt cinq mois plus tard.

Il a fait partie de la Franc-maçonnerie[2].

Titres, honneurs et armories

Titres et honneurs
Victor-Amédée III
Prédicat Sa Majesté
Style oral Votre Majesté
Style alternatif Sire

Titulature

  • 26 juin 1726 — 20 février 1773 : Son Altesse royale le duc de Savoie
  • 20 février 1773 — 16 octobre 1796 : Sa Majesté le roi de Sardaigne

Grandes-maîtrises

Armoiries

Blasonnement :
Écartelé au premier contre-écartélé qui est de Jérusalem, Lusignan, Arménie et Chypre ; au deuxième parti qui est de Westphalie et de Saxe (crancelin) enté en pointe qui est d’Angrie ; le troisième parti qui est du Chablais et d’Aoste ; le quatrième contre-écartelé de Genève et de Montferrat ; le tout enté en pointe qui est de Nice ; chargé en chef de Sardaigne et au cœur de Savoie.

Ascendance

Illustrations

La famille de Victor Amédée III, d’après Giuseppe Duprà (Turin, palais royal). De gauche à droite : Marie-Josèphe, Marie-Thérèse, Victor-Amédée (alors duc de Savoie), le prince de Piémont, l’infante Marie-Antoinette, et le duc d’Aoste dans les bras de Marie-Anne.
Portrait de Polyxène-Christine de Hesse-Rotembourg, Martin van Meytens. Victor-Amédée, en bas à droite tient la main de sa mère, Polyxène-Christine de Hesse-Rheinfels-Rontembourg ; sa jeune sœur Éléonore, en haut à gauche, pose son regard sur elle.

Postérité

Victor-Amédée III crée le 21 mai 1793 la médaille d'or de la valeur militaire, devenue le plus haut grade de la future médaille de la valeur militaire italienne et fonde le 24 mai 1785 la Società Agraria di Torino « pour promouvoir pour l'avantage du public la culture des terres principalement sur les territoires appartenant à Sa Majesté en accord avec les règles appropriées et conformes à leur nature variée. »

Bibliographie

Notes et références

Références

  1. Paolo Cornaglia, « Princes, princesses et leurs appartements à la cour royale de Turin », in Société de démographie historique, Université Paris-Sorbonne et Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Lorsque l’enfant grandit : entre dépendance et autonomie, Paris, Presse de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Centre Rolland-Mounier », , 976 p. (ISBN 2-84050-224-0), p. 184
  2. Aldo Alessandro Mola, Storia della Massoneria italiana dalle origini ai nostri giorni, Milan, 1992, pp. 858-859.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du XVIIIe siècle
  • Portail de l'histoire de la Savoie
  • Portail du Piémont
  • Portail de la Sardaigne
  • Portail de la monarchie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.