Vismodégib

Le vismodégib, inhibiteur systémique de la signalisation hedgehog, est un médicament antinéoplasique oral utilisé en cas de carcinome basocellulaire, un cancer de la peau de pronostic favorable lorsqu'il est traité.

Vismodégib
Identification
DCI vismodegib
Nom UICPA 2-chloro-N-(4-chloro-3-pyridin-2-ylphényl)-4-méthylsulfonylbenzamide
Synonymes

GDC-0449, GDC0449, GDC 0449, 879085-55-9, RG-3616, Vismodegibum

No CAS 879085-55-9
No ECHA 100.234.019
PubChem 24776445 131480672
ChEBI 66903
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C19H14Cl2N2O3S
Masse molaire[1] 421,297 ± 0,026 g/mol
C 54,17 %, H 3,35 %, Cl 16,83 %, N 6,65 %, O 11,39 %, S 7,61 %,
Données pharmacocinétiques
Demi-vie d’élim. 12 jours[2]
Excrétion

fécale (82 %) et urinaire (4,4 %)[2]

Considérations thérapeutiques
Voie d’administration per os
Grossesse contre-indication

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Historique

Identifiée au début des années 2000 par la compagnie américaine Curis Inc.[3], les droits exclusifs sont cédés à Genentech aux États-Unis qui revend aux laboratoires Roche une licence pour les autres marchés[4]. Ces deux derniers laboratoires sont chargés du développement clinique et commercial, de l'agrément, de la synthèse à grande échelle et de la fourniture des clients finaux de la molécule[4].

Synthèse

vismodégib
Noms commerciaux
  • Erivedge (Belgique, Canada, France Suisse)
Laboratoire Hoffmann-La Roche, Roche
Forme gélules dosée à 150 mg
Administration per os
Classe inhibiteur systémique de la signalisation hedgehog, autres antinéoplasiques, ATC code L01XX43
Identification
No CAS 879085-55-9
No ECHA 100.234.019
Code ATC L01XX43
DrugBank 08828

Indications

Le vismodégib est admis à l'usage par la FDA puis par l'Agence européenne des médicaments[5] dans le cadre spécifique du traitement antinéoplasique des carcinomes basocellulaires[6],[7] pour lesquels ni chirurgie ni radiothérapie ne pourraient être pratiquées[8]. Des essais ont été effectués pour élargir éventuellement les indications aux cancers colorectaux métastasés[9], aux carcinomes pulmonaires à petites cellules[10], sans succès.

Mise en garde et précautions d'emploi

Contre-indications

  • grossesse et allaitement (les patientes ne sont pas autorisées à allaiter durant les 7 mois qui suivent la dernière dose d’Erivedge[2]) ;
  • traitement chez l'enfant.

Effets secondaires indésirables

Sont plutôt communs (survenant chez plus de 30 % des patients traités)[11] :

Peuvent survenir (dans environ 10 à 29 % des cas)[11] :

  • diarrhée ;
  • déshydratation ;
  • perte d'appétit ;
  • constipation ;
  • douleurs articulaires ;
  • vomissements ;
  • perte du goût.

Posologie

Une gélule de 150 mg par jour au cours ou à distance des repas[2].

Notes et références

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. « Information professionnelle sur Erivedge », sur ch.oddb.org/fr Ywesee, (consulté le 18 juillet 2013)
  3. (en) Williams JA, Guicherit OM, Zaharian BI, Xu Y, Chai L, Wichterle H, Kon C, Gatchalian C, Porter JA, Rubin LL, Wang FY., « Identification of a small molecule inhibitor of the hedgehog signaling pathway: effects on basal cell carcinoma-like lesions », Proc Natl Acad Sci U S A., vol. 100, no 8, , p. 4616-21. (PMID 12679522, lire en ligne)
  4. (en) « Current Corporate Collaborators: Genentech (Erivedge®, vismodegib) », sur www.curis.com (consulté le 18 juillet 2013)
  5. (en) « Erivedge (vismodegib): EMA Opinion », (consulté le 18 juillet 2013)
  6. (en) Von Hoff DD, LoRusso PM, Rudin CM, Reddy JC, Yauch RL, Tibes R, Weiss GJ, Borad MJ, Hann CL, Brahmer JR, Mackey HM, Lum BL, Darbonne WC, Marsters JC Jr, de Sauvage FJ, Low JA., « Inhibition of the hedgehog pathway in advanced basal-cell carcinoma », N Engl J Med., vol. 361, no 12, , p. 1164-72. (PMID 19726763, DOI 10.1056/NEJMoa0905360, lire en ligne)
  7. (en) Sekulic A, Migden MR, Oro AE, Dirix L, Lewis KD, Hainsworth JD, Solomon JA, Yoo S, Arron ST, Friedlander PA, Marmur E, Rudin CM, Chang AL, Low JA, Mackey HM, Yauch RL, Graham RA, Reddy JC, Hauschild A., « Efficacy and safety of vismodegib in advanced basal-cell carcinoma », N Engl J Med., vol. 366, no 23, , p. 2171-9. (PMID 22670903, DOI 10.1056/NEJMoa1113713, lire en ligne)
  8. (en) Keating GM., « Vismodegib: in locally advanced or metastatic basal cell carcinoma », Drugs, vol. 72, no 11, , p. 1535-41. (PMID 22788238, DOI 10.2165/11209590-000000000-00000, résumé)
  9. (en) Berlin J, Bendell JC, Hart LL, Firdaus I, Low JA et al., « A randomized phase II trial of vismodegib versus placebo with FOLFOX or FOLFIRI and bevacizumab in patients with previously untreated metastatic colorectal cancer », Clin Cancer Res, vol. 19, no 1, , p. 258-67. (PMID 23082002, DOI 10.1158/1078-0432.CCR-12-1800, lire en ligne [html])
  10. (en) Belani CP, Dahlberg SE, Rudin CM, Fleisher M, Chen HX, Takebe N, Ramalingam SS, Schiller JH, « Three-arm randomized phase II study of cisplatin and etoposide (CE) versus CE with either vismodegib (V) or cixutumumab (Cx) for patients with extensive stage-small cell lung cancer (ES-SCLC) (ECOG 1508) », J Clin Oncol, vol. 31 (suppl; abstr 7508), (résumé)
  11. (en) « vimodegib », sur chemocare.com (consulté le 18 juillet 2013)

Liens externes

  • Portail de la chimie
  • Portail de la pharmacie
  • Portail de la médecine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.