Yeísmo

Le yeísmo, quelquefois francisé en yéisme, est un phénomène linguistique consistant en la disparition de l'opposition entre les phonèmes /ʎ/ (consonne palatale latérale) et /j/ (semi-consonne palatale). C'est un trait caractéristique de nombreux dialectes de l'espagnol, mais on le trouve également dans d'autres langues dont le système phonologique contient une palatale latérale, comme le catalan.

En espagnol

Dans le standard, les phonèmes /ʎ/ et /j/ sont respectivement graphiés ll et y. Cependant la distinction n’est plus pratiquée actuellement par un grand nombre de locuteurs.

Extension et traitement

En Espagne, le phénomène est communément considéré comme typiquement andalou[1], cependant dans la plus grande partie des dialectes de l'espagnol actuel, y compris péninsulaires, les deux phonèmes ont fusionné en un seul, réalisé sous la forme d'un son palatal généralement non latéral, et qui varie selon le dialecte et le contexte d'une fricative [ʝ] (on parle dans ce dernier cas d'yodisation du /ʎ/) à une fricative [ʒ], très souvent simplement [j].

Contrairement à une opinion très répandue, le yeísmo n'est pas généralisé en Amérique et il existe de nombreuses régions où l'on pratique encore la distinction[2], notamment la plus grande partie des régions andines[3].

Dans les zones yeístes, le phonème unique est réalisé selon des articulations variées. Dans les zones du Río de la Plata (Uruguay et Argentine), il est réalisé comme une fricative post-alvéolaire sourde ou légèrement voisée (entre /ʃ/ et /ʒ/). Au Mexique, il donne couramment /ɟʝ/. Ce phénomène implique l'apparition d'homophones (calló/cayó…)[4],[5],[6].

Certaines zones n'ayant pas adopté la simplification sont des aires où le castillan cohabite avec une langue autochtone qui connaît le phonème /ʎ/, comme le quechua, le guarani ou d'autres langues amérindiennes au Pérou en Bolivie, et tout particulièrement, au Paraguay, et les régions catalanophones ou bascophones d'Espagne. La distinction est toujours opérée en ladino ainsi que, d'une certaine manière, dans des mots cebuanos et tagalogs d'origine espagnole comme kordilyera (/koɾdilˈjɛɾa/) (/ʎ/ étant rendu phonétiquement par [l'j]).

Dans les zones non yéïstes, on parle parfois de lleísmo.

Diachronie

On trouve des traces sporadiques d'apparition du yeísmo à partir du XVe siècle. Il est largement attesté en Andalousie au siècle suivant. Le trait semble être introduit en Castille vers le milieu du XVIIIe siècle mais n'a commencé à se propager significativement qu'au cours du siècle suivant[7].

En Espagne, de façon générale, la domination du yeísmo est somme toute récente et le phénomène a connu une extension très rapide ; dans les années 1930 encore, la distinction restait omniprésente dans la péninsule hors Andalousie[8].

En catalan

En catalan le phénomène, nommé iodatizació ou ieisme històric, est propre aux dialectes central et baléare[9]. Son aire d'extension est néanmoins délicate à établir précisément. Ainsi, le phénomène catalan est socialement peu valorisé et tend à se circonscrire aux zones rurales. Il est peu présent en barcelonais. En revanche, dans les Baléares, le trait est pratiquement généralisé et n'est pas socialement déprécié. De plus, l'absence de distinction est susceptible de varier en fonction du contexte phonétique à l'intérieur des mots[10].

Notes et références

  1. Zamora Vicente 1967, p. 74
  2. Zamora Vicente 1967, p. 76
  3. Pierre Bec, Manuel pratique de philologie romane, t. 1, Paris, Picard, coll. « Connaissance des langues », , 568 p., p. 565 (carte n° 7)
  4. Hammond 2001
  5. Lloyd 1987, p. 344–347
  6. Penny 2002, p. 93
  7. Zamora Vicente 1967, p. 309-310
  8. (en) Isogloss map for /y/ and /ll/ distinction in Iberian Peninsula Spanish, according to ALPI.
  9. (ca) Joan Veny, Petit atles lingüístic del domini català, Barcelone, Institut d'Estudis Catalans, (ISBN 978-84-7283-942-7), p. 58
  10. (ca) Joan Veny, Els parlars catalans : Síntesi de dialectologia, Palma de Majorque, editorial Moll, , 13e éd. (1re éd. 1982), 173 p. (ISBN 84-273-1038-2), p. 32

Annexes

Bibliographie

  • (es) Manuel Alvar, Dialectología hispánica, Madrid, UNED, 1977
  • (en) Robert M. Hammond, The Sounds of Spanish: Analysis and Application (with Special Reference to American English), Somerville (Massachusetts), Cascadilla Press, , poche (ISBN 978-1-57473-018-0 et 1-57473-018-5, LCCN 2002510070)
  • (en) Paul M. Lloyd, From Latin to Spanish, Philadelphia, American Philosophical Society (Memoirs, Vol. 173), , 2e éd. (ISBN 978-0-87169-173-6 et 0-87169-173-6, LCCN 86072883, lire en ligne)
  • (en) Ralph Penny, A History of the Spanish Language, Cambridge, Cambridge University Press, , 2e éd., poche (ISBN 978-0-521-01184-6 et 0-521-01184-1, LCCN 2002025671)
  • (ca) Líria Pons i Griera, Iodització i apitxament al Vallès : Interpretació sociolingüística i psicolingüística dels canvis fonètics, Barcelone, Institut d'Estudis Catalans, , 569 p. (ISBN 84-7283-212-0)
  • (es) Alonso Zamora Vicente, Dialectología española, Madrid, Gredos, (réimpr. 6), 2e éd. (1re éd. 1960), 587 p., poche (ISBN 978-84-249-1115-7 et 84-249-1115-6, LCCN 80117700)

Articles connexes

Lien externe

  • Portail de la linguistique
  • Portail de l’Espagne
  • Portail de la langue catalane
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.