Vitali Chevtchenko

Vitali Viktorovitch Chevtchenko (en russe Виталий Викторович Шевченко) est un footballeur international soviétique et un entraîneur de football russe né le à Bakou.

Pour les articles homonymes, voir Chevtchenko.

Vitali Chevtchenko

Chevtchenko en 2010.
Biographie
Nom Vitali Viktorovitch Chevtchenko
Nationalité Soviétique puis Russe
Naissance
Lieu Bakou (URSS)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 1968-1983
Poste Attaquant
Parcours junior
Années Club
Neftchi Bakou
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1968-1972 Neftchi Bakou 090 (22)
1973-1975 Dynamo Kiev 012 0(4)
1975-1982 Tchernomorets Odessa 187 (38)
1982-1983 Lokomotiv Moscou 043 0(5)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1970-1972 Union soviétique013 0(4)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1992-1994 Club Bolívar
1994 Hapoël Beer-Sheva
1995 Hapoël Rishon
1995-1996 Hapoël Beer-Sheva
1996 Ouralmach Iekaterinbourg 11v 07n 13d
1997 Gazovik-Gazprom Ijevsk 14v 06n 11d
1998 Ouralan Elista 12v 06n 13d
1999-2002 Torpedo Moscou 48v 31n 34d
2003 Saturn Ramenskoïe 12v 10n 06d
2004 FK Rostov 00v 03n 04d
2005 Metalurh Donetsk 03v 05n 05d
2006 Terek Grozny 10v 03n 05d
2007-2008 Tchornomorets Odessa 19v 09n 26d
2010 Rotor Volgograd 06v 02n 14d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Actif de 1968 à 1983, ses premières années avec le Neftchi Bakou le voit se démarquer comme un des grands espoirs du football soviétique au poste d'attaquant, et le voit jouer treize matchs avec l'équipe nationale entre 1970 et 1972, inscrivant quatre buts dans la foulée à l'âge de 20 ans. Transféré par la suite au Dynamo Kiev en début d'année 1972, une accumulation de blessures graves mettent cependant un frein à sa carrière et l'éloigne des terrains jusqu'en 1976 où il revient de manière pérenne avec le Tchernomorets Odessa, pour lequel il évolue jusqu'en 1982. Il échoue cependant à retrouver son niveau d'antan et n'est plus rappelé avec la sélection. Il rejoint ensuite le Lokomotiv Moscou en deuxième division où il achève sa carrière en 1983 à l'âge de 32 ans.

Reconverti par la suite comme entraîneur, Chevtchenko occupe un poste d'adjoint au sein de l'encadrement technique du Lokomotiv entre 1986 et 1992 avant de partir pour le Club Bolívar où il remporte le championnat bolivien en 1992. Il s'en va ensuite pour l'Israël entre 1994 et 1996, occupant notamment le poste d'entraîneur de l'Hapoël Beer-Sheva. Retournant ensuite en Russie en mai 1996, il effectue de brefs passages à l'Ouralmach Iekaterinbourg, au Gazovik-Gazprom Ijevsk et à l'Ouralan Elista avant de rejoindre en 1999 le Torpedo Moscou où il passe trois saisons et demi, amenant notamment l'équipe à la troisième place du championnat russe en 2000. Les années qui suivent le voit ensuite passer au Saturn Ramenskoïe, au FK Rostov et au Terek Grozny, avec entre-temps un bref passage en Ukraine au Metalurh Donetsk. Il dirige par la suite le Tchornomorets Odessa entre juin 2007 et novembre 2008 avant de connaître son dernier poste entre juin et décembre 2010 en tant qu'entraîneur du Rotor Volgograd.

Biographie

Carrière de joueur

Fils d'une mère joueuse de volley-ball et d'un père joueur de football au Neftianik Bakou au cours des années 1950[1], Chevtchenko naît ainsi à Bakou en RSS d'Azerbaïdjan en octobre 1951, et effectue dans cette ville sa formation au sein de l'équipe locale du Neftchi (ancien Neftianik) au cours des années 1960. Il y fait ainsi ses débuts en équipe première dans la première division lors de la saison 1968, à l'âge de 16 ans, disputant 17 matchs cette saison-là pour un but inscrit. Affichant un temps de jeu similaire la saison suviante, il s'impose finalement comme titulaire régulier à partir de l'exercice 1970 qui le voit disputer 27 matchs et marquer 7 buts. Il continue ensuite sur sa lancée l'année suivante en marquant 10 buts en 23 rencontres.

Ses performances avec le Neftchi lui valent ainsi d'être rapidement repéré par les grosses écuries du championnat, notamment le Dynamo Kiev qui le recrute en début d'année 1972, alors qu'il n'est âgé que de 20 ans. Son passage au club s'avère cependant désastreux, Chevtchenko se voyant diagnostiquer deux graves blessures au genou dès le mois d'avril, une blessure au ligament latéral ainsi qu'une déchirure du ménisque. Il souffre de plus peu de temps après d'un appendicite qui l'oblige à subir une opération chirurgicale lors de laquelle une erreur médicale au niveau de l'anesthésie provoque la formation d'une thrombose dans les veines iliaques[2]. Cette accumulation de déboires le tient ainsi éloigné des terrains pendant plus de trois années, bien qu'il effectue quelques brèves apparitions entre 1974 et 1975. Il ne dispute qu'une douzaine de matchs au Dynamo durant son passage entre 1972 et 1975, ce qui lui permet tout de même de figurer parmi les vainqueurs des championnats 1974 et 1975.

Finalement transféré au Tchernomorets Odessa à l'automne 1975, il ne peut cependant pas prendre part au championnat pour la fin d'année, bien qu'il dispute tout de même deux rencontres de Coupe UEFA contre la Lazio Rome au mois de septembre. Enfin remis de ses blessures pour de bon, Chevtchenko devient très rapidement titulaire au sein de sa nouvelle formation, disputant ainsi la totalité des matchs de championnat de la saison 1976 où il marque quatre buts. Il poursuit sur sa lancée lors des années qui suivent et se maintient comme un perpétuel titulaire entre 1976 et 1981. Il quitte finalement le Tchernomorets en mars 1982 pour rejoindre le Lokomotiv Moscou en deuxième division. Après une première saison pleine le voyant jouer 38 matchs pour 5 buts marqués, il est très peu utilisé lors de la saison 1983 et décide alors de mettre un terme à sa carrière de joueur à l'âge de 31 ans.

Carrière internationale

Les performances de Chevtchenko avec le Neftchi Bakou lui valent d'être très vite considéré comme un grand espoir du football soviétique, ce qui l'amène à être appelé avec la sélection soviétique par Valentin Nikolaïev dès le mois d'octobre 1970, alors qu'il vient de fêter ses 19 ans. Il effectue ainsi ses débuts internationaux le 28 octobre à l'occasion d'un match amical à Moscou face à la Yougoslavie, où il est directement aligné comme titulaire et inscrit le premier but des siens qui l'emportent finalement 4-0[3]. Il dispute ensuite son premier match de compétition deux semaines plus tard le 15 novembre face à Chypre à l'occasion des éliminatoires de l'Euro 1972, étant à nouveau aligné comme titulaire et inscrivant son deuxième but en deux sélections pour une victoire 3-1 des Soviétiques[4].

Continuant sur sa lancée, il inscrit son troisième but dès sa cinquième sélection face à la Bulgarie en match amical le 28 avril 1971 avant d'enchaîner le 30 mai contre l'Espagne en qualifications, marquant ainsi le deuxième but pour les siens qui l'emportent au final 2-1. Cette bonne forme ne dure cependant pas et Chevtchenko n'inscrit plus aucun but par la suite. Il connaît sa treizième et dernière sélection le 19 avril 1972 lors d'un match amical contre le Pérou à l'âge de 20 ans et demi. Par la suite ses graves blessures contractées cette année-là et sa longue convalescence mettent un terme anticipé et définitif à sa carrière internationale, le joueur échouant par la suite à revenir à son niveau d'antan[3],[5].

Carrière d'entraîneur

Premiers postes et passage à l'étranger (1986-1996)

Après la fin de sa carrière, Chevtchenko entame des études d'entraîneur à la Grande école des entraîneurs de Moscou où il obtient un diplôme et intègre en 1986 l'encadrement technique du Lokomotiv Moscou, devenant un des principaux adjoints de Iouri Siomine. Il passe six années à ce poste avant de quitter le club ainsi que la Russie pour rallier l'Amérique latine et le club bolivien du Club Bolívar à l'été 1992, le président de l'époque l'ayant alors repéré au cours d'une tournée du Lokomotiv aux États-Unis dans les années 1980[5]. Son passage dure deux années, qui le voit notamment remporter le championnat bolivien lors de sa première année avant de terminer deuxième en 1993. Il quitte par la suite le club en début d'année 1994, tandis que celui-ci remporte par la suite le championnat en fin d'année.

À l'issue de cette parenthèse bolivienne, Chevtchenko rallie cette fois Israël où il est nommé à la tête de l'Hapoël Beer-Sheva en mai 1994. Un désaccord avec la direction en fin d'année le pousse à quitter le club pour rejoindre brièvement l'Hapoël Rishon LeZion au début 1995. Le différend avec son ancien employeur est cependant réglé peu de temps après et il effectue son retour à Beer-Sheva pour la fin de saison 1994-1995 qui l'équipe finir à la troisième place du championnat israélien et prendre part à la Coupe UEFA, où il parvient à battre l'équipe albanaise du KF Tirana au tour préliminaire avant d'être largement vaincu par le FC Barcelone au tour suivant. Son aventure israélienne prend finalement fin au cours du printemps 1996, peu après avoir remporté la Coupe de la Ligue[6].

Retour en Russie et passage au Torpedo Moscou (1996-2002)

Chevtchenko effectue son retour en Russie au début du mois de mai 1996 en rejoignant l'Ouralmach Iekaterinbourg pour la saison. Il dirige ainsi l'équipe en Coupe Intertoto, où il termine largement premier du groupe 8 et atteint le stade des demi-finales avant d'être éliminé par le club danois de Silkeborg IF. Les résultats en championnat sont cependant moins positifs, reprenant une équipe largement relégable, il ne parvient finalement pas à la sauver de la relégation à l'issue de l'exercice malgré une cinquième place au niveau des résultats pour la deuxième moitié de saison, amenant à son départ en fin d'année[6]. Il rejoint par la suite le Gazovik-Gazprom Ijevsk en deuxième division pour l'exercice 1997 avec l'ambition d'une montée dans l'élite. Son passage est cependant affecté par des problèmes de santé l'amenant à passer deux mois à l'hôpital en cours de saison, tandis que l'équipe échoue à prendre part à la course pour la montée et stagne en milieu de classement, ce qui débouche finalement sur son renvoi au mois de septembre 1997. Peu de temps après son départ d'Ijevsk, il est appelé à la tête de l'Ouralan Elista, tout juste promu dans l'élite, avec l'objectif de maintenir l'équipe pour la saison 1998. Il parvient à accomplir cet objectif sans grandes difficultés et amène même le club à la lutte pour les places européennes en fin de championnat. Celui-ci ne termine finalement à la septième place, comptant dix points d'avance sur la relégation et deux de retard sur une place en Coupe Intertoto. Il démissionne cependant de son poste en fin de saison en raison de désaccords avec la direction.

Peu de temps après son départ d'Elista, Chevtchenko est nommé à la tête du Torpedo Moscou, qui connaît alors des années difficiles l'ayant vu stagner en bas de classement. Sous sa direction, l'équipe atteint dès la fin de la saison 1999 la quatrième place du championnat, ce qui constitue alors son meilleur classement depuis la fin de l'époque soviétique. Il poursuit ensuite sa lancée en finissant troisième l'année suivante et en prenant part à la Coupe UEFA, où il est cependant très vite éliminé. Les deux années qui suivent voient le Torpedo se maintenir parmi les quatre premiers du championnat, sans cependant parvenir à prendre part de manière sérieuse à la lutte pour le titre. Dans le même temps, le club connaît à partir de 2002 des difficultés financières qui débouchent sur la démission de Chevtchenko en juillet 2002.

Fin de carrière (2003-2010)

Après son départ du Torpedo, il reste inactif durant le deuxième semestre 2002 avant d'être nommé au mois de décembre à la tête du Saturn Ramenskoïe pour l'exercice 2003[7]. Sous ses ordres, l'équipe connaît des performances très positives qui lui permettent de se placer dans la course pour le podium, occupant même la deuxième position pendant quelques journées. Une baisse des performances vers la fin de saison ainsi que le désir de la direction d'engager le plus réputé Oleg Romantsev au poste d'entraîneur amènent cependant au renvoi inattendu de Chevtchenko en septembre 2003, à cinq journées de la fin du championnat, tandis que le club termine finalement septième après une fin de saison désastreuse[8]. Il est par la suite engagé par le FK Rostov pour la saison 2004. Cependant, après un très mauvais début de championnat le voyant remporter aucun match en cinq journées ainsi qu'une élimination en quarts de finale de la Coupe de Russie, il est renvoyé dès la mi-avril[9].

Il connaît par la suite une période d'inactivité de près d'un an, qui prend fin au mois de mars 2005 avec sa nomination à la tête de l'équipe ukrainienne du Metalurg Donetsk pour la fin de saison. Après avoir amené le club à la troisième place et à une qualification en Coupe UEFA, il quitte cependant son poste au mois de juin du fait de différends avec la direction[8]. Il est par la suite engagé par le Terek Grozny en mai 2006[10], mais des difficultés internes ainsi que le décrochage de l'équipe dans la lutte pour la promotion en première division amènent à son départ dès le mois d'août[11]. Après une nouvelle année d'inactivité, Chevtchenko retrouve cette fois son ancien club du Tchornomorets Odessa, où il accède au poste d'entraîneur en juin 2007. Il amène ainsi l'équipe à la septième place lors de la saison 2007-2008. Après un début difficile lors de l'exercice suivant voyant l'équipe se classer neuvième au début du mois de novembre 2008, il quitte son poste[12]. Il reste par la suite inactif pendant un an et demi avant d'être engagé en juin 2010 par le Rotor Volgograd en deuxième division, alors que celui-ci se classe dernier de la compétition après dix-sept journées[13]. Ne parvenant pas à sauver l'équipe en fin de saison, il démissionne au mois de décembre[14] et met par la suite un terme à sa carrière d'entraîneur.

Statistiques

En tant que joueur

Statistiques de Vitali Chevtchenko
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s)Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division MB MBCMBMB
1968 Neftchi Bakou D1 17 1 - ---- 171
1969 Neftchi Bakou D1 17 2 - ---- 172
1970 Neftchi Bakou D1 27 8 2 0--- 298
1971 Neftchi Bakou D1 23 10 4 1--- 2711
Sous-total 842161--- 9022
1972 Dynamo Kiev D1 2 1 4 2--- 63
1973 Dynamo Kiev D1 - - - ---- 00
1974 Dynamo Kiev D1 2 0 1 1--- 31
1975 Dynamo Kiev D1 3 0 - ---- 30
Sous-total 7153--- 124
1975 Tchernomorets Odessa D1 - - - -C320 20
1976 Tchernomorets Odessa D1 30 4 2 0--- 324
1977 Tchernomorets Odessa D1 24 6 1 0--- 256
1978 Tchernomorets Odessa D1 27 7 4 0--- 317
1979 Tchernomorets Odessa D1 29 7 3 1--- 328
1980 Tchernomorets Odessa D1 29 7 5 1--- 348
1981 Tchernomorets Odessa D1 24 3 7 2--- 315
1982 Tchernomorets Odessa D1 - - 5 0--- 50
Sous-total 16334224-20 18738
1982 Lokomotiv Moscou D2 38 5 - ---- 385
1983 Lokomotiv Moscou D2 5 0 - ---- 50
Sous-total 435----- 435
Total sur la carrière 29761338-20 33269

En tant qu'entraîneur

Statistiques d'entraîneur de Vitali Chevtchenko
Club Début Fin Résultats
M V N D V. %
Ouralmach Iekaterinbourg 31 11 7 13 35,5
Gazovik-Gazprom Ijevsk 31 14 6 11 45,2
Ouralan Elista 31 12 6 13 38,7
Torpedo Moscou 113 48 31 34 42,5
Saturn Ramenskoïe 28 12 10 6 42,9
FK Rostov 7 0 3 4 0,0
Metalurg Donetsk 13 3 5 5 23,1
Terek Grozny 18 10 3 5 55,6
Tchornomorets Odessa 54 19 9 26 35,2
Rotor Volgograd 22 6 2 14 27,3
Total 348 135 82 131 38,8

Palmarès

En tant que joueur
En tant qu'entraîneur

Notes et références

  1. (ru) « Виталий Шевченко: «В боливии нашел зятя» », sur chernomorets.odessa.ua, (consulté le 24 avril 2019)
  2. (ru) « Виталий ШЕВЧЕНКО: "И ТУТ ЗАХОДИТ ГАВРИЛОВ. В КИТЕЛЕ ГЕНЕРАЛА КГБ" », sur sport-express.ru, (consulté le 23 avril 2019)
  3. (ru) « Виталий Шевченко: До потери сознания не напивался », sur sovsport.ru, (consulté le 23 avril 2019)
  4. « Feuille du match Chypre - Union soviétique », sur transfermarkt.fr, (consulté le 23 avril 2019)
  5. (ru) « Виталий ШЕВЧЕНКО », sur rusteam.permian.ru (consulté le 23 avril 2019)
  6. (ru) « Виталий Шевченко - Биография », sur peoples.ru, (consulté le 24 avril 2019)
  7. (ru) « «Сатурн» и «Уралан» получили новых тренеров », sur gazeta.ru, (consulté le 24 avril 2019)
  8. (ru) « Виталий Шевченко: «Отступных не получал ни разу» », sur sportsdaily.ru, (consulté le 24 avril 2019)
  9. (ru) « Виталий Шевченко столкнулся с реальностью », sur kommersant.ru, (consulté le 24 avril 2019)
  10. (ru) « Виталий Шевченко: за девять месяцев квалификацию не растерял », sur championat.com, (consulté le 24 avril 2019)
  11. (ru) « Футболисты "Терека" (Грозный) получили зарплату, премиальные и нового тренера », sur regnum.ru, (consulté le 24 avril 2019)
  12. (ru) « Виталий Шевченко подал в отставку с поста главного тренера одесского «Черноморца» », sur sports.ru, (consulté le 24 avril 2019)
  13. (ru) « Шевченко сменил Файзулина на посту главного тренера «Ротора» », sur sports.ru, (consulté le 24 avril 2019)
  14. (ru) « Шевченко покинул пост тренера «Ротора» », sur sports.ru, (consulté le 24 avril 2019)

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de la Russie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.