William Whewell

William Whewell FRS FGS, (phon. ˈhjuːəl) est un polymathe anglais, scientifique, philosophe et historien des sciences, né à Lancaster le et mort à Cambridge le .

En 1821, il devient membre de la Royal Society. Il enseigna la minéralogie et la philosophie à l'université de Cambridge. En 1841, il fut directeur du Trinity College, et en 1855, vice-chancelier de l'université.

S'opposant à l'empirisme, il soutient que la collection des faits ne peut faire progresser la connaissance si les faits ne sont pas coordonnés par une hypothèse[1].

Notion et concept

Le concept de « sciences palétiologiques »

Les sciences palétiologiques étudient les événements historiques en cherchant à les expliquer. Ce terme apparaît pour la première fois dans Histoire des sciences inductives en 1837.

La consilience

La consilience qui signifie « sauter ensemble » est un terme du philosophe William Whewell pour désigner le type de démonstration qui apparaît lorsque de nombreuses sources indépendantes concourent à cerner un phénomène historique particulier[2].

Principales œuvres

  • Treatise on Mechanics, 1833
  • Analytical Static, 1833
  • Astronomy and general physics considered with reference to natural Theology, 1833
  • Four sermons on the foundations of morals, 1837
  • History of the inductive sciences, 1837
  • Philosophy on the inductive sciences, 1840
  • Elements of morality including polity, 1845
  • Lectures on the history of moral philosophy in England, 1852
  • Of the plurality of worlds, 1853
  • Novum Organon renovatum, Londres, 1858. (Livre II traduit en français par R. Blanché sous le titre De la construction de la science, Paris, Vrin, 1938.)
  • Lectures on political economy, 1863

Notes et références

  1. Voir par exemple G. Burniston Brown, Science - Its Method and Its Philosophy, Read Books, 2007, (ISBN 1-4067-6857-X), 9781406768572, partiellement consultable sur Google Books, p. 111.
  2. Stephen Jay Gould, le renard et le hérisson: comment combler le fossé entre la science et les humanités ? (2003), éd. Point, 2012

Bibliographie

  • Portail des minéraux et roches
  • Portail de l’histoire des sciences
  • Portail du Royaume-Uni
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.