Villefranche-d'Albigeois

Villefranche d'Albigeois (en occitan, Vilafranca ou Vilafranca d'Albigés) est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Villefranche-d'Albigeois

L'église, construite en 1896, sur l'édifice précédent, datant du XVe siècle.

Blason
Administration
Pays France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Albi
Canton Le Haut Dadou
Intercommunalité Communauté de communes des Monts d'Alban et du Villefranchois
Maire
Mandat
Valérie Vithe
2014-2020
Code postal 81430
Code commune 81317
Démographie
Gentilé Villefranchois
Population
municipale
1 256 hab. (2017 )
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 52″ nord, 2° 19′ 51″ est
Altitude 420 m
Min. 183 m
Max. 526 m
Superficie 22,09 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Tarn
Villefranche-d'Albigeois
Géolocalisation sur la carte : Tarn
Villefranche-d'Albigeois
Géolocalisation sur la carte : France
Villefranche-d'Albigeois
Géolocalisation sur la carte : France
Villefranche-d'Albigeois
Liens
Site web Site officiel

    Ses habitants s'appellent les Villefranchois et les Villefranchoises (en occitan, los vilafrancòls et las vilafrancòlas).

    Géographie

    Commune de l'aire urbaine d'Albi située dans l'Albigeois sur la Méridienne verte à 17 km au sud-est d'Albi.

    Communes limitrophes

    Communes limitrophes de Villefranche-d'Albigeois
    Marsal
    Bellegarde
    Sérénac Ambialet
    Mouzieys-Teulet Le Fraysse
    Terre-Clapier Teillet Paulinet

    Hydrographie

    La commune est arrosée par le Tarn au niveau de Fabas (commune de Villefranche), par l'Assou un affluent du Dadou et par le Ruisseau de Caussels un affluent du Tarn.

    Géologie et relief

    La superficie de la commune est de 2 209 hectares ; son altitude varie de 183 à 526 mètres[1].

    Voies de communication et transports

    Sur la D 999 (ex RN 99) .- Accès depuis Albi, prendre la direction Millau, D 999 (ex RN 99).

    Toponymie

    La commune de Villefranche prend le nom de Villefranche-d'Albigeois en 1892.

    Histoire

    Ancienne bastide fondée le 12 octobre 1269 par Philippe de Montfort. Cette bastide bénéficia d’une charte, la dotant d’une franchise, d’où son nom, qui accordait à ses habitants, la liberté d’acheter et de vendre leurs biens sans avoir de comptes à rendre.

    Héraldique

    Son blason est : D'or aux deux fasces de sable.

    Politique et administration

    Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[2],[3].

    Rattachements administratifs et électoraux

    Commune faisant partie de la communauté de communes des Monts-d'Alban et du Villefranchois et du Canton du Haut Dadou (avant le redécoupage départemental de 2014, Villefranche-d'Albigeois était le chef-lieu de l'ex-canton de Villefranche-d'Albigeois).

    Tendances politiques et résultats

    Liste des maires

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    Mars 1971 mars 1977 Joseph Payrastre    
    Mars 1977 mars 1989 Roger Henri PS  
    mars 1989 mars 2008 Claude Bessière PS  
    mars 2008 19 mai 2013[4],[5] Jean-Luc Chazottes    
    28 juin 2013[6] juillet 2016[7] René Cabrol    
    octobre 2016 En cours Valérie Vithe[8]    
    Les données manquantes sont à compléter.

    Population et société

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10]. En 2017, la commune comptait 1 256 habitants[Note 1], en augmentation de 3,12 % par rapport à 2012 (Tarn : +2,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    6886776766887261 3351 4361 4601 509
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    1 5541 6161 5051 5551 5331 5581 5291 4321 369
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    1 2091 1001 112952932940928831825
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
    8127837898508989571 0301 1781 245
    2017 - - - - - - - -
    1 256--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
    Histogramme de l'évolution démographique
    Évolution du rang de la commune
    selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
    Rang de la commune dans le département 67 71 68 66 62 61 59 59
    Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

    Économie

    Agriculture : élevage ovin et bovin, brigade de proximité de gendarmerie,

    Enseignement

    Villefranche-d'Albigeois fait partie de l'académie de Toulouse.

    Santé

    Médecins généralistes, kinésithérapeutes, podologue, dentistes, infirmiers y sont présents.

    Culture et festivité

    Marché le dimanche matin, vide-greniers,

    Sports

    18e étape du Tour de France 2005 et 13e étape du Tour de France 2007, basket-ball, rugby à XIII, pétanque,

    Écologie et recyclage

    Culture locale et patrimoine

    Lieux et monuments

    Église Notre Dame de Bon Secours avec croix de pierre double face du XVe siècle, portail surbaissé (sous le porche) et fonts baptismaux provenant de l'ancienne église. Les fresques et le chemin de croix ont été réalisés par Micha Greschny le fils de Nicolaï Greschny.

    Personnalités liées à la commune

    Pour approfondir

    Bibliographie

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
    2. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
    3. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/081/081317.html.
    4. Décès en cours de mandat, annoncé dans l'édition du Tarn de La Dépêche du Midi datée du mardi 21 mai 2013
    5. La Dépêche du Midi, 22 mai 2013
    6. Le Tarn libre, 5 juillet 2013
    7. Démission La Dépêche du Midi, 8 juillet 2016
    8. La Dépêche du Midi, 9 octobre 2016
    9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    13. INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
    14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
    15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
    16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
    • Portail du Tarn
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.