Windows Server 2012 R2

Windows Server 2012 R2 est le système d'exploitation qui succède à Windows Server 2012, après le 18 octobre 2013.

Pour les articles homonymes, voir Windows (homonymie).

Windows Server 2012 R2

Famille Microsoft Windows NT
Type de noyau Noyau hybride
État du projet Achevé
Plates-formes x86-64
Entreprise /
Développeur
Microsoft
Licence Microsoft EULA
États des sources Source fermée
Première version
Dernière version stable 6.3 (build 9600) ()[1]
Méthode de mise à jour Windows Update
Site web www.microsoft.com

Nouveautés

  • Tiering automatique: Storage Spaces stock les fichiers les plus utilisés sur des media plus rapides[2]
  • Deduplication pour les fichiers: Réduit l'espace de stockage nécessaire pour les fichiers VHD en ne stockant qu'une unique fois les donneés identiques[2]
  • Windows PowerShell v4, inclus désormais la fonction Desired State Configuration (DSC)
  • Support Office 365 inclus (Essentials edition)
  • Interface utilisateur modifié pour ressembler à Windows 8.1, Incluant le bouton démarrer[3].
  • UEFI pour les machines virtuelles
  • Mise à jour des pilotes émulés vers des pilotes matériels synthétiques pour minimiser l'obsolescence
  • Accélération du déploiement des VM (environ 2 fois plus rapide)[4]
  • Internet Information Services 8.5: Supporte l'écriture de journaux dans l'Observateur d'événements et la possibilité de tracer les entêtes (Headers) des requêtes/réponses. Pour améliorer la montée en charge, si IIS est configuré avec plus de 100 sites web, par défaut aucun d'entre eux ne sera démarré automatiquement. En plus de cela, une nouvelle option de configuration "Idle Worker Process Page-Out" a été ajoutée aux pools applications pour passer l'ordre à Windows paginer le processus s'il est inactif pendant le temps défini par idle time-out period (par défaut, 20 minutes)[5].
  • Server Message Block : Amélioration de la performance et de la journalisation des événements, support de Hyper-V Live Migration via SMB, gestion de la priorisation de bande passante, et possibilité de retirer le support de SMB 1.0[6]
  • Windows Deployment Services: Support du la gestion de WDS via PowerShell[7].
  • Windows Defender est disponible dans une installtion Server Core, et est installé par défaut[8].
  • IP Address Management (IPAM) : Amélioré pour supporter le Contrôle d'accès à base de rôles, permettant de définir finement les contrôles pour chaque utilisateur de voir ou modifier la configuration DHCP des réservations, scopes, blocs d'adresses IP, enregistrements DNS, etc. De plus, IPAM peut s'intégrer avec System Center Virtual Machine Manager 2012 R2 pour disposer d'une politique IP coordonnée des environnements physiques et virtuels. La base de données IPAM peut être stockée dans une instance SQL Server[9].
  • Un nouveau paramêtre de "cache des politiques" dans les Group Policy permet aux machines jointes au domaine de stocker une copie des politiques sur la machine cliente et, en fonction de la vitesse d'accès au contrôleur de domaine, de l'utiliser au moment du démarrage au lieu d'attendre de télécharger les politiques. Ceci peut améliorer les temps de démarrage des machines qui sont déconnectées du réseau de l'entreprise[10] De nouvelles politiques ont été ajoutées pour couvrir les nouvelles fonctionnalités présentes dans Windows 8.1 et Internet Explorer 11, comme l'activation du support de SPDY/3, la configuration des start screen layouts, et la détection des numéros de téléphones dans les pages web[11].
  • Le support de TLS est étendu pour supporter la RFC 5077[12], "Transport Layer Security (TLS) Session Resumption without Server-Side State", qui améliore les performances pour les connexion sécurisée par TLS de longue durée qui nécessites des reconnexion liés aux expiration de session.
  • Le rôle Hyper-V et console de gestion d'Hyper-V sont ajoutés à Essentials Edition[13].
  • Windows Server Update Services est rendu disponible dans Windows Server 2012 R2 Essentials edition[14].
  • ReFS obtient le support de data steams supplémentaires ainsi que de correction d'erreurs automatisé dans les parity spaces[15].

Notes et références

  • Portail de Microsoft
  • Portail de l’informatique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.