< La vallée de la mort
Police Journal Enr (Aventures de cow-boys No. 4p. 24-25).

CHAPITRE XI

L’ÉPOUSE-SQUAW


Verchères demanda à Charlie :

— Sais-tu si la femme et squaw d’AIGLE ROUGE vit encore ?

— La mère de l’Aiglon ?

— Oui.

— La dernière fois que je l’ai vue elle était en bonne santé, toujours.

— Alors nous sellons nos chevaux tous deux et galopons la voir.

x x x

Dans la plupart des tribus indiennes la sauvagesse ordinaire a droit au titre de squaw à son mariage.

Mais seule la femme du grand chef bénéficie du double titre d’épouse et squaw.

La vieille épouse et squaw de feu AIGLE ROUGE était à fumer son calumet quand les 2 policiers entrèrent.

Verchères dit :

— Nous sommes venus te parler de tes derniers enfants que tu as eus après la mort de ton mari… Ils étaient jumeaux, n’est-ce pas ?

— Non.

— Comment ?

— Je dis qu’ils n’étaient pas jumeaux.

— Qu’étaient-ils alors ?

— Jumelle et jumeau.

— L’AIGLON vient de partir pour la chasse et la pêche miraculeuses dans les incomparables forêts du grand manitou…

— Hélas oui…

— J. B. demanda :

— Et la jumelle ?

— Quoi ?

— Où est-elle ?

— Sais pas.

— Vit-elle ?

— Elle doit…

— Tu l’as donnée au grand chef blanc ?

— Oui.

— Et il t’a récompensé ?

— Oui, le grand chef blanc était le plus généreux des visages-pâles. Il m’a donné beaucoup d’or et d’argent.

Charlie Lagueux proposa :

— Parle-nous donc un peu de ton mari, épouse et squaw…

— AIGLE ROUGE était méchant, très méchant pour moi. Il me battait au sang à propos de tout et de rien. Je ne veux pas le rencontrer dans la forêt giboyeuse et poissonneuse du manitou… Il m’accusait de sortir avec un cow boy blanc.

— Était-ce vrai ?

La sauvagesse baissa la tête.

Et murmura :

— Les bras du cowboy étaient si doux et si puissants à la fois ; doux, comme le duvet de la fauvette, et puissants comme l’aigle des rocheuses…

— Alors… ?

— Alors… le jumeau et la jumelle sont du…

— Du cowboy blanc ?

— O… ui.

Pendant cette conversation l’épouse-et-squaw n’avait cessé de fumer son calumet.

Le wigwan était rempli de boucane.

Acre.

Désagréable…

Lagueux demanda :

— C’est de l’herbe de St-Jean que tu es à pétuner ?

— Non, ce sont des feuilles de rapace séchées…

Après avoir échangé les formules de politesse indienne de mise, les deux hommes quittèrent la sauvagesse.

Et prirent la plaine.

En direction d’Orcité.

Cet article est issu de Wikisource. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.